Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 14:30

 

2ème partie

 

Mais ce qu’il y a d’amusant avec Fantax, c’est que l’on a rapproché à Chott de s’inspirer du style de Burne Hogarth, le second et très talentueux grand illustrateur de Tarzan. Il est vrai que cette star du dessin et maître de l’anatomie demeure une référence incontournable. Les jeunes dessinateurs ont parfois des révélations et des modèles qui leur montrent la voie à suivre mais ils s'en éloigent progressivement.

 

Les aventures du justicier était parfois sanglantes et le sang n’était pas dissimulé.
Ceci dut déplaire à la fois aux parents mais aussi aux gardiens de la morale, les prêtres et autres ecclésiastiques qui veillaient à la bonne moralité de la jeunesse. Or, la loi du 1er juillet 1949 concernait les publications liées à la jeunesse. Et elle ne pouvait pas décemment manquer Fantax dont le genre lui-même, les super-héros qui cognent, était suspect. Mais en plus, un justicier avec des aventures sanglantes, là c’en était trop.

Vint hélas pour Pierre Mouchot une douloureuse période de sa vie où il dut se battre avec la censure, de front. On lui reprocha tout et n’importe quoi, surtout des intentions supposées. Ce fut pour ce grand homme une période regrettable et épuisante, où il dut se défendre pied-à-pied avec les gardiens de la morale. Rappelons, à titre d’exemple, que la sympathique Claude Vistel des éditions L.U.G (à qui nous devons tout) dut se débattre avec le même hydre jusque dans les années 80. Selon elle, ce type de commission lui a littéralement pourri l’existence.

Donc Pierre Mouchot vit ses titres arrêtés, sa maison d’édition stoppée et sa santé elle-même en fut affectée. L’année 1959 fut l’ultime aventure de Fantax. 

 

Mais Pierre Mouchot, qui c’était consacré corps et bien dans sa société, décéda trop tôt, en 1966. Il fut réellement affecté par ses combats inégaux face à la censure, qui lui reprocha tout et n’importe quoi. D’ailleurs, il semble que son combat fut du même ordre que celui de Bill Gaines contre la commission du Sénat pour les EC comics, lors des années 50 (la bande dessinée américaine et française offrent de curieux parallélismes). Fantax dura donc en tout et pour tout 39 glorieux numéros avant que la censure n’eut raison de lui.         

Il convient donc de rendre hommage à Pierre Mouchot, de se souvenir de son nom, de son histoire et de son apport historique. L’homme était courageux, avant-gardiste (il avait même fait fabriquer une statuette de Fantax) et il incarnait un indépendant en but à une censure étatique qui se serait acharnée sur sa maison d’édition. Rappelons-nous de lui comme un précurseur, et un grand, qui demeure un fantastique personnage dont Fantax demeure une variation en bande dessinées. Il est temps que sa mémoire et son souvenir aient une place conséquente dans le panthéon de la BD française et son tribut est en tout point historique...

 

Note : Mr Robert Lapoussière est le père de Tristan Lapoussière, le créateur/animateur de l'excellent fanzine Back-up ! Norbert Moutier, le fameux éditeur/réalisateur de Monster Bis est également un nostaligique de Fantax ! La première génération de "geek" en somme (bien que je trouve ce terme guère élegant) !

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires

Tanguy 12/09/2008 23:11

Pour plus de renseignements contactez moi :
editionchott@free.fr ou
allez voir sur ce lien :
http://www.forumpimpf.net/viewtopic.php?t=18852
A bientôt.

Le club de l'audace

Tanguy 12/09/2008 20:05

Et si FANTAX revenait ?

Le club de l'audace.