Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 08:00

Les séries télé anglaises ont connu quelques périodes dorées, je situe la première dans les années 60 avec Avengers, le Prisonnier ou encore le Saint. A mon sens, la seconde se déroule de nos jours avec la reprise fabuleuse du Doctor Who, qui demeure sans égale. Mais s’il y a bien une série que l’on a tendance à oublier, même si beaucoup la connaissent, c’est bien le Saint avec le sémillant Roger Moore !

Le Saint fut inventé par le romancier Leslie Charteris. Le personnage était à la fois un gentleman un rien Arsène Lupin et un redresseur de tort, parfois assez violent. Leslie Charteris avait eu l’idée géniale de créer un sigle pour son détective, celui que vous connaissez et qui permit de caractériser ses romans au premier coup d’œil et de leur donner une identité visuelle très forte. La série est un succès, un gros.

Il faut dire que Leslie Charteris sait fort bien écrire, ses intrigues, ses rebondissements, ses situations périlleuses ainsi que les belles femmes sont savamment maîtrisés : un travail d’orfèvre ! D’origine chinoise par son père, Leslie Charteris crée le Saint (les initiales de Simon Templar) dès son troisième roman. Ce grand monsieur décédé en 1993 à l’âge de 86 ans était un expert de l’écriture : ses romans, bien que datés, impressionnent encore par son sens de l’intrigue et sa dramaturgie.

Maintenant Roger Moore. L’acteur est né en 1927, il a explosé en 1958 avec le rôle d’Ivanhoé pendant 39 épisodes puis il a connu des rôles qui l’ont mené toujours plus haut, jusqu’à James Bond en 1974 avec Vivre et laisser mourir. Entre temps, il fut le truculent Lord Brett Sinclair dans Amicalement vôtre, que l’on peut toujours regardé avec plaisir. Le Saint demeure un rôle que Sir Roger Moore voulait jouer, mais il n’a pas pu obtenir les droits de la série. Ce sera le talentueux producteur Brian Clemens, scénariste talentueux et réalisateur, qui lui offrit le rôle.

Roger Moore ne pensa pas en avoir pour plus d’une saison, 6 mois de tournage, mais la série eut du succès et on adapta tous les romans de Leslie Charteris, pour une durée de 3 ans. Ce fut ITC qui, dans sa grande période créative, adaptera le personnage en édulcorant quelque peu la violence des romans pour que les enfants puissent suivre les aventures du Saint.

Tout le monde pensait donc en avoir fini avec le personnage, mais voilà que les USA provoquèrent un coup d’éclat. Un grand network diffusa au hasard, pour boucher un horaire de diffusion, un épisode de la série. Ce fut un gros succès. Les dirigeants n’y croyaient pas. Il recommencèrent, et ce fut un vrai succès. Ils furent donc obligés de négocier avec la firme ITC d’autres saisons. Brian Clemens convoqua Roger Moore, un pool de scénaristes pour repartir dans l’aventure et celle-ci dura…6 ans de plus !

En 1969, la série se finit et Roger Moore en sorti lassé, très méfiant à l’égard des séries télé. Paradoxalement, Amicalement vôtre ne connut pas le même sort et la série ne fut pas reconduite, alors qu’elle demeure un classique en France, elle a même passé le rideau de fer et elle a institutionnalisé le Buddy-Movie.

La série a connu un autre interprète, pour le Retour du Saint (mais Jean Marais l'avait déjà joué dans les années 50), mais le souvenir de Roger Moore demeure le plus fort. Si on regarde de plus près, le Saint demeure le prototype de héros des années 30, une sorte de détective classieux sans problème d’argent, qui est à l’abri de la police, qui provoque la mafia sans crainte et dont les aventures l’opposent même aux espions étrangers. Une sorte de héros dont il ne convient pas de se poser trop de questions pour accepter l’énormité de ses aventures, ni même l’extravagance de son invincibilité : un héros qui fait rêver en quelque sorte.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Royaume des Avis
commenter cet article

commentaires