Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 07:26

150px-Captain Marvel logoCapitain Marvel est donc une licence ou un personnage que DC n’a su convenablement exploiter depuis son rachat en 1972. Quelques apparitions sporadiques, des pugilats avec Superman afin de souligner le côté explosif des deux titans de l’écurie mais pas d’approche définitive qui rend justice à la splendeur du personnage. 

Toutefois, CRISIS ON INFINITE EARTH permet de remettre les compteurs à 0, et Captain Marvel doit être revampé. Superman, Wonder Woman, Batman, Aquaman ont tous eu un traitement maginifique grâce à Crisis !

Mais quand est-il de Captain Marvel ?

116_4_276.jpg

C’est Roy Thomas qui est choisit, et ce n’est pas n’importe qui dans le monde des comics puisqu’il s’agit du successeur direct de Stan Lee aux scénarii puis le premier éditeur en chef à le remplacer à la tête de Marvel.

Pour l’anecdote, Thomas a été recruté par Mort Wessinger chez DC en 1965 en qualité de stagiaire mais ce dernier était une terreur envers les jeunes recrues qu’il vire à l’occasion. Aussi Roy Thomas rencontre par hasard Stan Lee qui lui propose un poste plus intéressant, autant dire que Mort Wessinger fut furieux ! Thomas a su prouver son talent à travers une kyrielle de titres dont les plus notables sont les Vengeurs (la guerre Kree-Skrull) mais surtout l’excellente reprise de Conan. 

RoyThomas a écrit de splendides histoires de Conan avec un style quasi littéraire. Si vous lisez ses histoires, vous serez absorbés par la qualité de narration et vous voyagerez en même temps que Conan, une réussite du comics book et une innovation de Marvel (due à Roy, soulignons-le).

3161-1.jpg

Il travaille dans les années 80’ chez DC où il reprend les héros de la terre 2, ceux du golden âge, dont les enfants de Wonder Woman et de ces héros dans une série, INFINITE INC, où un débutant peut expérimenter son style pour le personnaliser : Todd Mac Farlaine que vous connaissez probablement !

2583_4_37.jpg

Tom Mandrake fut formé dans la première école consacrée aux comics et à l’illustration, Joe Kubert’s School. Il y rencontrera sa femme, la dessinatrice Jan Duursema, qui travaille beaucoup sur Star Wars publié dans le magazine de Delcourt. Son style est en perpétuelle évolution et la phase qu’on lui connaît de plus intéressante demeure sa reprise du Spectre dans les années 90’avec John Ostrander, un éditeur/scénariste qui vient lui aussi de Comico.

3380_4_1.jpg

Le premier numéro de “Shazam, the new beginning” sort en 1987. Ce relaunch vient en retard puisque Captain a été intégré en 1986 dans la nouvelle Justice League où la personnalité du Captain est celle de Billy Baston ! Donc le titre demeure un peu en retard et Roy s’escrime comme il peut, à mon avis sans éclats. La série commence avec la mort des parents de Billy, il ne lui reste que son tuteur le Dr Sivana et l’oncle Dudley, un magicien fantaisiste.

Entre-temps, Billy rencontre le magicien Shazam qui lui confère ses pouvoirs et la lourde charge de héros. Sivana exploite Billy et fait revenir Black Adam qui est devenu vraiment redoutable et va bien donner du fil à retordre au Captain. Le dénouement viendra dans le quatrième et dernier épisode et le Captain ne s ‘en sortira que par une astuce et en prenant Black Adama au dépourvu.

Shazam_-_The_New_Beginning_3.jpg

Alors que vaut cette série ? Est-elle digne des autres relaunch de DC qui se succèdent dans une grande qualité et qui posent de solides bases pour les personnages ? 

Dans le cas de cette mini-série, hélas non ! 

 Le scénario n’est pas transcendant, Thomas est obligé d’inscrire le Captain dans la réalité. Or l’essence de ce personnage est la fantasy et le rêve qui devient réalité. Il met en avant le Dr Sivana et Black Adam mais sans génie particulier, un peu comme un travail de commande auquel on se plie de bonne grâce.

Le dessin de Tom Mandrake n’est pas non plus intéressant et il fera mieux plus tard. On a l’impression que l’encrage bave sur les dessins et il s’éloigne d’une qualité que j’adore personnellement sur le dessin : le trait clair où la concision des contours qui soulignent la grâce, force ou la caractérisation des personnages.

Toutefois, un excellent artiste nommé Gene Colan maîtrise à merveille ce style graphique éthéré. T.Mandake s’approchera de ce niveau pour ses travaux futurs, comme le Spectre dans les 90’.

3156_4_5.jpg

Ainsi le Captain ne me paraît pas si puissant et aucune page ne reste gravée dans mon esprit. Tom Mandrake fera mieux plus tard mais là, il déçoit. Je préfère le style un rien daté de la série des années 70’ qui rend hommage à C.C Beck, une forme épurée où le Captain qui est un homme d’allure puissante mais idéalisée de l’image virile de l’homme américain des années 30-40’. 

10897-captain-marvel_400.gif

Un impair pour DC qui montre clairement que des bons auteurs inspirés et motivés peuvent réellement conférer la splendeur à de telles icônes, à condition qu'ils soient motivés. Or, ce n’est pas le cas et la longue malédiction du Captain Marvel continue : arrêt brutal de la série dans les années 50’, retour qui le prive de son vrai nom piqué par Stan Lee, des ventes que DC pensait mauvaises pendant les années 70', une parution aléatoire et finalement un retour en demi-teinte !

255870.jpg

A noter que l’on peut retrouver le Dr Sivana, ainsi que le ver Mr Mind, dans la série publié par Panini nommée 52 qui caractérise fort bien ces personnages.

D’ailleurs, il est vrai que cette série reprend habilement les codes des histoires à suivre et rend intéressant des personnages secondaires ou des seconds couteaux du DC Universe. Je vous recommande d’y jeter un coup d’œil voire de l’acheter. 

1449_4_137-copie-1.jpg

A noter que les meilleures histoires qui concernent finalement Captain Marvel sont celles où ils se castagne avec Superman (il est vrai que deux big guns qui se rencontrent, ça fait des étincelles !). Pour ma part, je dénombre au moins 8 jusqu’à cet acmé des comics qu’est Kindom Come.

4655_4_01.jpg

 Mais le véritable relaunch, la version définitive que vous vous devez de lire (ou plus exactement, que Panini serait inspiré de publier dans DC universe ou tout autre support) viendra de Jerry Ordway et son chef-d’oeuvre, Power of Shazam en 1994 !

S'agira-t-il de la version définitive du personnage que tous attendaient ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires

Bastien 26/05/2011 06:20


Bonjour Zaïtchick.

Tes commentaires sont toujours incroyablement pertinents et bien documentés !

Cette histoire d'Alan Moore et de David Gibbon qui voyait en effet Billy Batson (merci pour la place du S !) se nommait Twilight.

Il s'agissait à l'origine d'une histoire ayant la portée de Watchmen mais dans l'univers de DC comics.
Le propos était de raconter justement le crépuscule des héros, dans un futur proche, où les héros régnaient sur le monde, une fois l'effondrement économique et social de nos nations. Il devait y
avoir un fief du tonnerre, d'acier, des Titans, de la magie...le tout sous la surveillance des extra-terrestres qui complotaient, de même que certains héros ou vilains, tellement les fiefs de
Captain Marvel ou de Superman étaient alors trop puissant ou même trop dangereux pour l'avenir de l'humanité.

Billy Batson, en effet, étant coincé au stade d'enfant, avait recours à des expédients sado-masochistes !

TWilight n'a jamais dépassé le stade du synopsis ultra détaillé puisque DC n'a pas voulu restitué les droits de Watchmen à Alan Moore et David Gibbons. Une clause stipulait que les droits leur
serait revenu 6 mois aprés la fin de la publication de la série, de même que V for Vendetta, mais DC publie toujours ces récits en Tpb...

Dommage pour les auteurs et pour nous, il n'y aurait pas eu de revendications sur Twilight, DC a laissé filer une histoire certainement majeure pour elle...

Quand à l'emploi "magique" et "fun" de Shazam dans un univers super-héros...j'opine qu'un personnage peut être traité de bien des manières.

Si la version fantaisiste semble lui convenir, une version plus sérieuse peut tout autant être possible. Tout dépend de l'auteur qui le traite...

Le cas de Captain Marvel est d'autant plus épineux et difficile tant qu'il a vocation à demeurer dans l'univers de DC.


Zaïtchick 25/05/2011 10:55


La trop grande proximité du personnage avec Superman doit nuire à son exploitation chez DC. Alan Moore en avait proposé, de façon détournée, une approche intéressante à travers Marvel/Miracle Man
puis une version sulfureuse dans un scénario jamais accepté par DC (où Billy Batson, adulte prisonnier d'un corps d'enfant, s'adonnait au sadomasochisme !)
Il faudrait déconnecter le personnage de l'univers DC et en refaire un personnage de fantaisie, comme tu l'as si bien suggéré.