Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 06:40

Il fallait quand même que l’une de ses comédies se détachent du lot, en soit en quelque sorte le fleuron. Aussi celui-ci date de 1975 et il aborde une thématique ou plutôt un profil de personnage assez intéressant, celui de Loredana. Il s’agit donc d’une comédie un rien intéressante quoique je préfère que vous fassiez  vous-même votre propre avis.

La lycéenne traite du personnage de Loredana, superbe jeune fille qui est encore au lycée et dont la vie personnelle, ainsi que la personnalité, demeure en évolution. Loredana demeure une superbe jeune fille, au caractère plutôt réservé, qui attire l’attention de tout l’entourage mâle qui gravite autour d’elle. Elle ne sait pas très bien que faire et comment réagir, ainsi le propos de la lycéenne nous montre ses atermoiements face à ce dilemme. La comédie n'est pas oubliée, et elle repose davantage sur des situations que sur des gags, ce qui est judicieux. A noter que la fameuse ancienne députée du Parlement italien, Lliona Slatter alias la Cicciolina, a un rôle de quasi-prostituée qui souhaite convertir Loredana à cette facilité. Pour anecdote, la Cicciolina tournait encore ses films hard alors qu'elle était élue député ! Quel sacré pays quand même l'Italie !

L'entourage familiale de Loredana demeure en déliquescence avec une mère qui a un amant (Enzo Canavale, qui demeure touchant dans un rôle convenablement écrit) tandis que son père a toujours eu sa propre liberté. Loredana demeure sollicitée par de multiples prétendants, mais elle ne sait qui choisir et que faire, puisque le propre des filles demeure de se laisser guider par les sentiments. Mais il est inévitable qu’elle fasse l’amour pour la première fois. Ce sera avec un associé de son père qui la laisse choir, et Loredana apprendra sa première leçon de sa vie de femme.

Voilà l’intérêt majeur de la lycéenne, un portrait touchant et subtil d’une jeune femme, comme on en a tous connue et face à ses incertitudes, ce qui la rend plus humaine. Le réalisateur se nomme Michele Massimo Tarantini, il s’agit d’un réalisateur capable, selon le sujet, mais dont la majorité de la filmographie tourne hélas autour de ces sexy comédies. Quand il a réalisé d’autres films, il a excellé dans le polar (calibre magnum pour l’inspecteur avec Luc Merenda), le film de jungle (le semi-parodique prisonnières dans la vallée des dinosaures). Justement pour ce dernier film, il a tourné au Brésil et, tombé amoureux du site, il y est resté vivre ! Il s’agit d’un cas typique d’un réalisateur qui demeure capable si on lui donne les moyens. Il est d’ailleurs scénariste de la lycéenne.

( l'édition française de la lycéenne qui, c'est une exception, a une jaquette absolument horrible !)

Loredana est jouée par une bombe nommée Gloria Guida, dont la carrière demeure plus variée que ses consœurs, et qui demeure l’une des rares blondes du cinéma italien (citons Anna Maria Rizzoli). Son interprétation simple demeure agréable mais il ne s’agit pas d’une performance à proprement parler. En tout cas elle correspond parfaitement au rôle, puisqu’elle a encore le charme candide et ingénue que réclame le rôle. Loredana demeure sexy et parfois provocante, tantôt elle doute ou ne comprend pas le manque de pureté des adultes, ou encore elle apparaît un rien garce, la complexité féminine en somme ! Gloria Guida aura surtout tourné entre 1974 et 1982, date où elle a rencontré l’acteur Johnny Dorelli. On dit plein de choses à son propos, mais retenons qu’elle ne semble pas vieillir sur les photos et que sa beauté est luminescente !

Du côté des coqs, on a un jeune premier dont le jeu a retenu mon attention, Rodolfo Bigotti qui tourne toujours et dont la Lycéenne constitue le premier vrai rôle. Il est opposé à Giuseppe Pambieri, qui joue le premier amant de Loredana, et l’opposition entre le jeune et le coq mûr demeure le grand moment comique du film. Le personnage de Rodolfo course Guiseppe en moto, alors que son rivale a une voiture sport, et il se retrouve dans les fourrées puis à l’hôpital. Déjà qu’il a failli conclure lors d’une baignade naturiste avec Loredana, son attachement lui cause à nouveau un accident. Quand il se réveille et il voit Loredana penchée sur lui ,inquiéte, et il lui sonne un puissant et revanchard « salope ! ».

Voici donc la Lycéenne premier opus, qui a connu un beau succès en cette année 1975 dans son pays d'origine. La série a connu des suites plus ou moins vagues dont le second, la lycéenne redouble, mais hélas qui ne retrouve ni le personnage de Loredana, ni Michele Massimo Tarantini. Le résultat demeure bien faible, ou plutôt dans la norme des sexy comédies et même Gloria Guida semble avoir perdu son charme adolescent pour apparaître plus mûre physiquement. La seule bonne nouvelle relative à la lycéenne demeure la toute récente édition de la B.O du film, qui demeure superbe et hautement recommandable, mais aussi la seule œuvre connue de son compositeur nommée Vittorrio Pezola. Elle fige Loredana dans un moment de grâce qu’il vous serait peut-être agréable de découvrir…

Note : Nanarland retrace la carrière d’actrice de Gloria Guida, et vous fait entendre ses talents de chanteuse par un extrait sonore du second opus. Autant Gloria Guida incarne à merveille la grâce et la féminité, autant sa voix fait penser à un camionneur perclu de laryngite ! Voici un lien, assez faible et édité par un fou de honda, pour voir quelques extraits de la lycéenne. Enfin, Psychovision voue propose la critique du second liceale.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires