Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 07:22

2ème partie

 

L’ascension irrésistible de Rob Liefeld déstabilise violemment les fondements même de l'industrie et la conception de ce que l’on considérait alors comme un bon comics : une histoire bien menée, dessinée par des artistes scrupuleux dans le rendu de leur art.

Tout ça, désormais, c’est du passé !

Les contenus des histoires sont faméliques, les histoires sont indigentes, les cases par page dépassent raremenun unités, avec une préférence  marquée pour les pleines pages, et les dialogues sont effrayants ! Bref, les paramètres de l’industrie et la tradition d’une tradition qualitative sont soudainement remis en cause par ce gamin bruyant, tapageur et assez peu soucieux de l'héritage de ce média !

 

doom-force.gif

 

Rappelons que Grant Morrison, Mike Mignola et d’autres furent consternés par si peu de talent et autant de succès. Alors ils jetèrent à la vie vite un scénario qui parodie le style Liefeld pour se nommer Doom Force. Le style graphique parvient même à reproduire les tics graphiques de Rob, histoire de prouver que c'est vraiment très basique !

Un des acteurs dit que ça n’aurait jamais dû dépasser les simples délires entre potes. Mais l'intrigue, simple et élémentaire, a quand même été reprise par Rob et Top Cow !

 

glory.jpg 

                               (2 Miss Anatomie selon notre Rob Liefeld !)

 

En 1993, la bulle spéculative des comics explose et le marché rétrécit pour atteindre, à terme, 10% de ce qu’il  fut lors de cette cime.

Liefeld se fâche avec un autre "grand" du comics, Marc Silvestri, et il précède de peu l’expulsion de sa personne en démissionnant d’Image mais il avait déjà crée Maximum press où il va reprendre les mêmes formules faciles. Mais son  crédit s’est écroulé et il apparaît comme un dessinateur erratique. Soudain, les lecteurs se rendent compte que  sa production est très médiocre, que ses histoires et ses personnages sont risibles et, enfin, qu'il est un éditeur ridicule car ses titres, bien que mauvais, sortent inlassablement en retard !

Comment reconnaître ses titres excessivement mauvais parmi tant d'autres ? Simplement car ils sont nommés avec des appellations risibles, des termes succincts mais rageurs  comme « blood », « death », « strike » ou alors ils proposent une réinterprétation des icônes des autres concurrentes : « Glory » pour Wonder Woman, « Kid supreme » pour Superboy puis une logorrhée de photocopies des X-men, Wildcats ou Cyberforce (hi, hi, hi).

Mais il y a pire, bien pire !

 

Coven.jpg

 

Rob est en quelque sorte indélicat, il spolie ses « amis » pour mieux les entuber comme Mike Deodato qui monte un studio avec ses compadres pour dessiner les Glory de mauvaise mémoire. Prétextant que ce n’est pas Deodato qui dessine en personne, Rob refuse d’honorer les salaires (alors qu’il le savait très bien !). Rob dépossède carrément Coven de son collaborateur Ian Churchill puis il publie des concepts/prototypes de Kurt Busiek avait développés en vue d’un contrat qui n’est jamais venu. Je crois que vous réalisez maintenant le soufre que dégage Rob dans le milieu alors qu’il avait prôné une reconnaissance des droits d’auteurs comme démarche de sa fondation d’Image.

 

 kid-supreme.gif

 

Donc Liefeld est un pestiféré du monde des comics qui dessine de temps à autre quelques pages en vue d’un grand cross over où il reprend servilement les règles édictées par Crisis : "rien ne sera jamais plus comme avant et où un tel va mourir".

 

Mais le problème est que tout le monde se fout de ses personnages nuls qui apparaissent de nulle part et dont on nous promet de nous révéler les origines mystérieuses pour le prochain numéro. N’est pas Serval qui veut! Alors les pré commandes sont insuffisantes et Rob rengaine ses crayons mais il dispose, encore et toujours, d’une aura (sulfureuse) dans le landernau des comics, voire d’une audience !

 

lotsateeth.jpg

 

En outre, Rob a un énorme défaut en tant que dessinateur, il ne réussit que trois expressions faciales qui sont la bouche ouverte et rageuse, la bouche serrée et l’étonnement qui est fort amusant.

 

Je rappelle que Liefeld n’a jamais appris la moindre anatomie puisqu’il a été engagé à 18 ans, et cela se voit ! Ses dessins sont fait à main levé au mieux et je n’ai guère vu qu’un dessin abouti de lui.

Regardez les big guns qu’il dessine sur une couverture (récemment, naguère ou jadis, son style n’a pas évolué). Il a le style le plus simple à imiter pour un dessinateur débutant avec quelques traits autour du visage en pointillés et une pose fondeuse.

 

liefeldbill18sd9.jpg

 

Ainsi Marvel le rappel pour Heroes Reborn, une farce de mauvais goût où l’éditorial pousse vers des cross over massifs (mais qui ont suscité l’adhésion de fans) après Onslaught.

Rob va reprendre Captain America et le résultat est ignoble tant au niveau des dessins (à moins que le personnage était atteint d’une déficience trisomique pour le rendre humain ?) et le scénario naze, pompé sur Total Recall.

 

Sur Avengers, c’est un brin mieux mais Marvel se rend compte de son erreur et met fin au massacre au bout de 6 mois pour être repris par Wildstorm pour un total de 13 numéros.

Viré par la petite porte et désavoué, Rob reprend ses idées de Cap’ pour le transformer en Fighting América après un arbitrage serré avec Marvel et la location du personnage auprès de Joe Simon et la famille de Jack Kirby.

 

406354-21743-131166-1-agent-america_super.jpg

 

Rob trouve vers 1996 des investisseurs et il redémarre l’intéressante aventure de Awesome comics, et il a surpris tout le monde en engageant Alan Moore pour trois moments forts des comics modernes : Supreme transformé en cime des comics et du fort bon cross over Judgement day. Puis enfin un zest de Youngblood amélioré.

 

j1.jpg

 

Je vous recommande les deux premiers, Supreme ayant eu le droit à une parution chez Panini puis une seconde chez Delcourt pour une seconde partie publiée au début de cette année 2010. Une belle initiative en direction du public français...  

 

Judgment day a été traduit par Panini et c’est un régal d’œuvre maîtrisée comme un polar doublée d'une critique sur les super héros.

Quasiment ce que Liefeld a généré  de mieux pour le milieu des comics…

 

cablejm3.jpg

 

Mais les ventes ne sont pas assez massives, et cruelle déception, Liefeld est lâché par ses investisseurs. Aussi il ferme Awesome. On le dit en faillite, poursuivit par le fisc américain. Il serait, en outre, incapable de rassembler une audience conséquente pour la survie d'un titre....


Il revint donc de temps en temps chez Marvel pour un Cable mal dessiné et pataud puis DC nous a fait un coup éditorial (une douche froide) en le reprenant pour 2 épisodes des Titans, les 19 et 20.


A cette occasion, le hâbleur et bonimenteur Liefeld clame avec sa duplicité habituelle que les Youngblood avaient été crées pour rencontrer les Teen Titans dans une fantastique épopée.

 

Quel tissu de conneries ! Ce qu’il y a d’amusant chez Rob, c’est qu’il paraît d’une désarmante sincérité lors des interviews et on aurait la réelle impression qu’il était sincérement victime d’erreurs de jeunesse, Bullshit !

 

Bloodsport1.jpg

 

Il a fait sensation dans l’intervalle en recrutant le génial Mark Millar (j’aimerais qu’on m’éclaire sur ce point car j’ai loupé cette info) pour reprendre ses Youngblood dans sa nouvelle boite d'alors, éphémère, nommée Arcade comics.

 

Seul un numéro est paru et il n’est pas terrible quoique toujours aussi gore. Mais, comble de l’outrage, il montre deux clones de Serval et Cyclope en train de faire une fellation sous-marine à un Youngblood !

 

DPC03_04a.jpg

 

Marvel, pour une fois, n’a pas dégainé mais elle aurait du faire un procès à Rob, il leur aurait cédé ces personnages et les créateurs spoliés seraient vengés !


Comme je l’ai écrit tantôt, Liefeld est vraiment irresponsable et si les médias auraient fait une polémique autour de sa violence excessive, les comics auraient pâti dans leur ensemble alors qu’ils sont dans une situation périlleuse…Mais aux U.S.A, on peut manifestement mettre autant de violence et de bêtise que l'on veut dans un comics sans être inquieté ! Par contre, gare au moindre sein féminin dénudé !


Je crois que cette situation excessive de violence et de bêtise résume bien le legs qu’a affligé Liefeld aux comics, une sorte de gamin peu instruit, qui a bénéficié d’une chance insolente qu’il a gaspillée, dilapidée puis des artistes qu’il a trahis.

 

Il ne garde que la mauvaise foi et une communication tapageuse et frondeuse comme unique ressort.

 

an3_iphone2.jpg

 

L’actualité de notre cas d’or est bien pauvre ! Manifestement incapable de trouver de nouveaux concepts (comprendre : de puiser chez les copains), il retourne de temps en temps sur les personnages qu’il a créés, tel Deadpool ou Cable et encore Shatterstar, afin de rentabiliser ce qu’il lui reste d’aura pour des personnages datant d’il y a… presque 20 ans !

 

Ses projets « ambitieux », tel le fameux/fumeux Armageddon now ! n’a pas dépassé le stade de preview !  Rob Liefeld n’a décidément plus la côte !

 

4538696620_7447212a2b-copie-1.jpg

 

Notons que la prima donna du comics de série Z semble être ruinée. Il aurait en effet bien mal géré son empire de comics et se retrouverait en proie au fisc américain. Volatilisé sa fortune de jadis, de même que l’immense intérêt que lui portait les fans disposés à acheter ses comics en masse, malgré un retard insolent (genre Scott .J.Campbell ou Mad mais avec une nullité infailliblement au rendez-vous).

 

youngblood-casey.jpg

 

Depuis lors, Rob Liefeld n’a pas brillé, loin de là !

Ses dernières séries n’ont pas marché, ou alors elles n’ont plus d’écho malgré le fait que, bizarrement et en regard du passif, Rob Liefeld ait rejoint contre toute attente Image comics. Ce fut donc pour une énième relance de ses Youngblood, ce qui pourrait d’ailleurs constituer la quatrième relance du titre. Malgré la présence aux scénarii du malin Joe Casey, cette mouture de Youngblood  n’est pas un succès commercial, loin de là.

 

liefeld2.jpg

 

En vérité, vous aurez un peu prés tous les 10 ans une nouvelle relance de ce titre. Pourquoi ? Parce que selon la loi américaine, afin de garder la propriété du titre, il convient de l’exploiter avant un certain laps de temps.


Ce ne fut pas le cas pour ce pauvre Ian Churchill dont les créations, Lionheart ou encore The Coven, furent vendus par le pauvre Rob à Avatar alors que Ian Churchill avait pourtant une partie du copyright en étant nommé créateur !

 

Rob Liefeld, l’ami des créateurs selon les déclarations tapageuses émises dés la fondation d’Image comics ? Rappelons, encore un cas qui a remonté à la lumière, que Kurt Busiek avait pitché à Rob une nouvelle mouture de Youngblood et que, sans jamais être payé pour cela, Rob l’a ressortie en mettant en gros « d’après Kurt Busiek » !

Non, ce serait même un cas d’école pour les mauvais coups dans le domaine des comics…

 

2-6.jpg

 

Il s’agit d’une très rare fois où je n’ai aucune compassion pour un créateur de comics du fait de son attitude scandaleuse envers ses employés et pairs, j’espère ne plus le voir où que ce soit et franchement, je n’ai pas à boycotter ses comics car ils sont trop nul pour être achetés.

D’ailleurs fait amusant, Panini a éludé ses épisodes de Teen Titans !


J’ai encore une interrogation d’ordre métaphysique sur Rob : dans Yougnblood strikefile 1, son Die hard se cogne deux drones sur une splash page, or j’ai scruté la page comme le ferait sans doute Sherlock Holmes pour savoir où a bien passé une de ses jambes. J’y suis revenu un bon moment fasciné par l’incongruité de la chose en me demandant si il y avait un code mystique ou un angle subliminal pour appréhender la chose, c’est ça le style Liefeld !

 

 

 Note : Voici un lien vers les 40 pires outrages graphique de Rob. Bizarrement, il s'agit de l'un des liens le plus important que l'on trouve sur le net à propos de Liefeld !

 

Je vous recommande la lecture, si ce n'est l'achat, de Comics culture no 1. Vous pourrez lire, outre un excellent article dédié à Jack Kirby par Jean Depelley, un article sur notre Rob écrit par Franck Patinaud. Fort bien écrit, cet article rend grâce à Rob là où je le sabre... Il faut toujours comparer les avis contradictoires !

 

Pour le commander, veuillez vous rendre dans les liens et le demandez directement à Fred, en posant une question dans les commentaires !!

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires

Daniel 03/07/2010 17:54


Amusant démontage en règle de ce sous-auteur de Rob Liefeld. J'ignorais qu'en plus de dessiner comme un âne, il était aussi une crapule. Edfiant !!!