Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 08:00

3ème partie.

La carrière au cinéma de Roger Moore ne connaîtra plus jamais qu’il a eu avec les James Bond, la Rolls Royce du cinéma britannique par excellence. Les médias le disent en retraite et il ne tourne quasiment plus. Roger Moore raconte volontiers, avec son humour habituel tellement britannique qu’il est prêt pour les tournages à condition que ceux-ci ne se déroulent ni en hiver, lorsqu’il fait du ski, ni en été alors qu’il est sur la place.

Il a de toute façon bien gagné sa vie en tant que James Bond, il a négocié grâce à son agent chaque film au gré à gré depuis Moonraker et Albert Broccoli s’est montré persuasif pour qu’il tourne finalement Dangereusement Vôtre alors qu’il pensait faire ses adieux avec Octopussy.

Roger Moore s’était retiré en Suisse depuis la fin des années 70 lorsque le gouvernement britannique avait voté une loi qui aurait taxé 78 % de ses revenus. Il est aussi en excellentes relations avec d’autres acteurs, particulièrement Sir David Niven pour lequel Roger avait une grande amitié. Il raconte d’ailleurs dans son livre qu’il s’était tenu présent pour les derniers jours de l’acteur, en 1983, et qu’il est venu tout de suite à sa villa quand il apprit l’annonce de sa mort. Il s’agit d’une des autres remarquables qualités de Roger Moore, le sens de l’amitié et des relations humaines qui mérite amplement un coup de chapeau. Il a toujours eu beaucoup de respect pour les gens du cinéma, quelque soit leur rang. Il ne cesse de remercier les gens qui lui ont donné un coup de main au bon moment et lui-même ne se met jamais en avant. Il cite toujours, fait unique, les épouses de tel ami avec qui il a passé une bonne soirée.

En outre, il dit être toujours en relation avec le fils d’une de ses ex-femmes.

Bref, une personne pour qui les relations humaines comptent beaucoup. D’ailleurs, il s’agit précisément de sa nouvelle carrière, celle qui lui apportera, selon ses dires, beaucoup, et pour laquelle il va beaucoup s’investir : l’UNICEF.

Une autre amie de Roger Moore, la très grande Audrey Hepburn, avait connu une enfance très difficile au lendemain de la seconde guerre mondiale et elle fut toujours reconnaissante envers les associations caritatives de lui avoir apporté l’aide nécessaire pour survivre, à elle et aux autres.

Devenue une très grande actrice dans les années 50 et 60, elle se consacra avec force aux actions de l’UNICEF dont elle devint l’ambassadrice, à titre gracieux.

Amie de Roger Moore (il semble qu’il serait difficile de ne pas apprécier tant par son sens du contact que par sa spiritualité), elle demanda à ce dernier de la remplacer pour un gala de charité, tache pour laquelle Roger Moore répondit présent avec la plus grande gentillesse.

Atteinte d’un cancer du colon qui s’est aggravé en 1992, trop faible pour continuer avec passion et dévouement sa mission, Audrey Hepburn convainc son ami Roger Moore qui, à la fois par émotion pour sa grande amie et grâce à une prise de conscience, consent à la remplacer en qualité d’ambassadeur de l’UNICEF.

Il s’agit alors d’une nouvelle page dans la vie de Roger Moore.

Une page qui ne lui rapporte rien financièrement, si ce n’est qu’un $ symbolique par an, mais en revanche une grande spiritualité qu’il raconte fort bien dans sa biographie. Il effectue de multiples missions dans les pays d’Amérique du Sud où il tente de convaincre les autorités du bien fondé d’actions à mener, rencontrer les enfants et la population. Roger Moore en raconte des histoires poignantes, qui suscitent la réflexion et qui permettent de mesurer la spiritualité de l’acteur.

Entre-temps, une autre page, conjugal celle-là, est tournée pour l’acteur puisqu’il divorce avec sa troisième épouse et mère de ses enfants, Luisa Moore qu’il avait rencontré en 1961.

Il rencontre alors celle qui est maintenant sa quatrième épouse et qui l’apporte une grande sérénité, Kristina Tholstrup. Roger Moore vit maintenant à Monaco, il avait des liens de grande qualité  depuis longtemps avec la famille royale et il n’est d’ailleurs pas rare qu’on puisse le croiser sur la côte d’Azur. Ma sœur, une voisine, un très bon ami l’ont d’ailleurs croisé, sauf moi !

Roger Moore est commandeur des arts et des lettres depuis Octobre 2008. Roger Moore a été anobli par la reine d’Angleterre, pour sa carrière et sa carrière. Aussi on doit le nommer désormais, si on respecte l’étiquette, Sir Roger Moore. Il coule une rentraite heureuse que je lui souhaite la plus longue et la plus douce qu’il soit.

A mon sens, ses œuvres et ses films resteront dans la mémoire collective et elles continueront à enchanter de nouvelles générations, encore et encore.

Roger Moore a toujours été égratigné par les médias, encore et encore qui lui reproche des choses vaseuses notamment de venir après Sean Connery. Mais Roger Moore incarne mieux que personne une certaine spiritualité et classe totalement britsih, cette classe qu’on ne serait mieux définir avec personne d’autre que lui. Outre ce, sa biographie révèle un homme fort intéressant, pétri de qualités humaines qui collent fort bien à l’image qu’il véhiculait dans ses films. Ainsi l’idole de ma jeunesse est conforme au mythe, rare exploit !

 

Bonus : Le début très fun de Rien que pour vos yeux !


Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires