Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 07:52

1ère partie


S’il y a bien une actrice dont la plastique m’apparaît toujours comme la plus belle, que je ne me lasse jamais de regarder, c’est bien celle de Lilli Carati.


Lilli Carati ?

Il s’agit d’une des reines des sexy comédies italiennes. Un courant italien qui a donné la part belle à de splendides actrices, enfin d’abord de superbes femmes puis après des actrices, confrontées à des mâles assez hétéroclites même, souvent, vulgaires.

Si le genre s’est éteint subitement en 1983, ces « reines » se sont mariées au choix avec des producteurs, un chanteur ou se sont reconvertis dans l’immobiliers et même en femmes au foyer.

Hélas, pas Lilli Carati.


Lilli Carati est née en 1956  à Varese, en Italy.

Très belle adolescente, elle est inscrite pour le concours de Miss Italie en 1975.

Il paraît que, cette année-là, ce fut un grand cru. Effectivement, vu que Lilli Carati est arrivée la numéro 2, j’aurais bien aimé voir la numéro 1 pour comparer !

Toujours est-il qu’un célèbre agent la prend en main, et sa carrière est lancée quasiment du jour au lendemain. En effet, cet agent très influent la fait rentrer presque immédiatement dans des rôles de premier plan, puisque son second film se nomme la Prof du Bahut.


Film lourdingue en diable, la Prof du bahut est typique de ce type de cinéma qui ne compte que des navets, encore que ceux-ci soient rances. La prof du bahut voit donc une belle jeune femme arriver dans une petite ville portuaire où elle remplace la vieille prof acariâtre.

La classe, enfin la partie mâle, est ravie puisqu’on passe d’une prof rance à une prof canon.

D’ailleurs, il n’y a pas que les élèves qui saluent comme il se doit la beauté de la jeune prof, tous les mâles du coin rêvent d’échanger leurs épouses contre cette bombe.

L’un d’eux, le bellâtre un rien suranné, a d’ailleurs une longueur d’avance sur les autres, mais un rivale plus  malin attend dans l’ombre et marque des points : un lycéen plus malin que les autres.

Résultat de ce marivaudage ?

Stefania  épouse le trentenaire qui sera, il n’y aucun doute là-dessus, cocu dès la première semaine de noces !

Un film que seule la présence de Lilli Carati rend attractif. D’ailleurs, je l’ai vu en VF mais je ne me souviens que de la trame, comme si je l’avais vu en vo.


Lilli Carati est remarquée, son charisme est évident pour les voyants mâles et elle enchaîne les films avec un rythme de tournage assez évident. Elle tourne ce que l’on pourrait considérer comme une grosse production du cinéma populaire avec le second volet de la longue série des Nico Giraldi. Il s’agit d’une série de 14 films avec le génial acteur Thomas Milian, hélas reconnu en Italie mais seulement populaire en France que d’amateurs éclairés.

Il s’agit d’un rôle de premier plan, et on peut dire que sa carrière démarre bien, même s’il ne s’agit clairement pas de cinéma de catégorie A.



Lilli Carati continue sa carrière avec des films plus ou moins intéressants, mais certains présentent encore de nos jours un intérêt cinématographique certain.

Il y a certes les comédies, retenons la Copine de Fac ou encore

Lilli Carati tourne quelques policiers italiens, un genre fameux alors où elle va côtoyer la superstar de l’époque Maurizio Merli.



Qui est Maurizio Merli ?

M.Merli était la star de ce genre, une sorte d’héritier naturel du Western où la lutte contre la mafia, les gangsters étaient le pain quotidien des héros de ces films. Il faut également prendre en compte que la population italienne était sous pression de la criminalité qui explosait, de la mafia qui avait accès au pouvoir et sous le feu des brigades rouges. Comme réponse, le gouvernement italien, dépassé et incapable, voulait se débarrasser d’une partie des problèmes en dépénalisant le vol : voler aurait alors été légal !


Ces films ont servi d’exutoire au peuple alors révolté devant l’incurie des pouvoirs publics, et le héros, le roi d’alors était Maurizio Merli. Pour décrie l’impact de ses premiers films, il faut savoir que les spectateurs se levaient pour applaudir quand son personnage de flic intègre exécutait le méchant à la fin.

Du jamais vu, sauf pour Stallone dans Rambo 2 !

Mais hélas le genre s’est vite essoufflé, presque 3 années seulement, mais Merli resta lié à cette image d’intégrité vertueuse. Il mourut d’un accident cardiaque lors d’une partie de tennis en 1986…


La carrière de Lilli continue avec un seul film en 1978 puis deux en 1979 qui seront remarqués. Il s’agit de Violez les otages, une sombre histoire criminelle comme le cinéma italien avait tendance à produire durant ces années-là. Le cinéma populaire était en effet déjà en perte de vitesse, la télévision s’implantait partout, et des genres ou des tentatives de films choquants étaient souvent tentées afin que ces films se remarquent et surtout s’exportent.


Mais le second titre se nomme Avere vent’anni du très grand réalisateur italien Fernando Di Leo. Le film réunit deux icônes du genre de la sexy comédies pour un film qui traite de la jeunesse dont les héroïnes profitent de manière débridée, comme si ce précieux âge allait s’épuiser comme une chandelle.

Avere vent’anni demeure plus ou moins une sorte de satire sociale jusqu’à la scène finale qui voit nos deux héroïnes se faire violer puis tuer de manière abrupte par une bande de ploucs qui ne se contrôle plus. Une fin abrupte, digne de la dernière maison sur la gauche, qui radicalise le film tout comme son propos. Ni Gloria Guida ni Lilli Carati ne sont à la hauteur de leur rôle, mais les deux demoiselles sont décidément bien charmantes…

Avere vent’anni fut un flop à sa sortie mais il est réhabilité depuis bien qu’il demeure un grand inédit en VF.


Lilli enchaîne les rôles jusqu’en 1981 dans des comédies sexy assez saugrenues et, pour tout dire, franchement oubliables. Certes, sa plastique irradie dans ces films mais ceux-ci sont franchement oubliables…

Mais cette année confirme ce qui se préssentait déjà en coulisse, dans les milieux initiés. Lilli Carati se drogue depuis un petit moment déjà, un passage à une émission télé la montre complètement stone et on murmure que les producteurs obtiennent d’elle qu’elle couche pour accéder à la tête d’affiche. Une trajectoire bancale, qui mille fois hélas va se confirmer dans une spirale des moins réjouissantes…

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires