Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 08:00

5ème partie 

Les épisodes se succèdent, avec au début un David Finch assez inspiré. Intéressant que le parcours de ce enfant de Top Cow. Certes, Marc Silvestri l’a formé mais il l’a quitté pour mener sa propre carrière qui le mène à ce comics de premier plan. Il a avoué récemment qu’il était miné par des doutes quant à son art, ce qui est à mon sens un lapsus d’artiste qui ne pourra que progresser et nous surprendre par la somme de talents qu’il est prêt à déployer. Je gage qu’il va nous surprendre. 

Pour en revenir au titre Vengeurs, c’est un succès majeur de Marvel puisque pour la première fois depuis les années 70 le titre passe devant les X-Men, un succès historique qui ne se dément pas !
Mais le titre est contesté, on reproche aux histoire de ne pas présenter grand chose et de diluer l’action et les enjeux. Il est vrai que le titre n’est pas la JLA de Morrison, mais il reste agréable à lire, les personnages sont maîtrisés et ils gagnent même un regain d’intérêt, de caractérisation. Ainsi, en ce qui me concerne, Spider-Man est plus intéressant et amusant dans ce titre que dans USM !  Brian Michael Bendis a même quelque éclairs de génie en remodelant des menaces. Ainsi le Brother Vodoo est régulièrement inquiétant lors de sa venue pour neutraliser Doc Strange dans Civil War.  

La série est si appréciée et si convaincante, en termes d’impact pour le lecteur tant que pour le respect des personnages, que certaines idées de grands événements à venir prennent leurs germes dans cette série. Ainsi l’intéressante idée des Illuminati rencontre un certain écho dans les pages des Vengeurs. Mais la saga World War Hulk s’apprécie comme une conséquente indirecte des actions de nos illuminati. Brian Michael Bendis sait jouer de la continuité ou plutôt de l’historique de Marvel : ses idées permettent un nouvel éclairage et l’histoire de Marvel n’en demeure que plus intéressante, plus enrichie. IL s’agit là-encore d’une autre facette des dons de scénariste de Brian Michael Bendis : là où d’autres, John Byrne par exemple, alourdissent inutilement jusqu’à l’amphigouri l’histoire de la firme, Brian Michael Bendis trouve des idées astucieuses qui permettent de la rendre plus intéressante. Pour une fois qu’un scénariste revisite le passé sans le dénaturer ! 

Brian Michael Bendis n’a pas participé au grand crossover Civil War.
Voilà un « évènement » qui  beaucoup plu, tant mieux, mais il s’agit bien d’une idée qui vient de éditorial. Le but est juste de lancer une nouvelle série, voire plusieurs pour l’occasion, mais la série en question se nomme « Mighty Avengers ». Mighty Avengers bénéficie quand même du talent graphique de Frank Cho, avouez qu’il y a pire !
Frank Cho avoue volontiers que Brian Michael Bendis demeure très réceptif à ses idées, ce qui est un signe de tolérance et d’ouverture d’esprit.   

Le gros morceaux, en tant que crossover, de Brian demeure donc le fameux House of M.
Grand crossover 2005 en 8 parties, House of M bénéficie des dons graphiques de Olivier Coipel, mais il conclut surtout une vieille histoire qui traînait quelque peu et qui doit beaucoup au talent, d’alors, de John Byrne. On sait depuis un peu moins de 30 ans que la Sorcière rouge avait un versant maléfique (tiens, comme Phénix !). Il y a 20 ans, l’histoire progresse à grands pas, John Byrne dans les Vengeurs de la côte ouest la rend maléfique pour un temps seulement. Maléfique et surtout bien redoutable. Il avait notamment monté une grande intrigue qui aurait spécifiait les pouvoirs de la Sorcière Rouge : elle avait bien le pouvoir de modifier les probabilités à son avantages mais elle courbait en fait les réalités des autres univers parallèles pour n’en retenir qu’une. L’éditor en chef ne laisse pas Byrne, malgré un premier accord, finir cette histoire et John Byrne claque la porte. L’intrigue sera reprise par Roy Thomas, qui hélas a perdu lui-aussi de sa superbe, et l’intrigue aura beaucoup moins d’ampleur.

Sauf que les éléments scénaristiques demeurent en jachère, et qu’il fallait bien que quelqu’un, au nom de la sacrée continuité, fasse quelque chose…un jour !

Brian Michael Bendis continue donc sa prestation sur Avengers et sa série dérivée, Mighty Avengers, et il ne semble pas à court d’idées. Il est rejoint par des dessinateurs de haut calibres, comme Lenil Yu ou Frank Cho, et  il a pleinement prouvé qu’il était capable d’œuvrer dans le genre super héros avec une grande aisance, une facilité naturelle pour caractériser les personnages qui demeurent ou traversent la série et renouveler les menaces.

Du bon travail pour un auteur extrêmement capable qui est doué pour tous les genres qu’il aborde : la marque des très grands en somme !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires