Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 07:37

4ème partie


Il était une fois l’espace réussit donc la performance de lier avec maestria un divertissement pour enfants dotée d’une portée qui s’apprécie à plusieurs niveaux.

Tout d’abord, la portée didactique est présente, bien qu’elle soit moins présente que dans les autres volets d’Il était une fois… On aborde différents thèmes tels que le devenir de l’espèce humaine dans l’épisode 17 nommé Terre ! Albert Barillé finit en quelque sorte sa précédente série, dont la fin était précisément négative pour anticiper que l’homme va apprendre de ses erreurs et surtout se servir de l’énergie solaire pour résoudre ses problèmes tout en rationnalisant l’écologie.

les-hommes.gif
Les personnages d’Albert Barillé, terriblement franchouillard dans leurs conception, accueillent donc un personnage majeur, Psy alias Mercedes qui demeure un personnage de premier plan de la série et, elle annonce en quelque sorte le devenir de l’espèce humaine grâce à sa sensibilité télépathique. A mon sens, elle est indienne et le concept de la diversité fait enfin son apparition dans une série pour enfants.

il-etait-une-fois.jpg
Il était une fois l’espace propose donc une vision d’une sorte de l’ONU stellaire qui montre les différentes espèces qui regardent et agissent dans une même direction, une direction constructive. Il s’agit donc d’une vision optimiste qui place l’humain comme centrale dans l’élaboration de son devenir.

bscap0009.jpg
Mais Il était une fois s’apprécie également comme une belle addition des talents qui ont contribué à la série. Il n’y a a guère qu’Ulysse 31 qui puisse rivaliser avec la qualité et la réussite d’Il… l’espace. Pour les deux séries, le constat est le même : un producteur fort d’une vision sait s’entourer d’excellents talents.

arche.gif
Parlons un peu des designs du monde futuriste, il est excellent !

Les vaisseaux, qui partent de la puce de l’espace pour aller au croiseur démesuré, tous sont inspirés d’animaux que ce soit donc une puce, un colibri, une murène pour les vaisseaux d’Oméga ou encore, je trouve que cela est remarquable, un poisson pour les croiseurs d’Oméga. Une grande réussite qui est notamment due au talent de Manchu, un excellent graphiste/concepteur de talent que l’on aurait aimé voir dans d’autres séries tant son talent demeure évident. Il y eut bien sûr d’autres sagas dont la suivante, Il était une fois…la vie mais celle-ci fut décevante puisque les intrigues et arcs narratifs d’Il était une fois l’espace furent délaissés, de même que la personnalisation des protagonistes qui nous étaient si familier. Le thème, le corps humain, ne s’y prêtait certes pas mais aucun autre volet de la saga ne rééditera la performance d’Il était une fois l’espace. Dommage…

colibri.jpg
Les doubleurs de la série sont tous excellents. D’ailleurs, à mon avis, le doublage est une activité artistique qui semble relever de la magie. Ni plus, ni moins !

Outre le très grand Roger Carel, nous avons également le comédien/doubleur Vincent Rompion qui s’est également distingué sur la série Nicky Larson. Il y a encore d’autres Alain Dorval qui est la voix française de Sylvester Stallone depuis nombre d’années. Sa participation confère au Général un sens parodique bienvenu qui sera repris dans les Guignols de l’info.

33t.jpg
Enfin, la musique est signée par le très grand Michel Legrand qui assurait de temps à autres, Oum le dauphin par exemple, des Bo des séries pour enfants. Ses compositions sont sans faille puisqu’elles rehaussent et dynamisent l’action tout comme elles rendent émouvantes les séquences plus intimistes. Une excellente performance pour un auteur accompli qui s’est investi avec un résultat probant pour une série qui restera.

albert-barille.jpg
Enfin, il y a Albert Barillé lui-même !

Ce grand monsieur né en 1921 avait réussi sa première grande production que fut Colargol ! Une œuvre qu’Albert Barillé a produit lui-même et qui fut son premier coup de maître bien que Colargol s’adressait au premier âge.

Il conçoit et propose Il était une fois…l’homme qui fut diffusé une première fois en 1978 et qui restera donc la première pierre de sa saga qu’il a produit dans sa société de production Prodicis.

il-etait-une-fois-la-terre.jpg
Une saga qui lui survivra puisque Albert Barillé nous a quitté en 2008 alors que son ultime série Il était une fois la terre était prête.

Aussi il convient de saluer la mémoire et le talent de ce grand monsieur dont le legs devrait séduire de nouvelles générations d’enfants.

Albert Barillé tenait ce discours suivant :

« donner à nos enfants le désir de savoir, éveiller leur curiosité. Les traiter aussi en personnes à part entière, qui comprennent bien plus que ne le croient les adultes. Vous les fortifierez ainsi et ils vous en sauront gré. » Et bien les enfants devenus adultes que nous sommes ne peuvent que le remercier avec gratitude pour cette belle œuvre qui sera appréciée par de nouvelles générations !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires

Stef 02/03/2010 19:20


J'ai toujours été bluffé par le design de Manchu. j'ai réussi à choper un poster des vaisseaux de la série qui est maintenant au mur de mon bureau. Très bon DA de SF! Malheureusement, c'est pas
parti pour qu'il y en ait encore de cette qualité (en occident s'entend).


David 04/02/2010 17:13


Bon article, comme toujours.

Il était une fois l'espace était effectivement une bonne série comme on en fait plus. Merci de me l'avoir rappelé.