Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 07:11

En 1978, le film Superman de Richard Donner était vendu au public avec l’accroche suivante : « vous allez croire qu’un homme peut voler ! ». Si Superman, historiquement considéré comme le premier Blockbuster, était bel et bien un film très réussi, la promotion du film avait soigneusement négligé de révéler qu’un autre super héros avait déjà réussit le même exploit, tout en étant jusqu’alors considéré, lui-aussi comme le meilleur film de super héros. Il s’agissait donc du serial Adventures of Captain Marvel qui, effectivement, est remarquable !

superman-1.jpg


Les serials se caractérisent par leur incroyable dynamisme. Sitôt la vague des super apparus, en 1938 avec Superman dans ACTION COMICS 1, les producteurs de serials se sont décidés à adapter cette nouvelle mouvance à destination de la jeunesse qui faisait concurrence aux comics strips.

Le personnage que souhaitait adapter la Republic Pictures était bien sûr Superman.

superman-serial-poster2.jpg

                        (le serial de Superman qui fut tourné en 1948 !)

 

Mais les éditeurs de Superman ont fait trainer les négociations. Aussi la Républic Pictures s’est rabattue sur le grand concurrent de Superman, à savoir Captain Marvel qui n’est apparu qu’en 1940.

Une fois l’affaire conclue, les producteurs de la Republic Pictures s’inquiétèrent cependant d’un certain détail qui était conséquent : comment recréer l’illusion du vol à l’écran ? 

Voilà donc un des nombreux obstacles de l’adaptation, parmi d’autres, qui n’empêcha cependant pas Adventures of Captain Marvel d’être un succès artistique. Pour cela, on confia les rênes de la réalisation à un duo émérite, peut-être même le meilleur en ce qui concerne la réalisation des serials : William Witney et John English. Ce duo de réalisateur, hautement complémentaire, était déjà fort bien rodé : tandis que l’un filmait les scènes de studio, l’autre filmait en extérieur ! Le gain de temps était alors fort appréciable puisque le duo ne devait pas dépasser le budget !

le capitaine marvel

 Le scénario raconte donc une expédition archéologique dans le Siam d’une poignée d'archéologues qui font une découverte intéressante. Dans une tombe ancestrale, ils découvrent une idole en forme de scorpion avec huit lentilles qui a le pouvoir de faire fondre n’importe quelle matière. Aidé par un guide nommé Tal, par le jeune Billy Baston et d’une jeune femme, nos explorateurs ont fort affaire puisque les indigènes, pourtant considérés comme pacifiques, considèrent que nos explorateurs ont profané en cela la tombe sacrée. Ils menacent donc d’attaquer.

full.adventuresofcaptainmarvel-sc-56467.JPG

Nos scientifiques, conscients du potentiel destructeur du Scorpion, décident de séparer les 8 lentilles et d’en confier chaque morceau à l’un des explorateurs. Mais les indigènes attaquent le camp, la grotte s’effondre et Billy Batson se trouve coincé dans une salle inconnue. Là, le vieux mage Shazam apparait et le choisit comme champion. Il doit défaire l’obscur Scorpion, le génie du mal qui a excité les indigènes et qui complote de s’emparer de l’arme elle-aussi nommée Scorpion.

1526480514_b0524c85a9_o-copie-1.jpg


Billy prononce le nom du sorcier puis se transforme en Captain Marvel. Il parvient à repousser les indigènes et sauve ses amis. Mais après un retour aux USA, tous se rendent vite compte que le Scorpion les a suivi, qu’il complote de récupérer les 8 lentilles et, pire que tout, qu’il est au courant de tous les faits et gestes de nos explorateurs ! L’explication, fort simple, réside dans le fait que le Scorpion est en fait l’un de nos savants !

c6.jpg

Voilà donc pour cet excellent  premier épisode, fruit du travail de cinq scénaristes qui se sont relayés sur la série pour offrir sans doute l’un des serials les plus inventifs qui soit !

Certes, de grandes libertés sont  prises par rapport au comics, notamment un écart par rapport à l’origine de notre héros. Le personnage de Captain Marvel, d’ailleurs, emploie une mitraillette, tue des indigènes, semble ignorer les candides notions du bien et du mal dont les comics ne se départissent jamais, mais il est fort bien incarné que ce soit en Billy Batson (Franck Coghlan Jr) qu’en Captain Marvel (Tom Tyler).

Tom_Tyler_and_Arabs.jpeg

L’intrigue combine donc les trois règles du serial avec le MacGuffin, (tous sont à la recherche des lentilles du Scorpion qui sont volées une à une), du whodunit (qui est ce fameux Scorpion ?) et enfin de beaux Cliffhangers (notamment la guillotine ou encore ces mitraillettes qui sortent du mur afin de protéger le coffre d’un savant qui renferme l’une des huit lentilles).

CaptainMarvelScorpion.jpg

L’action, le dynamisme et le mouvement sont très présents dans ce serial en respectant l’immuable règle du « on discute brièvement dans les studios, on se poursuit dans les extérieurs et on se castagne partout ».

Les combats sont excellents. Cela permet d’ailleurs de préciser que les cascadeurs des serials étaient considérés comme les meilleurs cascadeurs de tous les temps.

Ces hommes, parfois des indiens, prenaient des risques alors insensés, sautaient sur des voitures en mouvement, cassaient les tables et les chaises, se ruer les uns sur les autres…Bref, le spectacle était total !

2159913864_c5585a19de_o.jpg

Les douze épisodes de Adventures of Captain Marvel voient donc le Scorpion lutter contre nos héros qui ne savent d’ailleurs pas quel est le serpent qui demeure niché parmi eux.

Les savants sont éliminés au fur et à mesure, les lentilles ont presque toutes en la possession du Scorpion, ainsi que l’arme, mais le dénouement aura lieu dans le Siam et la révélation, excellente, de l’identité du Scorpion est rudement bien menée. Moi qui adore le genre Whodunit, je me suis bel et bien fait duper !

shazam_p25_02.jpg

Un autre des points forts du serial furent les séquences d’effets spéciaux. Tous furent sidérés de voir Captain Marvel voler, se déplacer d’un bout à l’autre d’une longue distance et ce sans coupure aucune à l’écran !

Le secret autour de cet artifice resta un mystère pendant de très longues années, tous se demandèrent en effet longtemps après le tournage comme la Republic pictures réalisa un tel exploit.

En fait, l’explication est aussi simple que l’effet est rudimentaire qu’efficace : il s’agissait d’un mannequin  accroché à un fil, les bras et les jambes tendues, qui parcourait l’écran. A bonne distance, avec un bon angle et un bon bruitage, l’effet est en effet aussi invisible qu’efficace !

Billy_Benedict--Adventures_of_Captain_Marvel.jpeg

Le talent des réalisateurs, English et Witney, compta aussi beaucoup pour cette série sans temps mort, aux décors somptueux, et à l’énergie débordante.

Adventures of Captain Marvel fut donc un succès, un gros.

207259.1020.A.jpg

Ce serial a enchanté les spectateurs, tout en contribuant au propre succès du comics de Fawcett. Les dirigeants de National comics furent donc assez en colère d’avoir laissé passer une telle occasion ! Ils débutèrent donc le premier des nombreux procès pour plagiat contre Fawcett mais l’astuce consista à dire que le modèle effectif des deux personnages était…Popeye !

2159113931_4b9f043f63_o.jpg

Curieusement, malgré son succès et son influence, Adventures of Captain Marvel n’eut pas de suite alors que tous les éléments étaient présents pour prolonger les aventures du personnage pour un second serial.

On suppose que le procés de National publications, la firme qui édite Superman, a malheureusement dissuadé une suite pour ce serial hélas si populaire...

tomtyler20.jpg

 

Une fois sa mission accomplie, le Scorpion démasqué, l’arme rangée, le sorcier Shazam récupère les pouvoirs à Billy Batson. On suppose fortement que la Republic n’a pas voulu affronter un second procès, et cela est bien dommage pour les cinéphiles, autant que pour les acteurs pourtant si bons dans leurs rôles respectifs…

bach-dvd.jpg

Bien qu’il fut le premier et donc le plus daté des transpositions de super héros, Adventures of Captain Marvel saura certainement vous enchanter tant il procure, pour peu que vous acceptiez le cachet un rien suranné de l’œuvre !

Le frisson de la découverte sera presque total tant ce serial est trépidant, haletant et réjouissant !

2139056570_271d7404d9_o.jpg

Oubliez les films modernes à effets spéciaux totalement ineptes !

Succombez au plaisir de la découverte d’une œuvre venant du passé !

Stimulez votre curiosité de cinéphile !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires

Zaïtchick 19/05/2011 23:19


Très convaincant plaidoyer.
Bon papier.
Juste un détail : c'est Billy Batson.
"Baston", ça fait chanson de Renaud. ^^