Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 08:00

Je ne sais pas si vous avez quelques souvenirs bien précis de vos vidéo-club de jados, de ce qu’ils recelaient, mais il y avait quelque part rangées dans le rayon films comiques des k7 vidéo aux jaquettes superbes. Elles vous promettaient de passer des moments savoureux avec des reines de beauté superbement mises en valeur. Or, ces films demeurent dans leur quasi-totalité assez médiocres, voire franchement mauvais. Toutefois, avant de vous présenter le seul qui trouve grâce à mes yeux, il est judicieux de vous dresser un panorama de ce sous-genre typiquement italien.  

Les sexy comédies demeurent des comédies assez inoffensives où les protagonistes mâles vont se livrer à toutes les pitreries possibles dans une compétiton récessive afin de bénéficier des faveurs de l’héroïne, toujours superbe. Il s’agit donc d’un schéma simple, archi-rabaché, qui sera décliné sur toutes les coutures.

Les seules variations du concept demeurent le métier de l’héroïne, que ce soit une doctoresse canon au service militaire, une « flic », une « prof », une institutrice ou encore une lycéenne et j’en passe. Le ressort comique va donc s’étirer pendant tout le film et le « héros » , généralement le moins bête du lot, va se débattre avec des comparses qui ont des physiques pas possibles. Voilà le ton de ces « œuvres » : un petit combat de coqs qui frétillent de la crète pour la belle oiselle, invariablement plantureuse. 

Commençons par les reines de ces productions, elles sont multiples et généralement, offrent une représentation idéale de la beauté italienne. Les reines sont donc Edwige Fenech (celle qui a eu le meilleur parcours), Anna Maria Rizzoli, Gloria Guida, Lilli Carati (celle qui a eu le moins bon parcours) et bien d’autres encore, qui ont tourné moins de films que ces consœurs.

Il est vrai qu’il y a de quoi revenir à un mode récessif quand on admire leur plastique capiteux et même se battre avec son meilleur ami. Elles sont tout simplement sculpturales, un rien ingénues ou un rien manipulatrices. C’est généralement la revanche de la condition féminine sur les gros lourdeaux que nous sommes. Ceci demeure, quelque part, bien réjouissant et ironique. 

Un petit aparté sur le cas Lilli Carati. Fille superbe mais quelque peu paumée dans ce milieux de requins. Elle a malheuresement versé dans la drogue et le monde de la nuit jusqu’à en perdre certains repères. Madame Claude, la proxénète de luxe sous l’ère Giscard, a écrit dans des mémoires qu’une actrice de ces films devait coucher avec les producteurs pour avoir des rôles. Claude l’a alors persuadée de travailler dans son réseau et celle-ci ne l’aurait pas regretté ! Rien ne permet de révélait de qui il s’agissait, mais cela donne une idée de l’envers du décors. Justement, Lilli Carati s’est adonnée à la drogue, puis elle a tourné dans deux films pornos (à ma connaissance, peut-être plus) dont un avec Rocco ! Elle a fait amende honorable et la télévision italienne a fait un film en 1996 sur sa vie et sa rédemtpion… Quelle dommage pour une si belle femme !
Il est encore à noter que la plupart de ces bombes a posé pour le Playboy italien. 

Toutefois, je n’ai guère vu qu’un seul film qui soit quelque peu réussit, c’est peu ! Il s’agit de film que je qualifie de première prise : les personnages cabotines dans le vide le plus vite possible et le tout demeure vite insupportable. J'ai souvent l'impression que le réalisateur se livre à un concours de vitesse pour emballer son métrage. L’humour demeure généralement nul, c’est à dire qu’il est atone, leste et il se révèle bien vite toxique. En France, les comédies de Max Pecas ou autre Philippe Clair seraient même un brin peu meilleur (avis aux spécialistes !). Aussi, il s’agit de films-pièges : vous vous basez sur leurs affiches, mais le résultat demeure piteux et vous demandera toute votre indulgence …d'un mois !

  Après les héroïnes, voici les mâles ! Il y a généralement le pseudo héros, encore une fois, le moins bête de la bande, qui aura peut-être les faveurs de la divine donna. Mais son entourage demeure redoutable ! IL s’agit généralement de bras cassés, aux physiques pittoresques, voire stupéfiants ! Il y a là-aussi des « rois » qu’il convient de citer : les fameux Lino Banfi et Alvaro Vitali ! C’est bien simple, ces deux-là composent une bonne majorité des génériques de ce courant.

Né en 1950, Alvaro Vitali demeure un éternel ado, alors qu’il était déjà plus âgé, qui peut tout composer, que ce soit l’ado ou le professeur, mais toujours dans un registre crétin. Il est amusant de noter que le sommet de sa carrière fut de jouer avec Fellini pour Roma. Il a joué dans un obscur film intellectuel vers 1989 qui ne fut distribué que de manière confidentielleen Italie… Notons encore qu’il bénéficie d’une sorte de mini-culte actuellement en Italie, comme si une génération regrettait le charme inoffensif et lointain de ces bandes.
Le second demeure Lino Banfi. Il s’agit d’un acteur petit, chauve et rondouillard qui joue les sur-éxcités avec ferveur. Lino Banfi a toujours une carrière en Italie, et il s’agit d’un des rares comédiens qui revendique clairement son attachement pour le régime fasciste ! 

Il s’agit d’un genre qui demeure éteint depuis le milieu des années 80 mais qui a connu quelque succès en son temps. Ainsi, un film sur le football de Sergio Martino a cassé la baraque de manière inexplicable en 1983. Personne ne l’avait prédit et tout le monde fut surpris. Or, la suite de ce film est sorti 25 après avec une bonne partie de l’équipe originale, dont Lino Banfi et Sergio Martino aux commandes.
Ccertains critiques italiens, qui avaient cassé le film, ont écrit : « 25 ans après, et toujours aussi nul ! ». La reine de ce film est Anna Falchi (également un canon de beauté qui avait joué dans Dellamorre Dellamorte).

Voilà ce qu’un faible connaisseur peut vous apprendre sur ce genre, assez sympathique mais réellement décevant qui me fait préférer, sans chauvinisme, aucun les comédies françaises ! Bien sûr, toutes ces reines ont vieillies, sont des mères de familles, mais retenons qu’elles illuminent toujours l’écran lorsqu’on regarde ces films, qui sont quand même de vrais navets !

Pour celle qui pourrait être la reine moderne de ce courant, je pense à Anna Falchi, dont certains se souviennent peut-être de Dellamore Dellamorte où elle illuminait le film. Elle a donc joué dans la comédie de football ci-dessus et il est vrai qu'elle a des "dispostions plastiques" évidentes (outre le fait qu'elle soit culte en Italie, pour les mêmes raisons). 


Note : Il ne s’agit bien sûr que d’un rapide survol sur ce genre. Je vous recommande d’aller consulter Nanarland, qui célèbre ce genre et ses acteurs/actrices avec bonne humeur et second degré. Aussi je vous propose le lien sur Alvaro Vitali. Zonebis m’a aussi appris beaucoup d’informations et d’anecdotes intéressantes mais le site tarde à réouvrir…

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires

paul 29/05/2009 12:08

Alors en tant que voisin, tu vas me voir souvent sur ton sympathique blog.
J'aime bien tout ce qui est nanars.
Merci à toi Bastien.
a++
Paul

Bastien 28/05/2009 19:25

Bravo à toi, Paul, si tu as réussi à regarder quelques films de ce type en une seule fois.
Je vois que nous sommes voisins de blogs.
Cordialmement, Bastien.

Dana-tion 28/05/2009 15:25

Super article. Merci.
Comme c'est de mon époque, je dirais très sincérement que ces films m'ont fait rire...Et oui !!! Et puis Edwige Fenech, très belle femme, même pour un gay !
a++ Paul

mfp 22/05/2008 09:37

Et apres , on critique les goûts cinématographiques de ses pôtes :-))

Néammoins, je me laisserais bien soigné par la toubib du régiment ;-))