Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 08:00

Les adaptations de comics ont longtemps fait peur. Pour preuve, la version virtuelle que n’a finalement pas monté la Cannon dans les 80’ de Spider-Man : les producteurs et scénaristes connaissaient si mal le comics que Peter Parker se serait transformé en araignée !  Donc la formule pour Hollywood est l’adaptation, pour ma part je pense que le terme le plus juste serait formatage. On intègre les éléments du comics pour un film, avec les impératifs que cela sous-entend, puis on bannit ce qui ne rentre pas dans le moule. Or, des éléments bannis de Wanted, il y en a un paquet, sur tout ce qui inhérent aux super-héros. Mais est-ce que Wanted est pour autant un bon film ?  

Wanted raconte donc l’héritage de Wesley du rôle de super-tueur de son père puis l’apprentissage de ces aptitudes. La seconde phase montre qu’il est rattaché à l’un des 5 ordres des super-vilains qui se sont partagés le monde, tout en éliminant par la magie et la technologie le plus petit souvenir des super-héros de la population. Mais deux de ces ordres veulent briser le statut-quo qui équilibre une relative paix pour la population.
Voilà pour la version comics, et il s’y passe bien plus de choses, dont des détails extrêment savoureux.  

Wanted version film prend le même postulat de départ, sauf que Wesley va intégrer une société secrète de super-tueurs, capables par exemple d’incurver les trajectoires de leurs balles, aux ordres d’un chef nommé Sloan.
Une des différences majeures tient dans le fait qu’il s’agit d’une guilde qui accomplit les prédictions que recèlent les lignes d’un tisserand, ce qui est hautement amusant. Sloan a la faculté de lire ces lignes, de les déchiffrer et ainsi d’émettre un commandement pour tuer les personnes désignées.

Or, un tueur renegat a précisément abattu le père de Wesley lors de la première séquence, et il menace la survie de la guilde, tant il est puissant. Seul le père de Wesley était assez puissant pour l’éliminer, mais la guilde espère que son fils aura les mêmes dispositions. Après un sévère entraînement, la chasse au tueur pourra commencer. Et elle amènera son lot de révélations.  

Bien écrit, le film dure quand même 1h 50. Le scénario, écrit par 3 scénaristes, demeure réellement de bonne qualité. L’interprétation est excellente, surtout la révélation nommée James MacAvoy. Mac Avoy incarne avec brio un jeune adulte qui vit plus de mois ce qu’il a vécu en deux ans, et son jeu épouse à merveille ces vicissitudes. On a également plaisir à retrouver le distingué  Thomas Kretschmann, jadis tueur en série dans le syndrome de Stendahl. Il est ici la cible à abattre qui en sait beaucoup sur la guilde. Enfin, Angelina Jolie souffle à Halle Berry un bon rôle et son interprétation mutine sert le personnage tout en lui conférant une dimension intéressante. 

Le scénario ne garde donc que le début, puis il s’écarte beaucoup de la version comics, notamment pour une séquence de déraillement très spectaculaire d’un train à plusieurs centaines de mètres. Si les effets spéciaux de synthèse ont encore fait un bon, les trucages m’ont semblé convaincants, le pont de Cassandra avait fait aussi bien en son temps, 1976.

Dommage qu’il ne reste plus grand chose des superbes punch lines du comics (l’ennemi qui dit qu’il ne baise pas des chèvres, mais qu’il leur fait l ‘amour) ou encore des séquences totalement incorrecte où Welsley snipe des civils pour se faire la main. Il est vrai que c’était réellement subversif ! En retour, on a un superbe gag quand Wesley éclate son clavier d’ordinateur sur son meilleur ami, enfin celui qui le trompe avec sa copine.

Ainsi, Wanted demeure un bon film, qui permet au film d’action d’aller encore un peu plus loin dans la démesure mais il a gommé tout ce qui avait attrait aux super-héros, pour le rationaliser avec une histoire de tissage qui demeure extravagante. Je me pose quand même la question pour comprendre pourquoi les producteurs achètent les droits d’un comics de super-héros pour en tirer un film d’action hautement improbable ? Le manque de magie d’Hollywood !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires