Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 07:16

12ème partie


La réédition de Fantax est enfin là ! Elle s’imposait vraiment car d’autres se chargeaient de vendre des photocopies de ces premiers numéros à des prix élevés tandis que le numéro 1 se négociait à plusieurs milliers d’euros… Bref, pour tout nouveau lecteur ou tout esprit curieux qui voulait découvrir Fantax, l’entreprise était tout simplement impossible. Mais au-delà des fascicules eux-mêmes, il convenait de rendre justice à Pierre Mouchot, en premier lieu.

fantax-reeditions1.jpg

 

Fantax était donc un personnage qui connut un grand succès entre 1946 et 1949.
Sa fin brutale et le terme de ses aventures en bd, rappelons que le personnage eut le droit à des nouvelles dans FANTAX MAGAZINES, conférèrent immédiatement le personnage un statut « culte ». Quel autre personnage connut en pleine gloire un arrêt de ses aventures et un échec aussi dramatique ?
La passion pour les jeunes de l’époque fut donc mis en sommeil. Certains le découvrirent plus tard à l’occasion de la seconde série ou encore d’une découverte fortuite de ses premiers fascicules. Toujours est-il que ce personnage issu de l’enfance fut pour certains un chimère de l’enfance dont la redécouverte fut des plus précieuses.
Aussi, au lieu de rechercher le STRANGE no 1, Graal pour toute une génération, les fans se ruèrent sur les fascicules de Fantax et les prix montèrent, montèrent…

 

fantax-reditions.jpg

 

Il y eut donc un véritable marché parallèle des rééditions pirates, de simples photocopies couleurs hors de prix, qui permirent à certains de spéculer (comme souvent dans le monde de la bd).
Les albums annuels sont également hors de prix, de véritables pièces de collections (encore une fois, ils dépassent facilement le millier d’euros), que ce soit pour FANTAX ou BIG BILL.

 

FANTAX n-1 p -5-petit

 

(exemple d'une planche originale de Fantax dont les philactères ont été gouachés afin d'écrire les textes pour la version italienne de l'époque)

 

 

Mais un autre problème apparut, les informations relatives à Chott étaient fausses ou inexactes. La « malédiction » Chott était encore là et il fallait encore, de ce point de vue là, reprendre les choses en mains.
Ainsi, alors que cela est communément indiqué, Pierre Mouchot est décédé en 1967 et non 1966 comme cela est presque tout le temps indiqué.
De plus, une rumeur tenace prétend qu’il était légionnaire. Cela est encore une erreur qu’il convenait de rectifier, sa famille y tient beaucoup.
Enfin, et cela n’est pas la moindre des erreurs, il fut écrit sur Wikipédia que la S.E.R, la société de Pierre Mouchot, fut vendue en 1960 à une autre société d’édition. J’ai naturellement posée la question à Mme Danièle Mouchot. Celle-ci, surprise par cette information, m’a expliqué que son père lui avait cédée ses parts de son entreprise et que, si cette société les avait rachetées, elle aurait quand même été au courant !
Ainsi un travail de mémoire et une rectification des faits étaient plus que nécessaires et, pour ce que je constate pour le moment, elle est accomplie de main de maître.

 

Fantax1-02

 

(planche extraite de l'album après restauration à la fois du rendu mais également des phylactères. Le résultat après travail est saisissant !)

 

Ainsi la réédition de ces 8 premiers numéros sont intéressantes à deux points de vue.
D’abord le travail de restauration des planches est un souci constant de Tanguy Mouchot.

Il a donc fait appel à Reed Man, qui était plus que partant dans cette aventure, puis, quand celui-ci était trop occupé, un autre lettreur professionnel officiant chez Soleil est venu le seconder. Le résultat est là et il est fabuleux !
Enfin, le nom définitif de l’entreprise se nomme ConnaitreChott.
Ceci implique que Mme Mouchot se charge elle-même de la partie rédactionnel de cette première reliure et, croyez-moi sur parole, je suis quelque peu envieux de ses compétences. En effet, Mme Mouchot donne encore des conférences universitaires et la qualité de ses textes est vraiment très élevée. La biographie de Pierre Mouchot est à la fois de très grande qualité mais surtout fidèle.
Il y a donc deux excellentes raisons d’acheter ce premier album de FANTAX !

 

marcel-navarro.jpg

 

Pour ma part, en tant que lecteur, je souhaite que le rédactionnel rende hommage aux autres membres du studio Chott de l’époque. Il me semble savoir que la veuve de Remy Bordelet est très concernée par le retour de Fantax. Et il y a d’autres auteurs à célébrer !
Mais le grand absent demeure à mon sens Marcel Navarro.
Journaliste, puis auteur/scénariste prolifique, Marcel Navarro a certes quitté les éditions Pierre Mouchot assez tôt mais son apport à Fantax est évident.

 

Le-Trio-petit.jpg

 

Si i y eut un petit nuage entre lui et Chott, les deux hommes lancèrent en même temps un fascicule MARCO POLO, l’estime et la reconnaissance mutuelles l’emportèrent bien volontiers et les deux hommes ne se perdirent pas de vue. D’ailleurs, Marcel Navarro et Auguste Vistel (qui eut un parcours pendant la seconde guerre mondiale aussi valeureux que Pierre Mouchot) proposèrent à Pierre Mouchot de s’associer à eux pour fonder L.U.G !
Marcel Navarro fut le  premier qui aida Pierre Mouchot et, bien des années après le décès de Pierre Mouchot, il correspondit avec sa veuve et sa fille.  

J’espère donc que sa famille se joindra donc à ses rééditions pour lui rendre un hommage digne de ce nom et célébrer la mémoire de ce scénariste/éditeur dont le legs est grand, tellement grand !*

 

 

 

Note : Il n'existe en tout et pour tout qu'une photo de Marcel Navarro sur le net.

Je vous invite à lire cet excellent article de Gilles Ratier et Laurent Turpin du site BD Zoomsur une partie de la carrière de Marcel Navarro.


*Enfin, si un membre de sa famille lit cet article, je l'invite à me contacter afin que je puisse écrire sur lui une série d'articles. Ce ne serait que justice...

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires

Jean-Pierre 19/08/2010 01:12


De la bonne came, comme toujours ! En plus, tu m'as donné envie d'acheter ce tome de Fantax. Espèce de malin.