Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 08:24

S’il y a bien un sujet que je regrette depuis le tout début de ne pas avoir traité, au Royaume et même avant chez C---s P---, c’est bien le Doctor Who !

C’est que, encore une fois en France, la série est partiellement inconnue, voire confidentielle pour la première ère. Aussi il faut, encore une fois en France, se démener pour trouver des informations, s’informer afin de traiter ce phénomène unique de la télévision, à savoir une fantastique série télévisée qui a désormais sa propre historique et sa propre mythologie qui dure depuis…1963 !

Je suis donc très content, fier même, de vous proposer ce long dossier sur cette série, une des toutes meilleurs série S.F si ce n’est ma série culte : Doctor Who !

 

1ère partie

doctor who logo1
Série immensément populaire en Grande Bretagne, à un point tel que le très institutionnel Times a déclaré assez récemment que : « n’était pas anglais celui qui n’aimait pas le Doctor Who » ! Cela n’a l’air de rien mais je n’imagine pas le monde proposer une telle analogie pour une série française.

Là est d’ailleurs un des problèmes de notre société franco-française, elle a été incapable de proposer à la télévision une série aussi audacieuse et d’une telle qualité.

D’ailleurs, si des scénaristes comme Grant Morrison ou Neil Gaiman ont une telle fantaisie et une telle facilité avec la S.F, c’est parce qu’ils ont vu la série quand ils étaient enfant.

Doctor Who était à la base une série crée par la B.B.C.

Avant d'aller plus loin, et histoire de jeter un coup d'oeil sur plus de 45 ans de la série, je vous recommande de cliquer ici.

300px-10dr19.jpg
Le but était de proposer à une jeune audience une série éducative grâce à un programme qui ne soit pas rébarbatif, ce qui est une alchimie assez délicate. D’ailleurs, la série mit quelques temps avant de trouver son équilibre.

L’histoire, qui est diffusée lors de la rentrée 1963 avec ce premier épisode nommé « l’enfant né hors de la terre » présente une jeune adolescente qui intrigue plus que de raison ses professeurs. Il faut dire qu’elle demeure excellente en physique, astronomie ou encore en calculs mais elle demeure ignorante en histoire, totalement.

1st.jpg
Son cas est si particulier que ses professeur, un homme et une femme, décide de la suivre pour voir où elle habite. Ils la suivent donc jusque dans un magasin désert, abandonné où ils ne trouvent qu’un étrange poste de police bleu.

Par hasard, ils rentrent dans la cabine et ce qu’ils trouvent demeurent au-delà de leurs soupçons les plus fous : l’intérieur de la cabine est étrangement vaste !

Là, un vieil homme qui est le grand-père de leur élève leur somme de partir.

Mais nos professeurs ne peuvent retenir leurs questions et on apprend que l’homme, le Docteur, ainsi que sa petite-fille sont issus d'une race d’extra-terrestre qui ont trouvé une retraite sur la terre. En renversant accidentellement les commandes, un des professeurs emploie une des fonctionnalités du vaisseau extra-terrestre nommé le Tardis : ils se déplacent dans le passé où ils sont capturés par une tribu préhistorique dont-ils auront du mal à s’échapper.

dvd_unearthly_child.jpg
Ce premier épisode met la pédale douce en ce qui concerne à la fois la personnalité du docteur mais également l’aspect S.F de la série. L’intrigue sert essentiellement à visiter une tribu préhistorique et à assister à une guerre pour le feu.

Tout au plus, une formule est lâchée en demandant l’identité précise du Docteur : »Docteur qui ? » et nos protagonistes mettent 3 épisodes à quitter cette ère.

Bien que solidement réalisé et interprété, ce premier épisode de Doctor Who ne parait pas, rétroactivement, comme fondateur en posant de solides bases à la série. En revanche, la série est très solidement réalisée et l’interprétation demeure efficace. Mais hormis ce voyage dans le temps, rien ne permet d’identifier la série comme S.F…

william_hartnell_02.jpg
Les débuts du Doctor Who passèrent donc relativement inaperçus mais le second épisode va brutalement changer la donne.

L’auteur du script, le talentueux Terry Nation, fut donc engagé pour écrire un arc narratif de la série (alors 4 épisodes) et il raconta avec humour que les Daleks, le nom des archi adversaires du Docteur à venir, viennent des lettres figurants sur ses encyclopédies.

Diffusés lors de l’assassinat de John F. Kennedy en novembre 1963, l’épisode Daleks va propulser Doctor Who au premier rang des séries populaires.

QTU6sAS3.jpg
Qu’est-ce qu’un Dalek, au fait ?

Un Dalek est une sorte d’amibe qui vit dans une carcasse en fer ridicule qui ressemble à une gobelet renversé assorti de ventouse pour le côté fonctionnel.

Allégorie du nazisme, la population des Daleks demeure hautement militarisée et semble vouer à conquérir et à dominer. Ils sont régis selon une discipline qui les prive de toute émotion et, dépersonnalisés, ils savent essentiellement quelques mots militarisés à l’extrême tels que : « J’obéis, identifiez-vous ou exterminer. »


Leur voix nasillarde ainsi que leur aspect si primaire leur confèrent un air ridicule mais il s’agit de grands génocidaires. Leur créateur se nomme Davros et ils ont eu un empereur. Leur présence est prédominante tout au long de la série et ils vont d’ailleurs gagner en importance.

La série est lancée, elle devient un succès populaire qui plait aux enfants, parfois aux parents, tant et si bien que William Hartnell, le Docteur, et les autres acteurs remettent le couvert pour d’autres saisons.
terry-nation_01_446.jpg                 (Terry Nation et ses ultra-populaires gobelets customisés)

Le Docteur et ses compagnons vont donc voyager sur d'autres planètes, résoudre des problèmes ou encore affronter des races belliqueuses. Le Docteur se caractérise par sa non-violence, sa soif de connaissances mais aussi une petite inclination à manipuler son entourage et surtout ses antagonistes. Exceptionnellement, un héros d'une série ne recourt pas aux armes ou à la violence mais bien sur son intelligence et sa capacité à trouver et à exploiter la faille de son ennemi.

william-hartnell-doctor-who.jpg
La série, mais surtout les Daleks, deviennent si tendance que deux films sont tournés en 1965 et, devant le succès, 1966. Le Docteur sera à l’écran un aimable Dr Tournesol incarné pour l’occasion par Peter Cushing et une Dalekmania va envahir la Grande Bretagne le temps d’un été.

histor2.jpg
Mais les acteurs de la série régulière n’ont pas été invités à participer.

Il faut dire que les tournages sont assez longs, épuisants même et William Hartnell jette l’éponge après que les acteurs qui jouaient ses compagnons soient rentrés chez eux. Ainsi, après les compagnons, c’est l’acteur principal de la série qui fait maintenant défaut puisque W.Hartnell était atteint d’une artériosclérose qui limitait ses efforts.

Le show marche fort, il est presque un phénomène de société, et il était hors de question que la série s'arrête avec l'abandon de son acteur principal. Il fallut donc, le pari était risqué, trouver un nouvel acteur...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires