Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 08:00

Jim Starlin demeure un autre des excellents auteurs qui a œuvré dans les années 70. Il a repris une série mineure, ou en perte de vitesse, en y apposant sa marque. Et la marque en question demeure tellement psychédélique que cela méritait bien un bref hommage. Jim Starlin aura réussi le paradoxe de projeter des personnages qu’il s’est réapproprier dans l’infiniment grand, bien qu’ils aient des résonances si intimistes.

Jim Starlin est né le 9 octobre 1949 à Détroit. Il fut un lecteur de comics et il s’essaya aux dessins car son idole, Jack Kirby, l’avait réellement impressionné. Il s’enrôla de 1968 à 1971 dans l’US Navy dans la photographie, ce qui lui a permis d’appréhender une autre approche des perspectives et de l’art. Jim Starlin est sorti juste à temps de la Navy pour faire parti de la seconde grande vague de Marvel, que nous séparerons de la première des années 60, et il fit quelques travaux d’assistanat graphique sous la tutelle de John Romita, responsable artistique chez Marvel.

Cela dut être convaincant, puisqu’il put reprendre Iron Man, qui ne proposa plus d’aventures trépidantes depuis longtemps. Jim Starlin apposa non sa marque, mais un personnage qu’il exploita intimement : Thanos. Selon les dires de Jim lui-même, Thanos demeure un hommage évident au Darkseid de son maître Jack Kirby (qui a réellement eu une énorme influence sur cette génération d’auteur). Jim Starlin a quand même eu l’opportunité de dessiner, certes, mais surtout d’écrire ces histoires. Il est à mon sens un excellent scénariste lorsqu’il se donne la peine d’être accessible au plus grand nombre.

Il poursuivit son run sur le personnage mineur de Marvel, Captain Marvel. Captain Marvel fut le seul personnage crée par Stan Lee qui eut une carrière mineure. Confié à Arnold Drake, il dépérit et le titre s’arrêta malgré un changement radical dû à Roy Thomas. Il repris certes ses aventures dans les années 70, meilleures il est vrai, mais c’est Jim Starlin qui lui aura donné ses meilleures heures. Or, celles-ci resteront dans la mémoire des lecteurs, et à juste titre. 

Captain Marvel fut donc confronté à des menaces ou des éléments cosmiques, hors des limites de la conception des simples mortels. Jim Starlin s’en donne à cœur joie. Les planches qui défient le surréalisme jonchent les aventures du Captain comme une page divisée en 9 cases, qui dépeint la folie avec des éléments issus du propre symbolisme de Jim Starlin. Les aventures du brave Captain sont graphiquement et conceptuellement époustouflantes. Jim Starlin lui adjoint un environnement intéressant avec Mentor, Dragon-Lune, Eros et autres pseudos-dieux de Titan, dont Thanos demeure une anomalie dont les aspirations demeurent tellement singulières. Le personnage de Drax le destructeur demeure aussi crée et il demeure tout aussi intéressant.

Le dénouement a lieu dans un annual des Vengeurs, avec une bien mystérieuse mort pour Thanos, qui semble quand même atteindre un nouveau  plan de l’existence. Il s’agit ni plus ni moins qu’une grosse baston matinée de quelques éléments intéressants. Adam Warlock, une création de Jack Kirby/Stan Lee, est intimement réapproprié par Jim. Aussi il  a le droit à quelques aventures dans son propre titre qui demeure infiniment intéressant. Adam Warlock demeure le pendant animiste, lié à l’âme donc, des super-héros façon Jim Starlin. Ses aventures tournent autour des gemmes de Marvel, des pierres précieuses au nombre limitées qui demeurent ni plus ni moins liés au tissu de l’univers.

Dans une interview donnée à Scarce, Jim Starlin racontait qu’il n’était pas en odeur de sainteté chez l’éditeur puisque certains de ses salaires ne lui venaient pas à temps. Cette anomalie devenait récurrente et notre artiste de l’esprit & du cosmique alla voir ailleurs, il nous donnera encore de belles aventures dans les années 80.

Il aura, à mon sens, donné certaines de ses plus belles heures en terme d’imagination pure à Marvel (qui n’a absolument pas compris la valeur de Jim Starlin) et qui restent à mon avis le sommet de Marvel de cette époque (pour ma part, encore plus haut que les X-men). Pas mal pour un émule du grand Jack Kirby qui aura façonné sa propre mythologie, qui demeure des plus réussies mais surtout follement originale (bien plus que les Eternels de Jack). 

Notez quand même le paradoxe : Jim Starlin  fut un militaire pendant 3 ans et les substances qu’il reconnaît à demi-mots avoir consommées, ont dopé son imagination comme un catalyseur. Il nous en a quand même donné d’étonnantes retranscription, que l’on peut précisément qualifier de Merveilles !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires

Loup Blanc 29/09/2008 20:10

Je pense que mes collec vont t'intérrésser. Appelle moi quand tu veux.
A tchao Loup blanc

X-clair 29/09/2008 09:11

Excellent ton blog, un des tout meilleurs que nous ayons. De plus, c'est beaucoup plus difficile de faire du contenu que de la news ? Bravo.