Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 08:00

2ème partie :le second cycle !
 

 

Mobilis in mobile demeure l’un des plus gros succès de l’Affaire. Il est évident qu’un nouveau pallier musical a été franchi et les orchestrations sont encore meilleures, presque différentes mais comme modernisées.


Le titre phare, le Capitaine, se retient bien et traite en filigrane de l’au-delà d’un marin, ou plutôt de l'en-deça.

 Un bon titre, solide, avec une rythmique percutante, qui rénove à elle-seule l’image du groupe. 
Le reste de l’album est tout aussi convaincant, voire riche d’une réelle variété de thèmes qui alternent la légèreté comme la gravité (ce qui est propre au groupe et que l’on retrouve beaucoup dans les albums d’Hubert Mounier).


Pour la partie légère, il y a les filles de la chance mais surtout le truculent Dans le lit d’Hélène dont les paroles méritent votre attention :

« Le serpent est dans la pomme,

 la pomme est dans l’arbre,

l’arbre est au fond du jardin,

du jardin d’Hélène ! »


La partie la plus grave s’observe avec des titres comme Viens avec moi, qui ne parle ni plus ni moins que de la grande faucheuse, ou encore Champ d’honneur sur les soldats de la première guerre mondiale. Un bel hommage à nos homologues qui se sont sacrifiés pour l’Etat guidés alors par le mensonge. En outre, l’histoire de ce soldat est touchante et fort bien contée.

Karl Niagara nous revient dans un autre très bon titre, Vers des jours meilleurs. Cette alternance de chanteur permet d’introduire une réelle variété dans le groupe, ce qui constitue un atout de plus pour l'Affaire.

Enfin, d’autres titres plus légers comme le Soleil est là ou plus sérieux Mobilis in mobilius permettent de donner une grande profondeur à cet album particulièrement abouti, qui alterne une gamme de musiques, d’univers ou de saveurs musicales.
 Une réussite incontestable qui en appelle d’autres !  

L’album suivant, l’Homme aux mille vies, demeure à mon avis l’album le plus accompli du groupe, ce qui n’est pas un mince exploit !

 Le premier titre de l’album, l’homme aux mille vies, propse une rythmique incroyable, et je n'en connais pas d'équivalante !

Le titre parle des mauvaises habitudes séculaires d'une sorte d’highlander ou immortel avec ironie. Le titre se retient bien, déborde d’énergie et on accroche dés la première écoute, une belle performance. Les univers abordés demeurent encore plus évocateurs, comme si le groupe avait encore fait des progrès conséquents.

 Le titre Tranquille aujourd’hui nous entraîne dans une douce et belle méditation, une sorte d’hommage à ces instants statiques quand le temps est atone. Encore un  très beau titre, un de plus. Cleet Boris revient dans l’introspection savoureuse de l’enfance avec Ma vie était si simple, mais aussi le Meilleur des mondes.

Ma vie était si simple est une très belle évocation de l'enfance où Cleet reprend et mélange les thèmes de Tom Pouce et d’autres figures un rien oubliées. Le tout est enjoué et extrêmement plaisant, une des signatures du groupe en quelque sorte !

Le Vieux sage, comme l’Homme aux mille vies, s’attaque au thème du vieux maître omniscient avec ironie. La rythmique du titre est excellente, comme l’homme aux mille vies, qui demeure à ma connaissance inégalée.

Le cimetière des élégants est un autre titre qui permet de retrouver les influences, bien maîtrisées, du groupe. On retrouve de vieilles saveurs musicales qui sont utilisées avec talent et remises au goût du jour.

Aucun mystère est un autre titre réussi qui allie émotion et gravité, une autre grande réussite de l'album.

Enfin Karl Niagara nous revient avec Aux larmes citoyens, une belle chanson et une agréable parabole sur les turpitudes de notre société. Karl soigne toujours ses titres, et ceux-ci sont bien adaptées à ses capacités vocales. Evidemment, l’idéal aurait été un album avec plus de titres, de cette qualité, avec d’autres interventions de Karl.
Ainsi L’Homme aux mille vies s’impose comme le meilleur album du groupe, le résultat du cheminement du groupe qui  parfait son art de plus en plus. Mais l’album suivant va casser la dynamique du groupe…  

 

Europium voit donc cette excellente formation exploser en haut dans les cimes, ce qui est regrettable.

Le groupe avait atteint une belle maturité mais il est vrai que chacun de ses membres aurait pu prétendre à une carrière solo et que la musique est un art tellement vaste quechacun  veut l’explorer avec sa propre personnalité.

Europium
distille un air funèbre alors qu’il aurait plutôt due être une belle conclusion. Bronco Junior et Karl Niagara ont donc mis leur talent au service d’autres aventures musicales. Ils font partie de ces excellents musiciens qui contribuent directement à la réussite d’un album. Pour ma part, Karl restera toujours un excellent interpréte que j’aurais volontiers suivi pour une carrière solo…


Quand à Cleet Boris, redevenu Hubert Mounier, il nous offrira un troisième et remarquable cycle musical qu’il convient de découvrir…
   

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires