Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 08:04

 

3ème partie

 

Année 70 et 80 : le cinéma populaire italien est en crise, si ce n’est en récession, à cause des télés privées qui fleurissent en grand nombre et qui proposent des programmes pour enfants toute la journée. Les films s’exportent de moins en moins bien mais, malgré tout, notre saga des 3 Supermen continuent à croître en dépit d’un étiolement du concept de base, d’un renouvellement presque total des têtes d’affiches ainsi que l’irrégularité des sorties.

Voyons ce que cela donne…

 S3supermen.jpg

 

Supermen contre les amazones étaient un peu à part dans la « continuité » de la série. Le concept était dénaturé, les codes n’étaient pas respectés et le résultat en a laissé plus d’un abasourdi.

 

Le Supermen suivant se nomme les 3 Supermen contre le parrain et il date de 1979.

Produit par Bitto Albertini et réalisé par  Italo Martinenghi, il doit certainement le jour grâce à une coproduction avec…la Turquie.

D’ailleurs, une star du cinéma bis locale, Cüneyt Arkin intègre le trio qui, et cela est exceptionnel, réunit les deux cascadeurs de la série, Aldo Canti et Salvatore Borghese qui ont tour à tour interprété le même rôle : celui de l’acrobate muet ! C’est d’ailleurs Salvatore qui conservera ce rôle tandis que Aldo Canti aura un rôle parlant !

 

 

2672647466_d2d2d0f6fc_o.jpg

Pas grand-chose à dire sur ce Supermen-ci, ci ce n’est qu’il noie une intrigue enfantine et décousue sous des gags parfois grossiers mais la bonne humeur du film, mêlée à une certaine indulgence, rend cet opus plus digeste que d’autres films de la série.

 supermenler--cuneyt-arkin-copie-1

Ce fut donc la dernière participation d’Aldo Canti/Nick Jordan à la série, puisque l’acteur fut retrouvé mort dans un parc italien l’année suivante… Une bien triste fin pour cet acteur, mais qui rappelle un fait assez peu connu du cinéma italien : les « acteurs » font des films mais, entre deux productions, ils reprennent leurs métiers divers de la vie courante. Hélas, le métier d’Aldo Canti était probablement lié à la mafia et il le paya fort cher. Un grand gâchis…

  

Alors que toutes les productions ou presque du bis touchent à leur terme, que même l’ultime genre du cinéma bis, l’épouvante et l’horreur, ne parvient plus ou presque à s’exporter durant cette seconde moitié des années 80, les 3 Supermen ont le droit, contre toute attente, à un ultime opus en 1986.

 TreSupermenSantoDomingoFront.jpg

 

Les 3 Supermen à Saint Domingue réunit donc notre trio, seul demeure Salvatore Borghese, pour des aventures arabesques ayant trait à l’espionnage puisque tout le monde surveille tout le monde sur cette si belle île.

 

 Le film est terne, un rien mou mais on retrouve quand même le dynamisme et l’esprit du premier film, le talent et l’ambition en moins. Les bagarres se succèdent mais les Terence Hill et Bud Spencer sont passés depuis par là et nos 3 Supermen semblent bien surannés alors qu’ils ont presque initiés cette mode.

 

 Un ultime opus qui ne s’explique que parce que les coûts de production étaient très bas à Saint Domingue, quasi nuls, et que les producteurs italiens ont toujours raffolés de ce pays, depuis qu'ils l'ont découvert, vers la fin des années 70.

Les 3 Supermen tirent donc leur révérence en 1986 ce qui fait de leur saga l’une des plus longue -19 ans- du cinéma bis populaire italien.

 3_Supermen_title_card.jpg

 

Longtemps, ces films ne furent quasiment jamais chroniqués en France.

Pour ma part, je croyais même, que certains opus des 3 Supermen partageaient le même titre, pratique du retitrage courante chez nos amis transalpins, et que ce 3 Supermen-ci était qu'une chimère.

 

Il constitue donc le point d’orgue final de cette vague de super héros italiens colorée, initiée par le film Batman, qui a vu débarquer des héros saugrenus dans des aventures baroques et franchement datées… Un temps hélas révolu !

 sdiabolique.jpg

 

Bonus : Je ne sais pas si Bides et musiques l’a chroniqué, mais l’ouverture musicale des 3 Supermen contre le parrain est tellement nulle et affligeante qu’elle en devient kitch et géniale.

 Cliquez ici pour l’écouter !

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires