Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 08:00

Wally Wood est un grand artiste, un immense artiste qui est capable de prouesses graphiques somptueuses. Doué pour le réalisme comme la caricature, Wally Wood a participé à beaucoup d’épopées majeures de l’industrie. Wood a fait pour moi un chef d’œuvre absolu qui ne dure que 6 pages : il s’agit à mon sens d’une profession de foi stupéfiante sur le génie de cet artiste maudit. A vous de vous faire votre avis.  

My world se présente comme une épopée de la race humaine qui débute dans les cavernes, où l’homme affronte des bêtes monstrueuses puis remonte le fil du temps jusqu’à l’espace. Nous visitons grâce au talent graphique irréprochable de Wood, la quintessence des années 50’, des univers merveilleux qui recèlent des mystères, des pièges, et des visions ayant attrait au fabuleux. My world se permet même de montrer l’homme sous un jour primitif, bien que le contexte soit futuriste, de dépeindre des civilisations détruites ou de faire jaillir l’espoir grâce aux enfants.

My world superpose donc des textes et des images, vignettes graphiques, qui projette notre espèce dans les confins de la raison et de l’imagination. Or, il s’avère que la chute de ces quelques pages nous montre Wally Wood qui se tourne vers le lecteur, c’était lui le narrateur et il s’agit de son monde à  lui. 

Voici une chute novatrice pour une histoire des plus lumineuses. Les comics sont à mon sens le média qui peut développer le plus puissamment la faculté fantasmagorique. Un tel jet d’imagination entraîne le lecteur dans un tourbillon d’univers demeure un plaisir sans pareil. Des maîtres tel que Jack Kirby, Steve Dikto ou Wally Wood peuvent donc ouvrir des fenêtres de notre imaginaire et nous emmener vers des dimensions hallucinantes. C’est pour moi la force inégalée des comics, et je peste régulièrement contre les crossovers ou autres pseudo événement de Marvel ou de Dc qui se content de reprendre des formules éculées et de fabriquer du pseudo événementiel tout en négligeant cet aspect fondamental des comics.

                                                                       Mais vous, qu’en pensez-vous ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires