Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 07:25

2ème partie

Un autre aspect intéressant relatif au court métrage Greenboy demeure l’aspect technique.

La réalisation d’un métrage, court, moyen ou long nécessite une réelle organisation en règle générale et particulièrement quand des effets spéciaux sont nécessaires.


Le réalisateur, Jérôme Genevay, a eut l’idée du personnage, de ses caractéristiques visuelles, du script, et de son mode opératoire (première phase) mais qu’il reste à choisir son équipe technique, les acteurs, les lieux de tournage et les angles de vue pour le tournage proprement dit  (seconde phase) puis les effets spéciaux confiés à des tiers, le mixage, le son et les incrustations pour le montage (troisième phase).
Voilà beaucoup d’éléments à concevoir, créer, coordonner, mettre en boite puis orchestrer. Jérôme Genevay va nous en dire plus…

 

green8.jpg

 

(Greenboy alias Aurélien Jégou martyrisé par Jérôme Genevay... Dur, dur d'être un super normal héros !)

 

 

 

BA : En ce qui concerne la première phase de ton court métrage, quelles sont les difficultés de la pré-production ? Comment motive-t-on une équipe ? Quels talents ou techniciens as-tu convaincus de venir avec toi ? Peux-tu nous dire deux mots sur leur implication ?

JG : C'est sûr que je n'aurais pas réussi à faire Le Greenboy sans une fabuleuse équipe bénévole, et qui m'a suivit à 200%.

C'est une de mes grands bonheurs sur ce projet: voir chaque corps de métier (costumière, musiciens, comédiens, graphistes, mixeurs) m'aider à matérialiser mes idées, et à les amener au-dela par leurs créativés et leurs engagements !

Et dans ces conditions idyliques: les difficultés sont des étapes, l'exigence de tous augmente, le projet avance vite.  Par exemple Mélisande de Serres a eu pleins de bonnes idées pour compléter visuellement la définition de Greenboy et DirtyGirl.

J'avais déjà connu une telle situation avec mon précédent court, "l'usine à fantasmes" et j'hésitais à redemander à certains de travailler une nouvelle fois gratuitement... mais ils ont acceptés sans même avoir à les convaincre.

C'est habituellement la moitié de mon métier de convaincre les gens !


BA : Pour le tournage proprement dit, on peut supposer que -dans le cadre d’un court métrage - le temps soit assez réduit. Pourtant, GreenBoy parvient à raconter une histoire tout en proposant une vision dynamique et visuelle du super héros.
Comment toi et ton équipe êtes parvenus à ce résultat ? Était-ce difficile ou le recours au fameux système D à pallié au manque de moyens ?

JG : Un tournage en système D, ca se prépare: discussions en amont, confiances réciproques, storyboard et nouvelles technologies. Notamment les appareils photos qui permettent de tourner en lumière naturel, rapidement, mais avec une qualité et une richesse d'image incroyable, ce qui permet une grand latitude d'étalonnage. Le tournage a donc été fait en une journée et demie. Avec de la chance, au niveau des conditions climatiques. Et avec mon chef opérateur préféré: Arthur Leret.

BA : Peux-tu nous parler d’Aurélien Jégou ? Il semble qu’il ait déjà une carrière variée et diverse que ce soit au cinéma et à la télévision ? Il était le Greenboy idéal pour toi ?

JG : Bien entendu, c'était Ze GreenBoy.

On lit souvent cela dans les interviews des réalisateurs, mais je vous l'assure: je commencais à écrire l'histoire, et je me disais que c'était lui. J'ai lutté pour ne pas l'appeler tout de suite et être sur que j'avais une histoire qui tenait la route. Et puis je lui envoie un texto: "ça te dit de faire un super normal héro dans deux semaines?". Il me répond alors banco.

Aurélien est un mec extra, parceque très décontracté sur un tournage (bon, on se connait, ca aide), et un bon acteur parce qu'il a vraiment bossé en amont son personnage.

Je lui avais dit: mattes pleins de Batman, Superman et Kick-Ass: tu joues deux personnages dans le film. Résultats: ses gestes, mouvement, attitudes avec le costume collaient génialement !

 

 

BA : Cerise cuivrée sur le gâteau, tu as obtenu la participation d’Alysson Paradis.

Elle incarne trois personnages en 3 minutes (une cliente lambda, Dirty girl et la dirigeante d’une multinationale) tout en caractérisant subtilement chacune de ses incarnations.
 Comment as-tu obtenu sa participation ? Quel type de satisfaction est-ce pour un réalisateur d’avoir une actrice aussi juste devant sa caméra ?

JG : C'est le bonheur ! 

Quand je donnes des cours à des comédiens débutants, je leur dis qu'un bon réalisateur se contente de donner une direction aux comédiens.

On les élève, mais on ne les pousse pas.

C'est exactement ce qu'il s'est passé avec Alysson : quelques indications que j'avais bien bossées dans mon coin avant, et elle joue le personnage en ajoutant sa touche. 

Ce qui n'est pas évident dans les conditions "roots" de ce type de tournage...

 


BA : Le travail de postproduction est remarquable, notamment en ce qui concerne le compositing de la licorne -symbole de Greenboy- sur les murs des bâtiments.

Es-tu satisfait de ces effets ? Es-tu d’accord pour penser que la post op’ confère à Greenboy une plus value certaine ?

JG : Oui, je suis très satisfait des deux types d'effets: le compositing (fait par Yannick Puggioni) et les flyers 3D (par Cyril Kravtchenko).

Encore une fois, c'est un bonheur et l'on peut aller plus loin dans la créativité, de bosser avec des professionels qui ne te disent pas que ce n'est pas possible, mais cherche une solution pour rebondir ou contourner une difficulté.

Pour la plus value, je dirais : non. Les trucages doivent servir l'histoire, par l'emballage. Et surtout, on ne doit pas les voir.

Et sur la post, il y aussi le travail important au son: avec Vincent Cosson et Nicolas Bourgeois (respectivement mixeur et sound designer), qui ont bossé une grosse journée entière pour faire une bande son top!

 

BA : Dernière observation, personnelle cette fois. Je verrai bien pour ma part une déclinaison de Greenboy en format court sur Canal + ou Comédie !  Je pense que le public moderne serait conquis et la fin ouverte du court s’y prêterait bien.
Y-aurait-il un avenir pour Greenboy ? Que penses-tu de cette idée de déclinaison en format courts ?

GJ : J'adorerais! C'est une très bonne idée. Promis, si Le Greenboy est décliné en série, tu jouera un méchant ! Avis-Boy ?

 

green3.jpg

 

 

(Soyez rassurés, Greenboy veille !)

 

Je remercie Jérôme d’avoir pris le temps de bien vouloir répondre à ces questions.
Soutenez GreenBoy en le montrant partout. 

Il s’agit d’une œuvre intéressante, que j’appelle de mes vœux à se développer et à se poursuivre sur un autre format.

Mais il est à mon sens précurseur, avec VENDÔME et FUSION MAN, d’œuvres Geek/super héros que les décideurs de chaînes télé et de divertissements seraient inspirés de nous proposer, histoire que la France n’ait pas 15 ans de retard sur les modes, comme toujours.


En attendant, je vous conseille également de suivre d’un œil attentif la carrière de Jérôme.

S’il passe au long métrage dans un avenir proche, il fera des merveilles eu égard aux trois courtes semaines nécessaires à Greenboy !

green4.jpg
(A bientôt, on l'espère, dans de nouvelles aventures !)

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires

Bastien 26/08/2010 14:32


Bonjour et merci pour le compliment !

En ce qui concerne Greenboy et l'interview de Jérôme Genevay, cela s'est déroulé de la manière suivante :

-J'étais sur Buzz comics, un site convial et hautement recommandable, quand j'ai vu le post sur Greenboy. Je l'ai vu et je l'ai pas mal apprécié (il est même encore meilleur quand on le voit
plusieurs fois !).

-Son réalisateur, Jérôme, avait lui-même posté le court. Aussi j'ai pu le joindre et lui parlé de ce que je voulais faire.

-Bon joueur, il a été partant tout de suite et, après disons une bonne demi-heure au téléphone très sympa pour deviser de Greenboy, le tournage et son parcours, je lui ai posté les questions
auxquelles il a très aimablement répondu.
Il m'a d'ailleurs fait savoir qu'il était assez content du résultat.

Vous aussi j'espère ?


Patrick 25/08/2010 22:06


Je suis bluffé !
Alors que les autres sites ne font que passer des liens vers des trailers ou des bandes annonces, toi tu parviens carrément à nous montrer l'envers du décor.
Comment as-tu fait ce coup_là ?