Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 08:00

Bonjour à tous ! On repart donc pour une seconde et nouvelle saison du Royaume des avis, en espérant que les sujets que vous trouverez ici seront toujours aussi variés, inattendus afin de vous initiez (modestement) à des sujets peu connus ou de vous permettre de découvrir de nouveaux horizons.

 

Mais l’énorme nouvelle de ces 3 derniers mois demeure quand même le rachat définitif de Marvel par Walt Disney pour la somme de 4 milliards de $ !

Tout le monde s’est bien sûr un peu excité en se demandant si ses séries allaient bien continuer de paraître, ou alors devenir soluble dans l’innocuité du style maison de Disney.

 

N’anticipons pas trop cela, se risquer à des conjectures demeure toujours hasardeux mais si il y a bien une chose que nous a appris Marvel, à travers ses effets d’annonce grandiloquents, c’est que plus on pérore que les choses changent, moins elles changent dans les faits. C'est mon appréciation personnelle de la Marvel way.
 

Donc patience, Marvel sait si bien délayer la moindre parcelle de nouvelle pour en faire un soufflet qui retombera bien vite.

Des exemples ?

Ok, citons une petites poignées d’événements (l’arrêt de Marvel par Semic, le crossover DC vs Marvel suivi d’Amalgam, Onslaught suivi de Heroes Reborn, la banqueroute de Marvel, Marvel Knight, les premiers films, l’arrivée de Joe Quesada pour une « ère de qualité sans précédent », l’effondrement du marché, One more day…).


La firme New-Yorkaise a toujours entretenu une publicité tapageuse dont les effets retombent comme un soufflet tout comme certains « événements » créatifs qui doivent prendre de la poussière dans vos étagères (vous n’avez qu’à choisir dans la liste précédente).

Après tout, si Marvel s’est relevée de la Saga des clones, elle peut pratiquement survivre à tout !

 

Un aspect de l’affaire m’interpelle en particulier.

Il m’a été pratiquement confirmé que la firme, jadis nommée Atlas donc, était au bord de la banqueroute en 1957/58 quand Jack Kirby est revenu pour travailler, suite à l’erreur historique de DC de n’avoir pas su tirer parti de son talent.

Il me fut dit que des huissiers allaient venir prendre des meubles quand Jack convainquit Stan Lee de tenter de nouveaux concepts. Même si ceux-ci vinrent en 1961, avec le premier Fantastic Four, nul ne peut contester que Jack et Stan ont littéralement générer le big bang créatif que capitalise encore Marvel, avec des ajouts d’autres créateurs (il est vrai).

 

Est-ce que nos deux créateurs vont avoir une part de ces quelques 4 milliards de $, eux qui étaient à la base de tout ?

La réponse est non, bien qu’il y ait des nuances.

Dans le cas de Jack Kirby, on avait soigneusement éludé ses demandes de royalties dés 1968, Martin  Goodman fit déjà de même en 1941. Quand le King revint en 1975, on ne lui donna même pas de couverture santé !

Nombreuses furent les firmes qui achetèrent Marvel. Citons donc Chemical Corporation, Cadence industries, New World, Revlon et enfin Toy Biz. 

En ce qui concerne Stan Lee, l’affaire est plus complexe.

Il a toujours été attaché à la promotion des comics Marvel, une fois qu’il a quitté ses séries phares qui étaient les 4 fantastiques et Spider-Man.

Il fut dés lors attaché aux adaptations cinéma (on en rigole toujours sur youtube), et il revînt de temps en temps pour quelques comics « événements ».

 

Or, après la banqueroute, les nouveaux dirigeants épluchèrent tous les contrats de la firme et constatèrent que « The man » recevaient un chèque annuel au montant copieux (j’avancerais le chiffre du million de $, bien que j’ai peur de me tromper). Il fut décidé que cela était trop et on refit le contrat qui permit à Stan « The man » Lee de déployer son art ailleurs, sans clause d’exclusivité.

 

Cela donna bien sûr ces fameux sites web de création de super héros, au nombre de 3 il de semble, qui n’ont pas marqué durablement les esprits.

En revanche, sa prestation chez DC était plus convaincante et son écriture paraît intacte, même plus de 40 ans après le premier Fantastic four !

Il refit aussi un petit tour de piste chez Marvel pour des modules en clin d’œil, dont un avec Olivier Copel puis voilà.

 

Mais la position de Stan Lee, en ce qui concerne les royalties était de ne jamais aller contre les intérêts de Marvel. Stan n’alla donc jamais en justice pour demander les droits de ses personnages, c’est à dire 70 % des personnages de la firme, et il soutient depuis toujours les progrès de la firme.

Une petite anicroche cependant, eut lieu lors du reversement des droits du premier Spider-Man. Marvel tira un peu la patte pour rétrocéder sa part de droit (combien toucherait Steve Dikto, mystère ?). Un peu d’eau dans le gaz perça alors malgré le fait que Stan annonça le tout avec le sourire.

 

Toutefois, je me pose une question : que pense désormais ce vieil et honorable monsieur désormais alors que ses créations, une large partie du moins, vallent désormais 4 milliards de $ 

A-t-il eut un intéressement ?

Si non, va-t-il en demander finalement pour susciter un procès exemplaire aux USA qui fera date et qui pourra permettre une avancée significative des droits d’auteurs dans ce pays ?

 

Cette hypothèse, bien que fragile, serait cependant des plus intéressantes et elle pourrait, ironie appréciable, permettre quelque peu de réparer le tort fait au très grand Jack Kirby.

 

Bonus : allez consulter l’article de Fred Tréglia dans son blog d’Univers Comics.

Fred est l’un des seuls à avoir su réagir à froid, en reprenant toutes les hypothèses pour apporter un éclairage intéressant. A lire d’urgence.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires