Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 18:00

 

Robotjox ! Voilà bien un film qui n’a eu aucune postérité ou reconnaissance, même de nos jours. Pourtant, Charles Band avait osé, bravo à lui, mais la grande vague virtuelle de Robotech ou, pourquoi pas, un jour une adaptation de Goldorak, pourrait lui rendre la place qui est la sienne : celle de pionnier.

Il est vrai que Robotjox souffre de faiblesses : de rythme, de budget, d’ampleur.

Mais les combats entre robots sont là et la stop-motion s’avère bien efficace…

 



 

Robotjox demeure un projet de Chalres Band, un entrepreneur de films qui a connu une forte ascension de sa firme Empire, dans les années 80, mais qui a subit une faillite spectaculaire. Entre les deux, Charles Band se distingue par une certaine aspiration à rivaliser avec les majors et, pour cela, il lui fallait des projets porteurs, du point de vue commercial. Ainsi ce producteur prudent, voire pingre, a mis quelques unes de ses billes dans ce « gros » film de robots géants qui s’affrontent en préfigurant quand même un certain Transformers de Michael Bay !

Robotjox demeure issu d’une idée Charles Band. Sa manière de procéder était quand même proche des Italiens : il concevait un pitch sur lequel un dessinateur faisait une superbe affiche puis il prévendait le film sur les marchés du film qu’il tournait si les préventes étaient assez conséquentes. Charles Band a commencé modestement, son père Albert était lui-aussi réalisateur, mais il a bénéficié du boom de la vidéo lors des années 80. Sa firme a cru pour répondre aux besoins de ce marché qui semblait alors exponentiel. Sa grande réussite fut, heureux hasard, Réanimator de Stuart Gordon. Ce film demeure à la fois sérieux et réussi. La qualité qui faisait souvent défaut à la firme Empire jaillissait enfin, parmi du très très mauvais voire carrément ridicule ou indigent.

Charles Band se mit à voir les choses en grand, et Robotjox portait ses espoirs mais l’aventure tourna au naufrage. Une grosse somme fut, dit-on, investit sur l’écran mais la firme connut ses premiers problèmes de trésories et le tournage fut interrompu. Il reprit avec le concours d’autres investisseurs mais le film sortit alors que la mode des robots géants pour les enfants étaient passée ! De plus, Robotjox demeure un film loupé !

Pourtant, le pitch est bon. Dans le futur, notre monde bipolaire a connu tellement de guerres et hécatombes que les conflits entre blocs sont réglés lors de joutes avec des robots géants dotés d’armes stratégiques au nombres limitées. Chaque camps a ses champions, mais le Russe Alexander écrase victorieusement tous ses adversaires. Il est finalement opposé au grand champion du bloc de l’ouest, Achilles. Lors du conflit, le robot d’Achilles tombe sur une estrade du public et les morts sont nombreux. De plus, on découvre que le camp d’Achilles a un traître qui révèle les secrets des RobotJox à l’ennemi, le rendant de fait invincible…

Encore une fois, ce pitch demeure bon. Mais le film demeure quelque peu pesant à suivre. Les péripéties demeurent molles et Robotjox ennuie, ce qui est mauvais signe. Le fameux budget du film n’apparaît jamais à l’écran puisque les plans de foules demeurent chiches et les fameux robots n’impressionnent guère. Dieu merci, l’animation des robots demeure confiée à l’excellent David Allen, un collaborateur fidèle de Charles Band dont la technique d’animation d’image par image a souvent sauvé ses petits films en leur conférant un aspect spectaculaire et fabuleux, une denrée rare dans les productions de Charles Band !


