Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 05:01


Né dans le Gard en 1931, je présume que l’enfance de Francis fut bercée avec délectation par la lecture des illustrés de ce que nous pouvons nommer désormais, par un parallélisme avec les comics américains, l’âge d’or de la bd. Sa mère était vendeuse de journaux et le petit Francis consommait un choix quasiment inépuisable de bd, avec un très grand renouvellement ! Il est assez amusant de constater que ces deux cousins, français et américains, ne semblent jamais regarder dans la même direction mais qui ont subi certaines mutations un peu prés en même temps. Ainsi, la loi du Juillet 1949 sur la jeunesse n’anticipe-t-elle pas de quelque temps seulement l’instauration du comics code en 1954 ? 


En tout cas, Francis Lacassin a courageusement été une sorte de pionner, c’est à dire qu’il a crée les premiers cercles de BD français, ce qui ne devait pas être à l’époque une mince affaire…
Cette culture que les américains nomment « geek » et qui permet assez normalement aux adultes de poursuivre et développer leurs rêves d’enfant à travers le média de la bd n’était pas appréciée telle quelle à l’époque, pas du tout !

Ainsi aller voir des films d’horreur comme ceux de la Hammer dans les années 60 était mal vu, très vu. Le cinéphile devait presque se cacher honteusement pour aller voir les films qu’ils affectionnaient !
Je suis un peu près certain que les amateurs de bd étaient quelque peu dans la même situation, à collectionner et se repaître culturellement de ce média qui allait connaître, finalement mais pour longtemps, une fort belle reconnaissance.

En effet, la bd est désormais nommée le 9ème art, elle jouit en France d’une pluralité exceptionnelle et elle mérite souvent ce label d’art. 

Mais je suppose que les coups, la récrimination, l’incompréhension des autres, et une certaine mis en banc de la part des bien-pensants ont plu sur ces courageux et novateur pionniers de la défense du 9ème art qui ont conquis cette reconnaissance et aidé à ce que la Bd soit ce qu’elle est actuellement : un art intellectuel, parfois sérieux, parfois léger et qui offre une très grande pluralité de genres, de tons, d’expérimentations, d’auteurs, de styles, d’univers ou encore de fantasy. 

Pour en revenir à Francis Lacassin , je le classe sans nul doute possible dans cette catégorie d’avant-gardiste qui se sera battu, laborieusement, pour parvenir en indivision à ce résultat.
Francis Lacassin a donc participé aux premiers cercles de bd, une grande aventure…Il a fait de grandes choses, lancé des conventions, rencontré des grands de la bande dessinée qui nous ont quitté depuis longtemps et dont les noms sont des mythes. Il a aussi interviewé RG et tant d’autres artistes !


Mais il était en plus passionné de ces vieux sérials et il contribua là-aussi à ce que l’on n’oublia pas Louis Feuillade et autres cinéastes pionniers de cet âge d’or du début du cinéma. Son coup de maître fut d’ailleurs la participation à l’écriture d’un chef d’œuvre du cinéma français, le fameux Judex qui a quelque chose à voir avec le concept du surhomme américain. 

N’oublions pas que Francis Lacassin avait également crée sa revue nommée Giff Wiff qui était un périodique. Francis Lacassin a participé à moult autres aventures éditoriales comme les revues Bizarre ou encore le magazine littéraire. Plus récemment, il venait aussi de publier le premier tome de ses mémoires, Sur le chemin de la mémoire, alors que le tome deux attendait.  Hélas nous ne le liront jamais… 

En plus de tout ça, vous ais-je mentionné que Francis Lacassin occupait aussi la première chaire sur la Bd à Paris I ? Quelle vie ! Définitivement un grand monsieur de la Bd, de l’édition à qui un tout aussi grand monsieur, Henri Filippini, rend hommage dans l’excellente revue DBD de ce mois.

Bravo pour toutes ces prouesses, Mr Lacassin et merci !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires