Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 07:38

jla logo

Le premier épisode de la JLA nouvelle mouture frappe fort. Surgissant de nulle part, échappant aux systèmes de radars et de détection les plus sophistiqués qui soient, un nouveau groupe de super héros font leur apparition publique devant les caméras. Leur charismatique chef Protex explique que lui et son groupe feront ce que les super héros n’ont jamais fait jusqu’alors pour les habitants de cette planète : ils aideront efficacement les humais pour la famine, l’ordre et à fertiliser leur environnement.

9406.jpg 


Les forces civiles, tout comme nos super héros réguliers, sont perplexes. Certes ces nouveaux venus sont totalement inconnus mais nul n’a jamais entendu parler d’eux. Effectivement, ils commencent à mettre en pratique leurs ambitieuses promesses, d’abord les plus populaires : ils rendent fertiles le désert de Gobbi, puis ils installent quatre cités aux quatre coins de la planète puis ils éradiquent les super vilains en les exécutant devant les caméras.

hyperclan.jpg


Toutefois, alors que nos héros scrutent les actions de ces prétendants au poste de héros, leur antique satellite avec la vieille équipe de la Justice League est attaqué par des ennemis non identifiés. Wonder Woman et Green Lantern tentent de le défendre, alors que Métamorpho Man évacue ses équipiers, mais l’affaire tourne mal et l’ancienne équipe est hors course. Nos six héros principaux, il manque encore Aquaman, sont réunis dans un QG de relais. Ils réalisent une chose : le discours des nouveaux héros sonne faux, l’agression leur est certainement imputable, et cela prépare une guerre imminente.

 

JLA1P13.jpg

 

Le second épisode voit donc nos héros se rendre aux quatre cités afin d’enquêter. Cette division des équipes est directement héritée des anciennes histoires de Gardner Fox où des membres de l’équipe enquêtaient en binôme afin de diviser l’action. Batman et Superman sont stoppés net en plein vol par deux membres adverses, de même que Wonder Woman et Aquaman ou encore Flash et Green Lantern.

 

flashfact1.jpg

 

En fait, quoique cachent ces ennemis, ils sont incroyablement puissants. Seul le Martian Manhunter rencontre en secret Protex, le chef adverse, comme s’ils se connaissaient ou qu’ils avaient quelque chose en commun. La dernière page montre Superman terrassé par la kriptonite, le batplane de Batman écrasé au sol, en flammes, avec toutefois un mince reflet de Bat dans la vitre.

 

6a00d8341dc73753ef0162fccad169970d-320wi.jpg


Le troisième épisode offre quelques révélations. L’équipe de super héros est en réalité une escouade des martiens blancs. Si le Martian Manhunters est un martien vert et pacifique, il existait sur sa planète une autre race plus belliqueuse dont la confrontation causa un génocide pour les deux tribus. Il semblerait donc que cette escouade, dont le vrai nom est l’hyperclan, ait réussi à fuir. Batman, ayant remarqué leur crainte aux flammes, a bien déduit leur nature et il parvient à défaire 4 membres à lui tout seul. Superman, qui a lui aussi réalisé que la kriptonite est en fait un implant mental de Protex, parvient à se libérer, mais le plus gros de la troupe des martiens blancs, environs 70 membres, est sur le point d’envahir la terre…

 

1555546-batman_super.jpg


Le quatrième épisode voit donc la confrontation finale entre les membres de l’hyperclan et nos membres de la JLA, dont seuls trois membres peuvent réellement se mesurer à des martiens blancs. Contre toute attente, et ayant mis les terriens au courant, des grands feux attendent les martiens blancs qui sont contraints d’opérer une retraite. Au terme de cette aventure, la JLA constate que les promesses de grandes réalisations de l’Hyperclan, dont le désert de Gobbi, était vaine et que c’est à l’humanité de prendre elle-même son destin en mains, la JLA ne devant pas intervenir dans son destin…à moins qu’elle fasse erreur !

 

6a00d8341dc73753ef0162fcca65c7970d-320wi.jpg

 

Avec seulement quatre épisodes, Grant Morrison  propose un scénario dynamique, rythmé par de très beaux coups de théâtre, avec une réflexion sur le devoir de super héros par rapport aux besoins réels des humains. Une grande aventure, digne d’une super production hollywoodienne à gros budget estivale, avec de brillants traits d’humour et une caractérisation réussie de chacun de nos sept héros. En seulement quatre petits épisodes, alors que l’attention des médias et des fans étaient focalisés ailleurs, soit vers une énième ineptie d’Image ou le dernier mort en date qui revient chez les X-Men, Grant Morrison remet la JLA au premier plan, la rendant soudainement hot, et au centre d’attention des tous meilleurs comics du moment. Une performance encore inégalée à ce jour. Et la suite ne va pas nous décevoir !

 

1472351-aquaman_jla__4_super.jpg

 

Quant à Howard Porter, et malgré le fait qu’il n’ait jamais rencontré Grant ou conversé directement avec lui, son travail sur ce titre est de tout premier ordre. Il parvient à donner la meilleure version sur chacun des membres de la JLA avec un Batman gothique et inquiétant, un Superman iconique en diable. Son style me fait penser à un croisement entre Jack Kirby, pour la forme un rien cubique de ses personnages, et Jim Lee pour l’aspect attractif et apollonien de son trait qui attire à coup sûr le regard du lecteur.

01-31-2010-081911AM-620x973.jpg

 

Enfin DC comics tient un dessinateur qui soutient la comparaison avec les meilleurs graphistes du marché. Enfin, chacune des icônes de la firme est dessinée de manière flamboyante. La réussite est là et le marché américain, au contraire des lecteurs français, ne s’y est pas trompé.  Mais est-ce que le meilleur reste à venir ou s’agissait-il d’une performance unique ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires