Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 07:39

5-Scénariste de premier plan

 

infinite_crisis.jpg

 

Non seulement Geoff est conforté dans son rôle de scénariste vedette, et fidèle, à DC, mais il est en plus attaché aux meilleures séries, ou tout au moins, à celles que l’on doit réanimer, ressourcer, et faire revenir sur le devant de la scène.

Mais cela pose toujours le même problème.
Pour reprendre une série, Geoff Johns doit en laisser une autre en plan…
Mais l’arrivée de Dan Dido se solde par un nouvel événements aux proportions digne du premier CRISIS. Ce sera donc pour un second CRISIS, nommé cette fois  INFINITE CRISIS, qui aura la lourde tâche de faire aussi bien que le premier, un choc à son époque qui demeure toujours aussi palpitant à lire, mais donner un nouvel élan éditorial à DC.
INFINITE CRISIS se voit donc au centre de toutes les attentions de la firme historique des comics, il s’agit aussi de concurrencer Marvel qui parvient à produire de beaux coups en matière de cross over avec notamment CIVIL WAR.
L’attente est donc très forte, tout lecteur de comics (à moins qu’il déteste DC) est intrigué et cette seconde Crisis se doit d’être au moins à la hauteur du premier.

 

crisis_infinite.jpg

 

Les survivants de la première Crise, le Superman historique, Superboy prime et un jeune Lex Luthor de la terre 3 sont encore envie dans un Crystal qui les a accueilli avant l’effacement total du multi univers.
Ils ont contemplé pendant 20 années les super héros se débattre avec de graves problèmes et leur constat est sans appel : leurs successeurs, ceux pour qui ils ont tant sacrifié, ont fait de leur monde un endroit triste et cynique. Lex Luthor et Superboy brisent donc le Crystal qui les retient, ce qui ne sera d’ailleurs pas sans conséquences dans l’univers de nos héros, puis ils tirent donc les ficelles pour rassembler les méchants, reprendre les restes de l’anti Monitor et le ressusciter, puis ravir la place des héros qu’ils ne jugent pas à la hauteur de la tâche.

 

Crisis-on-Infinite-Earths-dc-comics.jpg

 

La difficulté de cette seconde CRISIS est qu’elle ne parvient pas réellement à reproduire le souffle de la première. On a donc le droit à une séquelle, une variation, certes bien conduite par Geoff Johns et Phil Jiminez mais elle est, hélas, clairement en dessous de la première ère qui plongeait nos héros dans une situation qui, malgré tous leurs pouvoirs et la volonté qui les animait, semblaient incapables à juguler une Armageddon qui paraissait alors inéluctable.
De plus, les temps ont changé. En 1985, ce furent les créatifs qui allèrent voir les éditeurs pour les convaincre de monter le projet. 20 années plus tard, ce sont les éditeurs qui ordonnent aux créatifs de monter un projet du même ordre, avec peut-être l’étincelle créative en moins.

 

Infinite-Crisis-.jpg

 

Bien que INFINITE CRISIS propose des séquences similaires au premier, notons la réunion des méchants, le conflit cosmique puis magique, des confrontations assez percutantes, il est loin d’avoir la même portée, la même dimension que le premier.
Un échec pour Geoff Johns ?
Non, pas forcément puisque notre scénariste se débrouille assez bien tout en ayant la tâche de puiser dans l’univers assez étendu de DC, sans qu’il y ait de contresens entre les histoires des multiples titres, et en  proposant de très bons moments d’action.
A titre personnel, j’ai beaucoup apprécié la fin qui opère une belle symétrie avec le début, et qui voit la revanche du Joker et de Lex Luthor contre le grand méchant. Le premier est furieux d’avoir été mis sur la touche, le second se devant de se venger et de reprendre la main. Un moment assez savoureux…
De plus, ININITE CRISIS plante pour l’avenir des ressorts pour de nombreux événements futurs, comme le rôle non négligeable de Superboy Prime, que Geoff Johns saura fort bien utiliser quelques années plus tard.
Nous avons définitivement, en Geoff Johns, un scénariste de vision à grande ampleur capable de voir loin et grand.

 

InfiniteCrisis2.png

 

Geoff Johns n’a pas démérité même si INFINITE CRISIS fait un peu penser aux soufflets des comics américains, que sont ces grands crossovers, et dont les conséquences après la publications ne sont pas si définitives que cela.
Johns hérita donc de beaux projets à l’issue de cette grande redéfinition éditoriale, déguisée en crossover, et parmi ces projets, il y aura  très bientôt l’indispensable GREEN LANTERN.


Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires