Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 09:04

Frèd Tréglia continue donc à nous proposer des pépites issues du Golden age.

En parallèle à ses Weirds tales, qui couvrent presque tout l’éventail de genres que l’on pouvait trouver dans les comics, voici donc Golden comics qui nous propose des histoires de super héros du temps jadis.

 

Ce Golden comics contient plusieurs histoires qui mêlent plusieurs héros de revues défuntes.

Si certains nous sont à nouveau connus, je pense à Black terror, d’autres nous sont en revanche totalement étranger tel que Mister Scarlett Pinky et  ou encore The Flame.

 

Il y a donc du choix, de la variété, et de la qualité !

 

Le premier épisode, Pinky et Mr Scarlett, nous présente un couple de super héros  qui ont tout l’air de constituer un archétype : le super héros et son jeune auxiliaire au service secret de la justice.

Il s’agit tout d’abord d’une assez bonne histoire qui peut s’apprécier à plusieurs niveaux, c’est d’ailleurs pour cela qu’il s’agit d’un excellent choix éditorial.

 

L’intrigue est assez intéressante car elle traite d’une pièce secrète, d’un client de l’avocat (en réalité un super héros, Daredevil a donc eu beaucoup de modèles pour l'inspirer) que l’on engage pour retrouver des infâmes bandits.

Notre héros et son auxiliaire, Pinky (je doute qu’il y avait alors un double sens ironique) se rendent en différents endroits de la ville pour coffrer des malfrats mais ils tombent sur des collègues de leur firme de Fawcett comics.

 

Nous avons d’abord le droit à Captain Marvel, dont le sigle du tonnerre est inversé, qui les aiguille vers une autre piste qui les mène à Bulleteer, le couple de super héros « homme- canon » dont la femme fut assez récemment repris par Grant Morrison dans les 7 soldats de la victoire. Encore une fausse piste qui les obligera à se surpasser pour découvrir la clé de l’énigme, assez amusante par ailleurs.

 

Tout ce que des super héros/ justicier tel que Batman perpétueront pendant des décennies demeure déjà présent dans cet épisode : le justicier et son pupille, le besoin d’argent si cher à Stan Lee, l’histoire à double tiroir, les irruptions d’autres héros de la firme…

Toute la grammaire du genre se trouve dans cet épisode, ce qui permet de largement relativiser les apports du silver age.

 

En outre, cette histoire est très plaisante et le plaisir de sa lecture ne cesse d’augmenter à chaque lecture, à découvrir absolument !

 

La seconde histoire, The flame, est la curiosité de ce Golden comics.

Il y a donc une prestation de la super star de l’époque, le fameux Lou Fine qui signe sous pseudo, qui bénéficie d’une aura légendaire tant il demeure cité par les artistes de cette époque, Jack Kirby en tête.

 

The Flame est un justicier dont le corps, enfant, fut traité par les Lamas afin qu’il devienne insensible au feu. Reporter, il rend la justice et répare les torts dans un costume doré, un pistolet lance-flamme et un bolide sur puissant…

 

Tout d’abord, il est très très dur de se procurer un comics de Lou Fine !

Celui-ci a eu une courte carrière dans les comics, quelque chose comme 6 ans je crois, et ses comics sont littéralement hors de prix !

 

L’histoire publiée est assez intéressante car, bien que courte, elle demeure bien plus réussie et dynamique que de nombreuses histoires publiées par DC et Marvel au cours de ces dernières années. Rythmée, bondissante et amusante, The Flame bénéficie donc de l’apport de Lou Fine, nous sommes effectivement en présence d’un maître, et le background du héros demeure très intéressant (l’eau est sa faiblesse !).

 

Bref, un comics qui possède une très belle patine, qui a une saveur du temps jadis et qui dénote furieusement en comparaison de tout ce que l’on a pu lire postérieurement chez Marvel et chez DC !

La perle de ce numéro 1, sans conteste.

 

Nous avons aussi la première mouture de l’appétissante Phantom lady, qui perdure encore chez DC de nos jours. L’héroïne et belle, en pleine forme(s), et son histoire rappelle, encore une fois, ce qui se fera quelques vingt années plus tard chez DC pendant le silver age !

Cette histoire est gentille et elle fait figure d’entracte.

 

Enfin, Golden comics nous propose une aventure de Black Terror, dont le concept paraît assez déviant par rapport à la moralité de l’époque puisque le héros et son jeune assistant demeure habillés comme des pirates ! A noter que sa reprise dans Super powers d’Alex Ross en fait un super héros spectral et définitivement inquiétant.

L’histoire est sympathique et plaisante et elle demeure typique du style de l’époque, notamment sa savoureuse évocation du futur de l’époque, notre présent, qui demeure hilarante.

 

Enfin, et cela est à mon sens des plus intéressants, la qualité éditoriale est une des grande qualité aux parutions de Univers comics. En effet, les numéros bénéficient tous d’articles très soignés et de grande qualité qui sont signés par Frèd Trégia et Jean Depelley, deux pointures qui unissent leurs forces pour des articles très instructifs et à fort potentiel. On bénéficie toujours d’un double plaisir de lecture dans ces parutions : les histoires sélectionnées et les articles de haut calibre !

 

Maintenant, vous savez que cette revue est très intéressante, qu’elle va vous proposer un voyage dans le passé comme votre bibliothèque n’en a jamais connue et que l’initiative de Fred est à soutenir.

Aussi, qu’attendez-vous pour vous abonner, à ces comics vintage à la saveur à la fois rétro et tellement rafraîchissante ? Go !!! 

 

Bonus : allez dans les liens pour consulter le blog de Fréd à qui il est arrivé une tuile dans la diffusion de ses revues. Puisque cette initiative est unique et qu’elle mérite à la fois une place dans votre bibliothèque, je vous recommande plus qu’instamment de vous abonner, tout comme moi !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires