Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 07:07

Parmi les incongruités qui ont concerné Captain Marvel, il y a aussi du très bon, en l'espèce un de nos meilleurs artistes/dessinateurs français : le vénérable Alberto Uderzo ! Albert Uderzo souffre à mon avis d'un manque de reconnaissance critique manifeste depuis la mort du très estimable René Goscinny (sorcier suprême en malice et en situations savoureuses), mais à mon sens, il a poursuivi avec adresse et élégance  les aventures d' Astérix sur des albums que j’ai aimés tel que La rose et le glaive.  Mais revenons sur les prémisses de la trés grande carrière de Mr Uderzo.

planche_marvel_06.jpg

Il s'agit d'un talent inné qui s'est présenté très tôt à des maisons d’éditions françaises où tout travail était bon à prendre. Parmi ceux-ci, une commande pour le magazineBravo en 1950 :Captain Marvel Jr !  

Le personnage a donc été loué par ce magazine francophone et le résultat est fort sympathique .Uderzo n'aimait pas cet engagement ,il raconta que les aventures furent entreprises par une femme qui n'avait pas encore écrit et que ce n'était pas d'un grand intérêt.

 planche_marvel-01.jpg

 Pour ma part, je serais plus clément .Tout d’abord, Uderzo est un grand monsieur de la Bd, il sait TOUT  dessiner et ça, on l'a oublié depuis ses Astérix. Il est capable de dessiner de manière réaliste, comme sa contribution à France-soir ne laisse aucun doute.

Il a fait du dessin semi réaliste avec des avions et autres décors réalistes  très précis et fort crédibles, les chevaliers du ciel.

Son Astérix comporte de grands moments graphiques, témoin cette fabuleuse représentation de Rome qu'il nous livra jadis ou encore une caractérisation  très habile de TOUS les personnages secondaires Astérix .De plus, alors que certains dessinateurs américains voient leur art s'émousser au fil des années, Uderzo n'a jamais faiblit sur ce plan-là.

 Captain-Marvel-Junior-2.jpg

Anecdote amusante, comme certains très grands de la Bd comme John Buscema, Albert Uderzo a le sentiment que sa formation de dessinateur, notemment pour l’anatomie, reste toujours inachevée .C' est encore une fois à mon avis un trait de caractère des très grands qui veulent encore et  toujours s'améliorer alors que leur style demeure très, très accompli .Mais si on vise la perfection, on ne peut jamais l'atteindre !

 uderzo.jpg

En ce qui concerne Captain Marvel jr, en noir et blanc, son trait à la précision et la puissance d'Alan Davis en plus précis, c’est peu dire !

Les histoires sont légères mais nous entraînent volontiers dans une candide féerie si on veut bien s'y prêter. J'opine personnellement que ces aventures sont beaucoup plus intéressantes que le Superman des années 50 et 60 ! A l'heure où ce qui attrait à ces grands de la Bd se publie sans problèmes, quel éditeur audacieux   va nous proposer à nouveau ces aventures ?

 ciel-tombe-tete.jpg

Pour finir sur Mr Uderzo ,80 ans cet hiver, son dernier album "le ciel lui tombe sur la têtea pris une volée de bois vert du point de vue critique. A mon sens, ce grand Monsieur n'a plus rien à prouver depuis longtemps mais il a quand même voulu nous  livrer cet avant-dernier opus d'Asterix.

Ce qui m'a étonné à premier abord, ce sont ces deux références très explicites  aux Comics et aux Manga .C'est sûrement benoît de ma part, mais j’ai toujours considéré que Astérix était une BD majeure et riche pour faire abstraction de ces deux autres médiums.

uderzo-par-ses-amis.gif

J’avais tort !

Uderzo, tout comme Goscinny, ont toujours crié leur amour et admiration à Walt Disney. Il est vrai que voir les premiers Disney  enfant, alors que finalement les distractions  audiovisuelles étaient peu nombreuses, ça devait être quelque chose de magique.

asterix-manga.jpg

Certes, l'opposition à peine dissimulée  entre Manga et Comics est très appuyée, et on ne voit pas très distinctement la finalité de son propos ou de  son thème, mais l'ensemble reste plaisant et l'effort demeure infiniment appréciable.

 

34fr-copie-1.jpg

Le trente quatrième opus d'Asterix, L'anniversaire d'Asterix et d'Obelix, permet à Albert Uderzo de délivrer un album nostalgie qui promène Albert Uderzo, mais aussi René Goscinny, dans l'univers fabuleux que nos deux hommes ont édifiés. Un bel album sous le signe de la nostalgie, avec de trés belles fulgurances graphiques du maître, qui peut aussi se percevoir comme un album testament.

 

Merci Mr Uderzo !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires

Bastien 08/06/2011 22:11


Bonsoir Zaïtchick !

Je suis toujours content de lire tes interventions, pertinentes comme toujours !

Je crois que nous sommes d'accord sur le talent de Mr Uderzo, à quelques petites choses prés !

Je n'ai pas non plus trés bien compris la philosophie du Ciel nous tombe sur la tête... Mais j'ai pour ce géant de la bd un trés grand respect à la fois pour sa vie, ses combats et en premier lieu
son (immense) talent !

On oublie un peu trop facilement son talent, la puissance de son trait, son aptitude pour rendre des décors romains aussi magnifiques jusqu'aux plus petites mimiques de ses personnages secondaires
!

Je déplore qu'Alberto Uderzo n'ait pas reçu la distinction qu'il mérite ! Il faut savoir que René Goscinny a mieux été célébré aprés son décés que lors de son vivant !

Je ne crois pas qu'il faille faire le même ecueil avec Mr Uderzo, bien que je suis certain qu'il a encore de nombreuses années devant lui !


Zaïtchick 08/06/2011 21:32


Les derniers Astérix accusent quand même une nette baisse et du graphisme et de l'inspiration. (Non, il ne fallait pas qu'Obélix boive de la potion magique !) Paradoxalement, le ciel lui tombe sur
la tête sembla avoir séduit une partie du jeune public à cause des éléments de science-fiction anachroniques. (Mais l'anachronisme fait partie de la série.) Pour ma part, même si j'affectionne les
comics, le discours réactionnaire anti-manga m'a laissé de glace. Pour une fois que les trois genres de BD (franco-belge, comics et manga) se rencontrent...
Je préfère de loin les anciens albums de la période Uderzo-Goscinny. Regardez la vignette d'ouverture du Devin, le village sous la pluie. Quelle leçon de dessin et d'encrage !
Lorsque Sfar arrivera à en faire autant, on pourra le comparer à Uderzo.