Considérons quand même Robotjox comme un brouillon de Transformers, une tentative réellement en avance sur temps et, il est vrai, réellement hardie et couillon. Il nous reste alors une bande annonce dynamique, qui contraste avec la mollesse du film. Curieusement, RobotJox a eu une suite, qui reprend les mêmes personnages ( bon le héros est un rien fade). Il représente les espoirs de l’humanité après une invasion extra-terrestre ! Bizarre cette volonté de donner une suite à un film qui ne demeure pas auréolé de gloire, même très peu, et qui dénature le concept du premier film (en plus il arrive à la cheville de Robotjox). Cette suite se nomme Robo warrior, et il doit se regarder de manière distraite mais complaisante. Après tout, les robots géants constituent un genre cinématographique trop rare pour que l’on fasse la fine bouche !         

Charles Band, qui s’empresse d’épuiser un créneau quand il est certain d’en tenir un, à continuer avec ce concept de robots géants animé par David Allen. Il s’agit de Crash & burn, sous-titré parfois avec empressement Robotjox 2. Ce film demeure assez mauvais, pourtant Band demeure un cinéaste capable mais il se contente de moindres efforts… Robot wars se caractérise lui aussi par une mauvaise réputation, aussi je ne risqua pas mes ressources pour acquérir ce film réputé un brin très moyen, voire pénible. Ce qui demeure finalement ironique, c’est que RobotJox a davantage annoncé la mode des jeux vidéo type Gundam ou Crazy Ivan où les mechas se battent avec des armes optionnelles plutôt que les robots vivants types Transformers. C’est déjà un bel exploit !

Note : RobotJox n’a pas échappé à Nanarland qui démonte le film boulon par boulon. Il est vrai que Robotjox est une tache sur la filmographie de Stuart Gordon. Voici son trailer, puis les scènes de combats.
Augmentons les enjeux avec le trailer de Crash & burn, puis celui de Robot wars. Attention à l’indigestion !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires

Stef 04/03/2010 01:39


Oui, évidemment, Robot Jox ne casse pas la baraque, les intros de jeux PC de robots géants sont mieux faites mais même si on sent le manque de moyen j'ai vraiment eut l'impression de voir quelque
chose dans la veine de Robotech/ Battletech/ Mechwarrior. Et l'animation des machines est pas si mal. J'ai trouvé une version sous-titrée en Français sur E-Bay mais zone 1.
Effectivement, montrer ça au cinéma était osé.
Espérons que les futurs films de cette veine ne soient pas juste une démonstration d'un nouveau logiciel 3D...
Super ton blog, grâce à toi j'apprends pleins de choses! :D


Bastien 03/03/2010 21:44


Bonsoir Steff.

Tu laisses tellement de commentaires que je n'arrive pas à te suivre.

A ma connaissance, Robojox n'est pas disponible en DVD. Il fut en revanche sorti, après de longues années, sous le titre les Gladiateurs de l'apocalypse en k7 à la location.

Il ne fut hélas pas remarqué mais il eut quand même, grosse surprise, une suite qui était relativement peu raccord.

Franchement, ces films ne sont pas très bons ou captivant mais tenter ces concepts au cinéma était à la fois culotté et visionnaire.

Plus de nouvelles sur le film Robotech pour le moment...


Stef 03/03/2010 21:15


Je suis en train de regarder sur YouTube, ça me botte bien! Faut que je trouve le DVD! Ca existe en France??


Stef 03/03/2010 21:12


Ohoh! Moi qui suis un grand fan de robots géants depuis Robotech je ne connaissais pas ça!
D'ailleurs, j'ai ouie dire qu'il y aurais quelque intention de sortir Macross en live au cinéma. J'ai un peu peur, si les effets spéciaux sont là, je n'accroche plus beaucoup à la SF de ces 10
dernières années (en fait depuis depuis "Independance Day", je suis de plus en plus déçu).
Mais bon, quel bonheur ce serait de voir les "Valkyries" au combat contre les Zentradiens! :D


gundman 12 22/06/2008 13:02

Très intéressant comme article. je ne connaissais pas ce film, mais le trailer donne envie. Tu as un e culture vraiment très large.