Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 08:00

Mazinkaiser est la version tardive, que l’on attendait presque plus, de la saga des Mazinger.

Il s’agit en quelque sorte de la version 3.0 des Mazinger, et il fait passer son grand-père Mazinger Z pour un bidon d’essence. Mortel, terriblement surpuissant, le Mazinkaiser est upgradé pour le nouveau millénaire et la façon dont il revint demeure curieuse.


La venue du Mazinkaiser est due à son apparition dans un jeu vidéo, une sorte de version  moderne sans âme ni chair de Mazinger Z qui ne déclencha pas plus d’intérêt que cela. Mais Go Nagai, qui a un petit pouvoir fort bien entretenu, s’est dit qu’il était temps de faire reparaître son plus gros succès planétaire en OAV. Pour cela, deux pistes qu’il explore simultanément : un OAV single de Mazinkaiser contre un type de menaces bien précises puis une série de nouveaux OAV qui se suivent et qui constituent une sorte de revival de l’ancienne série, mais aussi une continuité.


1 L’OAV Mazinkaiser contre le Général Noir, mortel et surpuissant !


Cet OAV est à la fois simple et dynamique : il remet en selle Alcor/Koji après la réapparition surprise des Mykennes qui reviennent en masse, et qui frappent de manière décisive et mortelle. Toutes les défenses terriennes sont anéanties par les ennemis de référence de Great Mazinger Z. Notre super robot lui-même a toujours triomphé à un contre un, mais à vingt contre un ? Il donne le change quelque temps mais le Great s’effondre à bout de force.


Il reste, bien sûr, une ultime solution, la version 3.0 de notre Mazinger qui demeure terriblement surpuissant. Si chaque version du Mazinger est plus puissante que sa précédente, l’échelle est carrément démesurée avec le Mazinkaiser qui demeure un monstre de surpuissance. Ses ennemis en sont même carrément éffrayés et ils tombent comme des mouches. Seul le fameux général Noir l'exposera à un réel danger lors d’un combat de premier ordre.


Excellente musique, animation de haut rang qui fait pâlir toutes les productions Marvel en cartoon, Mazinkaiser demeure une fine réussite pour les trentenaires que nous sommes et qui retrouvent le charme et des aventures sensationnelles de l’icône d’acier et de lasers.

Un must !


Ce Mazinkaiser contre le Général noir dure 56 minutes et il mélange joyeusement le passé et les méchants de Great Mazinger. Il est plus violent, parfois gore, plus moderne et la musique est un joyau. Je vous propose un extrait ici.


2 Les 7 OAV de Mazinkaiser.


En 2001, une série de 7 OAV est produite ^pour rendre hommage à la première série, Mazinger Z.

Elle en extrait les personnages principaux mais elle inclut aussi dans la continuité les personnages et événements de Great Mazinger, ainsi que le pilote/rivale de Koji qui se nomme Tetsuya. Quand les deux hommes cessent de se quereller, c’est uniquement pour prendre part aux combats. Et ceux-ci sont de taille puisque le Dr Hell revient en pleine forme, manifestement on revient autant d’entre les morts dans cette saga que dans les comics, avec une armée de ces bêtes mechas qui sont upgradées.


Si Great Mazinger tient la distance un temps, notre bon vieux Mazinger ne tient plus la route et s’effondre lestement devant les bêtes mécaniques triomphantes.

Le Mazinkaiser est donc déployé mais son maniement n’est pas aisé pour Koji qui y laisse de son énergie vitale. On apprendra vers le final que Great Mazinger était la version prototype de Mazinkaiser et que ce dernier est l’ultime chef d’œuvre du grand-père Kabuto.

Mazinkaiser alterne les excellents moments et les phases comiques sans intérêts. L’histoire est lente, paresseuse et rien ne semble avoir changé dans la bonhomie des relations entre les personnages presque trente ans après ! En revanche, les combats ont la pêche et les interventions décisives de Mazinkaiser sont époustouflantes, le tout bien rehaussé par une musique du meilleur tonneau.

Le final est intéressant, frénétique mais il est surclassé par l’OAV du Général Noir.


Mazinkaiser s’achève donc par la lutte presque finale entre Mazinkaiser et le robot gigantesque du Dr Hell mais celui-ci s’enfuie pour éventuellement revenir…pour d’autres OAV qui n’ont malheuresement pas vu le jour.

Il est tout aussi dommage que aucune allusion à Goldorak ne soit proposée, ni de prêt, ni de loin.


Dans le même ordre d’idée, aucun distributeur français ne s’est risqué à le proposer alors que Mazinkaiser est sorti avec succès chez nos voisins Italiens, qui ont décidément quelques longueurs d’avance sur nous autres français. Ajoutons à cela leurs fabuleux trailers sur Goldorak, une réussite totale, et nous ne  pouvons hélas que constater que la France consacre décidément bien mal les œuvres de Go Nagai, si ce n’est que Goldorak, éternellement.


Bonus : cliquez ici pour le combat entre le Général noir et Mazinkaiser !

Un site excellent sur Goldorak qui proposent des infos bien meilleures que dans les revues ?

Le grand goldorak !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires

un fan 15/02/2009 00:03

A BAS L'OSTRACISME ABSCON!!! Ne soyons pas "HYPE"!!! Cela mène à un élitisme illusoire!

Bastien 14/02/2009 11:05

Tant mieux si MAZINKAISER vous a plu.

Il est possible, pas tout de suite, que je revienne sur les Getter Robot qui sont moins connu (en France) mais qui ont eu le droit à des séries très passionnantes il n'y a pas longtemps.

Je déteste entendre de la part des fans de Goldorak que seul Goldo les intéresse et qu'ils n'ont rien à fiche du reste. C'est de l'ostracisme.

En outre, le fait que MAzinkaiser ne soit pas sorti en France demeure également regrettable...

Un ami 13/02/2009 14:40

Vraiment Bastien ,on a beaucoup de points communs,un de mes meilleurs souvenirs apres goldo

L'archiviste 11/02/2009 09:03

C'est un plaisir de lire ton blog.
Il me semble normal d'y apporter ma petite contribution quand je le peux (et c'est rare !).

Bastien Ayala 10/02/2009 19:21

Merci Mr l'archiviste !

Seconde bonne info que tu donnes, après la participation de Hubert Mounier à Fantax.

Merci encore.