Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 09:20

Voici un film qui est unique, tant par sa qualité, son originalité, sa thématique ou encore par sa structure. Rassurez-vous, il n’est pas en ennuyeux et il est même diablement captivant. Il est donc grand temps que vous vous intéressiez un temps soit peu à un grand film  maudit qui captive son audience au point de devenir culte.

L’histoire de Wicker man se déroule sur une île aux confins de la Grande Bretagne, Summerisle. Un policier stricte et sérieux, joué par l’excellent Edward Woodward, arrive en hydravion pour enquêter. Il a reçu une lettre qui lui indique la disparition d’une petite fille. Sur place, il se rend compte qu’il n’y a ni maire, ni autorité orthodoxe sur l’île, que les mœurs sont extrêment relâchés et plus grave selon ses convictions, que le Christianisme est ignoré. Les insulaires semblent adorer le paganisme et ils ont des mœurs très libres…undefined

Le sergent va poursuivre ses investigations, mais il semble bien que la petite fille soit bien sur place, ce que toute la population lui nie, et que son existence lui soit soigneusement niée. Pire, qu’elle soit en danger…

Comme un conte tel Alice, il voit des gens régis par leurs modes de vie qui est éloigné du sien, mais le paganisme n’est pas arriéré pour autant. D’ailleurs, le chef de la communauté joué par Christopher Lee (dont c’est le film préféré), lui tient tête en lui faisant comprendre avec ironie que l’on peut être païen mais civilisé. Un grand et savoureux moment !

En outre, il y a des intermèdes musicaux de grande qualité, qui s’insérant dans la thématique du film et qui insufflent au film saveur et intérêt. Ils sont très plaisant et vous vous en souviendrez longtemps.

Comme les contes, les périls en présence (qui restent dissimulés) sont camouflés et la fin vous surprendra à plus d’un titre. Il s’agit donc d’une intrigue à spirale, ou chaque pas vers la vérité nous emmène vers une incroyable vérité qui vous marquera par son dénouement, assez improbable. D’ailleurs, sa note sur Imdb est très haute !  Il s’agit néanmoins d’une œuvre maudite ! La firme de production a changé de cadres lors du tournage et la nouvelle direction n’a pas compris l’intérêt du film, aussi ils lui ont fait une sortie discrète, quel gâchis !

Pire, les négatifs du film semblent avoir été perdus car personne ne s’en souciait. Heureusement, Roger Corman avait gardé une copie destinée aux acheteurs, et c’est sur la base de celle-ci que le film a pu ressortir pour la plus grande joie de ceux qui l’ont vu des années plus tard. Mais il y eut un autre problème inhérent au film, l’actrice Britt Ekcland était avec le rocker Rod Steward alors que dans le film, elle a une scène où elle joue nue (en fait, sa doublure). Le rocker   ne voulait que sa compagane soit nue dans un film et il a racheté les négatifs !

Christopher Lee, adepte de magie blanche et grand polyglotte, a défendu ce film en allant faire sa promotion gratuitement, et il a toujours affirmé que c’est son meilleur rôle ! Enfin la musique est une des toutes meilleures, elle est l’œuvre de Paul Giovanni qui est mort dans un relatif anonymat alors que le score contient des morceaux de toute beauté.undefined

L’influence de ce film sur les anglo-saxons est réelle : il est donc culte mais pas au sens d’un film comme les visiteurs ou camping ! Grant Morrison sur les Invisibles dernier volume y fait une savoureuse allusion. Iron Maiden a fait un album sur ce film. Aussi, il y a ce rite du burning man lors de la réunion dans le désert américain qui lui ressemble étrangement. Enfin, je vois de temps en temps des œuvres d’art qui lui ressemblent morphologiquement et cela renforce le caractère étrange et abouti de l’œuvre. affiche-The-Wicker-Man-2005-2.jpg

Un nouveau remake a eu lieu avec Nicolas Cage et, si la structure et l’intrigue est la même, le résultat et l’intérêt demeurent bien moindres. Aussi le réalisateur de l’original Wicker man, atterré par le résultat de ce remake, s’est décidé à rempiler avec une seconde œuvre qui prolonge la première. Elle se nomme cow-boys for the Christ, avec C.Lee qui est impliqué au plus chef ! Souhaitons qu’elle réédite la même performance de l’original, vous faire réfléchir, rêver puis enfin vous glacer le sang. Aussi, je vous invite à découvrir le plus tôt cette grande expérience cinématographique !  undefined

Attention : Il faut que vous voyez l’original de 1973, pas le remake. Voici le trailer ou encore, un florilège de scènes. Le film est sorti il y a quelques années en DVD édité par le studio Canal.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires