Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 08:00

Grande réussite comique, Mr Vampire est un film qui est relativement peu connu des amateurs de cinéma. Pourtant, il est incroyablement divertissant et propose la fusion de deux courants à priori antinomiques : l’horreur et la comédie.

Pour ne pas perdre un instant et mieux rentrer ces données, il est impératif de cliquer ici !

Alors d’où nous vient un film aussi singulier, quels sont les auteurs/acteurs de ce film hautement réussi ?

Petit retour à Honk-Hong en 1985 pour un film décidément des plus exotiques !

 

Mr Vampire est la création/conception de Samo Hung, ou Sammo Hung (l’orthographe des noms des acteurs de H-K a souvent tendance à changer par ici).

Grand copain de Jackie Chan, Samo Hung a fait partie avec lui de l’opéra de H-K, une troupe d’enfants pris en main par un maître qui avait le droit de vie ou de mort sur eux. Samo Hung était l’aîné et, après un accident d’entraînement, il a pris du poids pendant sa convalescence.

Il a émergé en tant qu’acteur vedette phare de sa génération, après Jackie Chan donc, mais il reste un producteur/réalisateur/acteur à mon sens plus intéressant que l’autre vedette.

 

Samo Hung a excellé dans d’excellents films de Kung-fu qu’il a mis en scène.

Citons Prodigal son, la victime, Warriors two mais c’est en 1981 que le film de kung-fu semblait mort, à bout de souffle. En tout cas, Samo Hung y apporta sa brillante contribution dans ce genre où il a commencé en tant que cascadeur, doublure, puis directeur de combat puis enfin réalisateur puis producteur.

Samo Hung tourne toujours et ses films sont infiniment plus variés que ceux de Jackie Chan, le dernier exemple en date étant Wu Shu où il joue le maître d’une jeune génération de sportifs en kung-fu Wu Shu.

 

Revenons en 1981. Samo Hung conçoit et tourne un film bizarre, the Spookly encounter/l’exorcisme chinois, qui joue sur les fantômes chinois.

Un brave homme, trompé par son épouse, est la victime d’un mauvais prêtre qui déchaîne contre lui les forces du mal. Son salut viendra d’un autre prêtre, voué au bien mais la  partie sera très, très serrée.

Bon film, qui alterne les séquences d’horreur comme celles de comédies, the Spookly Encounter met en place les germes d’un genre horrifique/comédie qui va trouver un digne successeur avec notre Mr Vampire.

 

Le réalisateur de Mr Vampire se nomme Ricky Lau. Il s’agit du directeur de la photographie de Samo Hung qui passe ici à la réalisation, et on peut constater qu’il est doué.

Ricky Lau réussit sa mise en scène d’un bout à l’autre en alternant les séquences comiques, romantiques, et d’horreur voire même en mixant l’horreur et le rire. Un mélange assez adroit que l’on ne rencontre si réussit que dans Mr Vampire, à mon sens.

 

L’histoire est assez intéressante, elle raconte les péripéties d’un prêtre taoïste flanqué de ses deux élèves : un jeune qui travaille aussi dans un magasin et son second, un brin abruti.

Notre prêtre, joué par Lam Ching-Ying, est engagé par un commerçant et sa fille afin de déplacer la sépulture de leur père, mort et enterré il y a 20 ans. Or, le prêtre (notre Mr Vampire donc) se rend compte que le lieu de la sépulture est propice aux malédictions et justement, le défunt se réveille en vampire. Un vampire extrêmement puissant qui va à son tour « convertir » son fils, semer la panique au village.

 

Il convient donc de protéger la petite fille, mais la situation se complique encore pour notre Mr Vampire puisque l’un de ses élèves est convoité par un fantôme femme tandis que l’autre se change en vampire…

 

Et c’est parti pour une bonne heure et demie de rire et de spectacle effréné.

Mr Vampire est drôle, extrêmement tonique et il parvient à alterner les scènes de romance, grâce à la belle envoûteuse spectrale qui flotte dans les airs et veut nouer sa destiné avec le beau disciple. Des séquences de lyrisme intéressants, captivants, que l’on ne reverra que plus tard dans le très côté Histoire de fantômes chinois, en 1988.

 

L’autre aspect intéressant de ce Mr Vampire demeure la culture orientale.

Je rappelle que cohabitent en Asie les religions toïstes et bouddhistes.

Ainsi ces vampires sont précisément des gyonshi.

Les gyonshi diffèrent quelques peu de nos vampires selon Bram Stoker : comme ils ont une rigidité cadavérique, ils ne peuvent se déplacer qu’en sautant et ils repèrent leurs victimes grâce à leurs souffles, le leur étant coincé, figé si bien qu’il s’apparente à l’essence vitale.

Bien sûr, Mr Vampire exploite avec humour le fait que les personnages doivent retenir leur souffle ou être tué !

 

Rythme effréné, comédie burlesque qui semble provenir du comique muet des années 30 tels que Harold Loyd, Mr Vampire se distingue aussi par sa musique excellente, sa photographie qui alterne avec talent des couleurs vives mais aussi sa brochette de comédiens convaincants, dont se distinguent surtout le comique Ricky Hui et le sifu lui-même, à savoir Lam Ching-Yin.

 

Mr Vampire fut un grand succès, presque un triomphe au box-office de Hong-Kong, mais aussi au Japon et il entraîna une myriade de copies et d’imitations (pas mal avec Lam Ching-Yin d’ailleurs) pour donner naissance à un courtant, ce qui est le couronnent d’un film phare.

Pour ne pas rester distancé, Samo Hung et Ricky Lau donnèrent une suite l’année suivante, le second opus de ce qui sera finalement une tétralogie. Mais que vaut-elle ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires