Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 12:46

C’est assez fatigué que je prends cette pause, qui n’était pas prévue, et qui décale la fin des articles du Prisonnier et de Captain Marvel/Shazam ! Le blog doit bel et bien prendre fin cette année, j’avais dans un premier temps justement prévu la fin du mois de juin pour poser un point définitif à une parution aussi régulière, mais j’ai un peu de mal à stopper l’aventure… 

Je reprendrai donc pour quelques mois en septembre, en espérant que l’envie sera toujours là, mais je ne pense pas dépasser la fin de l’année. 

Il y a cependant et hélas toujours des thèmes intéressants à traiter, à partager, et je pense pas mal à la série des Panthères roses de Black Edwards/Peter Sellers ou encore la JLA de Grant Morrison…

pp.jpg

En attendant, je vous suggère de fréquenter d’autres sites de contenu tels que Comics from Mars (des critiques toujours exigentes sur les comics modernes, ce que je ne fais quasiment jamais)  ou Ici, je suis ailleurs (des thèmes ou sujets traités par Artémus Dada, l'une des plumes les plus attrayantes du net ! Mais qui se cache derrière ce pseudo ?), qui sont chacun très intéressant dans leur partie respective, d’ailleurs bien différentes de ce que vous pouvez trouver ici, mais encore d’autres sites/blog que je ne connais pas et qui font la richesse de la toile !

jb-banderole.jpg

J’en profite également pour saluer la mémoire du très grand compositeur John Barry, qui nous a quittés le 30 janvier de cette année.

Compositeur d’exception, John Barry est né en Angleterre où il a appris la musique très tôt grâce à son entourage familial qui a décelé et encouragé son don. Au terme de son armée, John Barry a fondé le John Barry seven, premier groupe musical résolument tourné vers le jazz, sa grande passion d’alors et influence principale. 

jb4.jpg

John Barry n’a jamais cessé d’apprendre, que ce soit dans des domaines musicaux variés tels que le jazz, des tubes musicaux de l’époque bien qu’il ait « manqué » la vague pop et beat des années 60 qui ont tout ravagé sur leur passage et quelque peu ringardisé instantanément les musiciens de la décennie précédente…

Mais John Barry, au sein de la BBC, s’est surtout initié dés la fin des années 50 à l’arrangement musical, surtout en ce qui concerne les images, et c’est là qu’il rentra dans la légende.

jbp.jpg

Un nouveau créneau s’ouvrit alors à lui, celui d’arrangeur mais surtout compositeur de musiques de films. Il signa donc en 1960 la bande originale de Beat girl puis, au terme de seulement quelques compositions, il fut repéré puis appelé par les producteurs, Harry Saltzman et Albert Broccoli, qui s’étaient associés afin de produire sur grand écran le personnage de James Bond d’après les romans de Ian Fleming qui étaient alors des succès littéraires.

drjb.jpg

Associés au sein de Danjaq, Harry Slatzman et Albert Broccoli bénéficiaient d’un savoir-faire assez élevé grâce au talent de producteur du second. Pour la mise en chantier de James Bond contre Dr No, Danjaq bénéficia des solides décorateurs que Broccoli, au paravent associé avec Irwin Allen, collaborait souvent au sein de sa société de production Warwick films. 

danjaq.jpg

Quand la production de James Bond contre Dr No débuta, ce furent les talents efficaces et déjà rodés de Warwick films qui donnèrent à ce film un déjà très grand professionnalisme, dont le fameux et très efficace Richard Maibaum au scénario et le raffiné Terence Young à la réalisation, dont il fut dit qu’il codifia le personnage de l’agent secret raffiné avec Sean Connery qu’il sut adapter au rôle.

 

Mais en ce qui concerne la musique, cela n’allait tout simplement pas !

Le compositeur alors engagé se nomme Monty Norman, alors connu pour la composition de musiques diverses dont des comédies musicales et, également, des musiques exotiques. Justement, le score musicale de James Bond contre Dr No concerne la Jamaïque, lieu de l’action.

La bande originale du film est tout simplement fade, peu percutante, et elle épouse mal certaines scènes alors qu’elle est vouée à les dynamiser !

jbdno.jpg

Les producteurs appellent donc en urgence John Barry qui est chargé d’une mission de sauvetage. C’est donc dans l’urgence que John Barry réarrange le thème de James Bond, qui est depuis devenu un succès mondial tant il est percutant et peut s’apprécier comme l’un des très grands succès de la musique de films, tout simplement.

jd.jpg

A noter que c’est bel et bien Monty Norman qui touche les royalties de ce James Bond score qui est pourtant très, très, très éloigné de la composition originale de Monty Norman tant il est rehaussé à tous les niveaux. Malgré des procès, et à cause de seulement quelques notes qui se trouvent ici ou là, c’est Monty Norman qui conserve la paternité de ce morceau si fameux…

jbs.jpg

Toutefois, John Barry n’a pas tout perdu en effectuant cette opération de sauvetage. Les producteurs, le public, les critiques, tout le monde reconnut alors son si grand talent et il devient alors le compositeur attitré des musiques de James Bond. Cette série cinématographique, rappelons-le, connut un succès inouï au cours des années 60 et façonna pour longtemps les films d’action modernes. John Barry fut alors au fait de sa gloire. Il collabora à moult autres musiques de films, parfois même à la télévision avec Amicalement vôtre (un très beau score), gagna deux oscars, et connut un succès immense jusqu’au début des années 90 où il se retira doucement, puisque son dernier James Bond fut Tuer n’est pas jouer, en 1987.

sc.jpg

Le style John Barry se résume par une mélodie orchestrale héritée d’un répertoire classique, certes, qui allie majestueusité et symphonie à un très haut niveau. Les films auxquels John Barry laissa son emprunte furent très importants, citons Zulu, Le trou noir, StarCrash, Danse avec les loups, Midnight cow-boys, King-Kong, Cotton Club…

A mon sens, John Barry n’était ni plus ni moins que le plus important musicien travaillant pour les musiques de films, derrière Ennio Moriconne. Je reste hélas étonné que les médias ne lui aient pas davantage rendu hommage lors de son décès, en début d’année, et surtout salué son immense talent, que seuls une poignée de personne atteignent chaque siècle…

images-copie-2.jpg

Jane Birkin, sa seconde épouse, expliqua souvent que si Serge Gainsbourg était très connu et apprécié en France, cela était aussi le cas avec John Barry, son premier mari ! 

 

Retour du Royaume des avis, donc, fin septembre/début octobre avec encore quelques nouveaux sujets du même acabit !

En attendant, excellent été à tous !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires

bressan priscille 27/06/2011 15:35


Quel dommage de mettre un terme à cette passionnante aventure.
Ton site est une foule d'informations qui se perdrait si tu ne les mettais pas en lumiere.
J'espére que c'est un petit passage à vide.

Vive le royaume des avis.


R-One 26/06/2011 13:07


Je me joins aux louanges des autres : le royaume est un super blog où j'ai appris plein de choses dans pleins de domaines différents. Super sympa!
Par contre, c'est un peu dur de te mettre en vacances en plein milieu du Prisonnier et de Captain Marvel!
A bientôt!!!


artemus dada 26/06/2011 10:19


Merci pour le "coup de projecteur" amigo, et ton amical passage sur mon blog.

Bonnes vacances !


Pierre 25/06/2011 09:09


Excellente série d'articles !
J'ai découvert ton blog à l'occasion des Doctor who et, franchement, je suis devenu fan !!
Merci beaucoup à toi.


Bastien 24/06/2011 21:51


Merci pour les messages de sympathie ! C'est trés cool de votre part mais, encore une fois, je m'use à la tâche !!!

Merci beaucoup !