Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 07:32

9ème partie

 

Pierre Mouchot avait gardé intacte ses ambitions : il voulait être son propre patron et lancer sa firme.
La guerre venait de lui rappeler la fragilité de l’existence, nul doute qu’il a vu des hommes tomber autour de lui sans que leurs rêves se réalisent. Aussi il était temps de se lancer mais les difficultés étaient nombreuses en ce lendemain de la seconde guerre mondiale.

 

  mouchot-

 

Tout d’abord, la seconde guerre mondiale a laissé en France un état de pénurie extrême. Pour se lancer dans l’édition, il fallait absolument du papier. Celui-ci était une denrée rationnée. Mais ceux qui s’étaient distingués dans la résistance, ce fut brillamment le cas de Pierre Mouchot, on sut se montrer accommandant ce qui fut aussi le cas pour la revue Coq Hardi qui fut fondé par un grand résistant.

 

fantaxp1.gif

 

Il semble que Marcel Navarro ait joué un certain rôle quant au lancement du personnage de Fantax.
Le premier titre envisagé par Pierre Mouchot était d’abord P’tit gars, une sorte de Tintin plus vitaminé qui parut ultérieurement. Marcel Navarro vit juste : Fantax était bien plus emblématique, plus distingué et mystérieux que ce P’tit gars qui n’eut pas le même retentissement que Fantax.
La revue qui accueillit Fantax fut donc le fameux Paris Monde illustré.

Longtemps, les historiens de Fantax, comprendre les lecteurs de la première heure et les nostalgiques, eurent du mal à retrouver le titre exacte de cette revue lyonnaise qui accueillit pendant 20 numéros, à raison d’une planche par semaine,  les première aventures de Fantax.

 

Reportages.jpg

 

                  (la réedition des 20 planches parues dans Paris Monde illustré,

               sous une couverture inédite retrouvée dans les archives de

                          Mme Mouchot)

 

Il s’agit d’ailleurs de l’an 0 de Fantax où les deux artistes, Navarro et Chott, mirent au point leurs styles respectifs. M.Navarro avait déjà trouvé son style de récitatifs, le texte inclus à même la bulle, afin de dynamiser l’action.
Chott, en revanche, parait dessiner en deux dimensions et les dessins de ce numéro 0 sont assez simples par rapport à ce qu’il produira par la suite.
Fantax n’a d’ailleurs pas d’origines officielles car, comme dans tous les bons Daily strips qui se respectent, l’action doit être immédiate et rythmée afin de maintenir éveillé les lecteurs chaque semaine.

 

 

Fantax5verso-10-11-.jpg

 

Pierre Mouchot, fort de l’attention rencontré par Fantax dans Paris Monde illustré, put alors se lancer après ce test concluant dans la création de son entreprise, les éditions Pierre Mouchot, trouver du papier et pouvoir sortir le premier numéro qu’il fallut bien dessiner et produire.
Sa fille, Danièle Mouchot, raconta que son père reçut au sein du logis familial tous les intervenants, imprimeurs, intermédiaires, distributeurs et que les éditions Pierre Mouchot, ou plus précisément, l’atelier créatif, était réduit à une seule et unique pièce ! Elle précisa également que sa mère, Mme Paulette Mouchot tint une part active aux travaux divers dont ceux de correction et de lettrage !

 

fantax01.jpg

 

Mais, heureusement, le succès de Fantax 1 fut détonnant !
Fantax 1 eut le droit à trois tirages successifs et le titre était sur les rails, ainsi que sa jeune maison d’édition qui fut soudainement couronnée de succès. Pierre Mouchot dut produire, en maintenant la régularité et la qualité, mais aussi assurer la logistique de son titre, penser à en proposer d’autres au public mais aussi recruter pour pérenniser ses titres. Ce fut le temps heureux des premiers succès et des nouveaux titres, ainsi que le studio créatif dont toutes les jeunes recrues d’alors évoquent cette période avec émotion et tendresse.

 

 

Mais Pierre Mouchot, alors indépendant, dut affronter une dame qui ne lui fit pas de cadeaux, la censure d’alors qui sut trouver tant et tant de recours afin de lui empoisonner l’existence. Il mena donc un combat infernal aux procédures et aux délais excepionnellement longs.

Nous verrons cela sous peu…

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires