Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 07:29

2ème partie

Je ne reviens pas sur la longue saga X-men, il y a des sites amis pour ça et d’autres sont beaucoup plus qualifiés que moi . Aprés des divergences d'opinions constantes sur les personnages avec Chris Claremont, John Byrne quitte la série au n. 143.


Nottons que la Marvel lui demande de travailler sur Alpha Flight, l'équipe de super-héros canadiens co-crée avec lui par Claremont , il acceptera sans beaucoup de plaisir, faisant néanmoins un boulot assez amusant (l'épisode 5 sera pratiquement dénué de dessin, composé de cases blanches, sous prétexte de se passer dans une tempête de neige, combat "invisible" opposant Snowbird/Harfang à l'une des Grandes Bêtes) sur 28 épisodes (il comptait difficilement en boucler 12 au début!) passant le relais à Bill Mantlo. Il aura mis en place (implicitement seulement) le premier personnage gay de Marvel, Northstar/Véga, bien que le fait ne sera explicité que bien plus tard dans la mini série du personnage.


Après une courte période sur Hulk , seulement 6 épisodes dus à des problèmes avec Jim Shooter alors éditeur en chef qui porte bien son nom  (détail amusant, sur la premier planche de Alpha Flight 13, vous trouverez une statue de la faucheuse avec le nom "Shooter" dessous...)  Byrne va finalement se  retrouver au scénario et aux dessins pour Fantastique Four. Byrne ne cache pas qu’il le déteste et il a encore la rancune tenace.

 C’est pour moi une grande et bonne période que nous autres les plus âgés avons pu suivre dans Nova. Il s’agit de plein de petits récits de science-fiction de bonne qualité où Byrne est vraiment très à l’aise, où l'on croit parfois croiser des idées de A.C. Clark, Asimof ou R.K.Dick.... Il pioche un peu dans la SF par là, un peu dans l’horreur par ci  avec récits tels que l’invasion des profanateurs de l’autre mais le tout se lit avec un plaisir renouvelé encore de nos jours. Deux points à mettre à son discrédit, son dessin est moins fluide et plus roboratif que sur sa précédente grande ère (X-men). Il semble très attaché au quatuor et peut-être à mon sens surtout à Ben Grimm, qu'il remplacera néanmoins par la pulpeuse She-Hulk (pour laquelle il fera d'ailleurs un assez moyen graphic novel avant de se lancer plus tard sur la série)...Byrne se sera occupé de la série pendant 6 ans !


Il tente aussi de résoudre de manière pataude et peu crédible une intrigue où Alicia Master tombe amoureuse de Johnny Storm au détriment de la Chose (mais Tom Defalco révèle que cette dernier est finalement une Skrull qui à épousé Johnny.)

Là encore, c’est à mon sens une scorie des comics, ces intrigues nulles qui vont en dépit du bon sens, qui se traînent sur des années et qui sont présentés comme des coups de théâtre alors qu’ils réduisent à mon sens de facto l’intérêt et la qualité de ces histoires. C’est particulièrement valable sur les X-men, qui sont un amphigouri sans nom où les personnages meurent pour revenir quelques temps après. Ce fut encore pire sur Spider-man avec la nullissime saga des clones, enfoncée par le retour de Norman Orbson puis ses enfants avec Gwen Stacy. Quand les comics se conjuguent avec le pire des soap opéra, ça fait beaucoup de dégâts et ça achève une vielle génération de lecteurs puis ça empêche une nouvelle de s’y intéresser.


Après son long cycle FF, Byrne va chez DC comics pour reprendre Superman après Crisis !

Il a quand même la lourde tâche de repartir de 0 avec Superman et il va s’y acquitter avec un bon résultat. En tout cas, on n’a pas vu mieux par la suite et ce qu’il y avait avant n’était pas mieux. Il réalise quelques Action comics où Superman rencontre des personnages de DC (Booster Gold, Metal Men, Teen Titans…) pour un bon résultat. Il va éliminer le personnage de Superboy ainsi que la Forteresse de Solitude, Krypto, et  DC est heureux de l’avoir sous la main et le mobilise pour le bon cross over qui suit Crisis l’année suivante, Legends, qui vient de sortir en album en France.


Après plus d’une vingtaine de numéros estimables, aidé entre autre par Jerry Ordway, Byrne repart chez Marvel assez déçu par la politique de DC envers ses re-créations.

En 1989 il s'occupe des Vengeurs de la côte ouest qui  sont  de très bonnes histoires où Byrne offrent les meilleures versions de US agent et de l’Iron Man de l’époque. Son éditeur viendra saboter une de ses histoires à venir (sur la sorcière rouge) et John jette l’éponge. C’est à mon sens sa dernière bonne série . Il avait des projets intéressants pour le personnage de la Vision qu'il changea complètement et dont les origines divergèrent.

Moins marquant, sa série She-Hulk, demandée par Mark Gruenwald, parue en France dans Nova (mais arrêtée trop tôt dans nos contrées) reprends les gimmicks du dessinateurs, en fait des gags assez amusants pour la plupart et donne des reparties à la géante verte qui parle directement à son dessinateur-scénariste ainsi qu'à ses lecteurs, vu qu'elle sait être un personnage de comic book. Encore une fois des désaccords éditoriaux viendront gâcher l'histoire.


Byrne s'essaie en scénariste sur Iron-Man très bien desservi par John Romita JR, qu'il avait pourtant critiqué à l'origine sur X-men.

Il relance Namor dans sa série et Byrne  est inspiré. Il explique ses errements de caractère légendaires, lui créent un supporting-cast sympa, ramène sa cousine Namorita, développe une bonne intrigue avec le retour des Nazis et de Master-man. Bref, c’est sympa mais sans être transcendant non plus. C’est même selon moi sa dernière grand période. 25 épisodes néanmoins dans lesquels Byrne se fait plaisir en ramenant des personnages qu'il semble apprécier, comme Iron-Fist et le Super Skrull, et il scénarisera la série jusqu'à l'épisode 32.

A noter une petite habitude fort sympathique de John Byrne, il adore se mettre en scène dans des clins d’œil savoureux. Le premier souvenir que j’ai de cette tendance se trouve dans les Iron Fist où il dessine le logo des agresseurs. Une petite inclination à la Hitchcock mais que ses lecteurs ont tout le loisir d’apprécier.


Peut-être qu’il s’agit là de la dernière bonne série de John Byrne.

Après Namor, il va de moins en moins faire preuve d’audace créative et la qualité de son dessin, qui n’est déjà plus la même qu’il y a dix ans, va aller encore en s’amenuisant…

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien & Stéphane Maillard
commenter cet article

commentaires

Ced 11/11/2010 01:35


"tout ce qu'il touchait, il le changeait en or"
exactement la meme sensation a l'epoque...


Bastien 02/08/2010 21:18


Rebonsoir Jim !

Nous sommes exactement d'accord sur John Byrne.
Contrairement à George Perez qui a su renouvelé son talent, Byrne a clairement déçu bien qu'il lui reste des fans fidèles, surtout en France.

Ses débuts étaient réellement explosifs, nous sommes absolument d'accord sur la période quoique je trouve Doomsday+ 1 assez intéressant.

Surtout passe quand tu veux, pour ma part, ce sera toujours avec grand plaisir !

Respectueusement !


Jim Lainé 02/08/2010 21:01


Ah ça fait drôle, mon passé (pas si passé) dans SCARCE me rattrape.
C'est marrant, d'ailleurs, parce que je me retrouve dans la situation de ces gens (genre Jean-Paul Jennequin ou Patrick Marcel) dont les articles m'ont marqué. Et je trouve que ce que j'écris ne
vaut pas tripette par rapport à ce qu'ils ont fait eux.
Merci, en tout cas, ça fait plaisir !


Enfin voilà, hormis cette précision, je suis assez d'accord (j'ai lu ton papier en diagonale…). Byrne, pour moi, c'est surtout les années 78-82 qui m'ont marqué, tout ce qu'il touchait, il le
changeait en or : IRON-FIST, CAPTAIN AMERICA, TEAM-UP, TWO-IN-ONE, tout était formidable.
Sa première année sur FF, j'aime encore beaucoup, il s'essaie à l'encrage, il a de bons récits (le double épisode contre Ego est super), mais petit à petit, j'ai trouvé qu'il baissait : moins de
décors, plus de personnages de profil…
Et j'ai un souci avec Byrne, c'est que chaque boulot me semble pire. Quand il a fait ses SUPERMAN, je disais "ça vaut pas ses FF". Quand il a fait ses WEST COAST AVENGERS, je disais "ça vaut pas
ses SUPERMAN". Quand il a fait ses WONDER-WOMAN, je disais "ça vaut pas ses WCA". C'est triste, quand même !
Et, perso, j'aime beaucoup ses SHE-HULK, qui sont hilarants, et j'aime bien ses NAMOR, parce qu'il ramène plein de trucs : des vieux vilains de Marvel, le Super-Skrull, Iron-Fist. Et ça tournait
bien, question histoire. Et il ne cherchait pas à tout réécrire, mais juste à créer de nouvelles histoires.

Bref, bonne continuation pour ton blog, travaille bien.



Jim


Bastien 02/08/2010 20:48


Bonsoir Jean-Marc Lainé !

Tout d'abord, j'ai lu pas mal de tes articles dans les Scarce et, si ce blog existe, c'est en partie grâce à ta plume et d'autres parmi Scarce ou de Direct Importation/Heroes.

Aussi merci beaucoup !

En ce qui concerne John Byrne et cette période, tu as raison et j'avoue ne pas être un spécialiste de sa longue carrière. Aussi merci (aussi) pour cette précision et au plaisir de te lire dans le
prochain Scarce !

Respectueusement


Jim Lainé 02/08/2010 13:48


juste une petite précision : les ALPHA FLIGHT et les HULK ont été faits alors que Byrne avait déjà commencé à travailler sur FANTASTIC FOUR depuis quelques années. Il était alors une vedette, et je
doute que la réalisation des épisodes d'ALPHA FLIGHT ait été fait "sans grand plaisir", vu que c'est un projet personnel avec des héros qu'il avait développés dans UNCANNY X-MEN.
"Sans grand plaisir" pour le lecteur, oui, peut-être…
;)



Jim