Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 09:43

1ère partie

Pour illustrer mes propos sur l’émergence des super-héros ainsi que leur évolution, j’ai retenu un personnage qui a connu plusieurs péripéties en terme d’édition et transposition dans divers médias. Le Blue Beetle est né durant l’âge d’or, il n’a pas survécu à la fin du genre super-héros bien qu’il est été un temps adapté dans d’autres médias. Il va renaître, connaître une nouvelle incarnation, être racheté, mourir puis enfin connaître un ultime avatar. C’est beaucoup pour un modeste personnage, mais il s’agit  surtout d’un processus passionnant.

FoxIcon.gifTout d’abord, présentons Victor Fox. Il s’agit d’un entrepreneur au nez fin qui voit un nouveau marché s’ouvrir en face de lui : les comics. Voulant avoir sa part du gâteau, il se devine éditeur et adopte les pratiques commodes du moments, certaines maisons d’édition commandent à des studios artistiques du contenu et des nouveaux personnages. Ainsi il s’adresse au fameux studio de Iger et Will Eisner. Victor Fox leur demande une mouture de se qui fonctionne le mieux, qui est sensationnel et qui lève le marché par le haut : un personnage comme Superman !WonderComics0001.jpg

Le studio s’exécute et pond Wonder-man, une copie qui paraît peu fameuse de l’archétype de tous les héros. Dc surveille cela de prêt et intente un premier procès pour plagiat. Iger & Eisner racontent de bonne foi la volonté manifeste de Victor Fox de s’inspirer de Superman.

Fox perd, Wonder-man disparaît, et Iger & Fox ne sont pas payés des sommes pour les travaux les plus récemment effectués. Ce renard de Fox décide donc de fabriquer un nouveau personnage qui ne soit pas sujet à des problèmes de copyright. Quoi de plus standard que le justicier urbain, déclinable à toutes les sauces dans les pulps, radiophonics, sérials, littérature et films ?

Le schéma est simple et éprouvé : un homme décide de se dresser contre le crime en utilisant une identité secrète, il prend un alias, patrouille dans la ville et affronte victorieusement les vilains. A quelques détails prés puis en modulant des paramètres, vous pouvez fabriquez Tarzan (lieu), Zorro (le temps), le Frelon vert (la technologie), Dick Tracy (la fonction) ou encore Batman (l’importance du costume).blue_beetle48.jpg

Bref , il s’agit d’une formule éprouvée qui permet de créer sans effort un nouvel héros grâce à ce « moule ».
Ce sera Le Blue Beetle, un jeune policier patrouille la nuit sous le costume et l’identité secrète du Blue Beetle, la terreur des malfrats et des ennemis de l’amérique. Dan Garett n’a que pour lui son courage, une force obtenue grâce à un aide pharmacien (qui lui fait des pilules) et une volonté de rendre la justice. Le Blue Beetle, ennemi implacable du crime qui se dresse contre… Franchement, ce n’est pas un summum de créativité !undefined

Mais le personnage connaît un certain succès après ses débuts en 1939 dans Mystery Men Comics, relatif mais il parvient même à être transposé dans d’autres médias. Il connaît un show radio de 4 mois, car Victor Fox oublie de payer convenablement la chaîne radio. Il est aussi publié dans les strips avec à la plume de Charles Nicolas.

Pendant la seconde guerre mondiale, un navire de combat américain a même pour nom de baptême le Blue Beetle !undefined

Mais la mode super-héros passe, le personnage termine sa publication vers 1948 et Victor Fox, criblé de dette, revend ses personnages dont le Blue Beetle. Aussi, ce héros somme toute stéréotypé qui a quand même connu des adaptations en shows radios et en daily strips rejoint les limbes des comics. Mais comment diable a-t-il réussi l'exploit de traverser les époques pour parvenir jusqu’à nous ?

Remerciements à Michel Fabrice Pons pour le prêt de son ouvrage sur le Blue Beetle. Je te dédie cet article !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Royaume des Avis
commenter cet article

commentaires