Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 07:46

Produit par Walt Disney via sa filiale Touchstone, The Rocketeer fut conçu pour être un hit commercial. Il faut dire que le comics de Dave Stevens, délicieusement rétro, rassemblaient quelques éléments qui flirtaient volontiers avec le sérial, le pulp, dont la meilleur adaptation au cinéma demeure quand même Indiana Jones !

Les espoirs étaient grands mais le résultat fut mitigé. Voyons cela en détails.

The-Rocketeer--Complete-_bmp.jpg
Les droits du Rocketeer ont été vendus en 1983, ce qui est à la fois précoce et assez rare en matière d’adaptation. Le réalisateur Joe Johnston fut attaché au projet après le départ de Steve Miner, un bon pote de Dave Stevens qui réalisa entre autres les second et troisième chapitre des Vendredi 13. Joe Johnston vient des effets spéciaux, il était d’ailleurs de l’équipe de l’I.L.M sur le premier Star Wars et on lui doit après, entre autres réalisations, Jurassik park 3 qui contient les mêmes défauts que Rocketeer.

daverocketeertributedjcri4.jpg
Le scénario, quand à lui, est l’œuvre du duo assez intéressant du monde des séries télés/cinéma : le duo Paul Wilson et Dany Bilson. Ils se sont tous les deux associés très tôt car ils avaient les mêmes goûts et la même pop culture. Ils sont rentrés par la petite porte au cinéma, en l’occurrence un film réputé comme assez indigent nommé Troopers produit par Charles Band (Robojox critiqué dans le royaume) dont on dit que la figuration, les moyens et l’ampleur sont réellement indigents !

dvd_flash_box.jpg
Toutefois, ce duo a quand même mis en œuvre par la suite des séries telles que Flash, qui fut à la fois excellente et délicieusement rétro, Humain Target (également un comics de DC crée par Len Wein) ou encore leur série la plus connue : la sentinelle. Sentinelle, diffusée sur M6 flirte bon avec le concept de super héros. Décidément on ne se refait pas.

rocketeer.jpg
L’histoire du Rocketeer met dans les mains du héros un jet pack permettant à un homme de voler. C’est Howard Hugues lui-même qui dissimule cette invention révolutionnaire pour qu’elle ne tombe pas dans les mains des nazis. Un acteur à la solde des nazis, interprété par l’excellent Timothy Dalton, met tout en œuvre pour la récupérer et Cliff, devenu le Rocketeer devra sans cesse lutter contre les nazis tout en sauvant sa belle Jenny, et le monde !

L’élément du scénario qui demeure le plus intéressant demeure dans le fait qu’à Hollywood, dés la fin des années 30, on suspecta Errol Flynn, l’énorme star de l’époque à la vie et au destin hors normes, d’avoir eu plus que des sympathies nazies et même d’avoir servi de relais aux espions d’Hitler. Avéré ou non, cela permettait quelques audaces du point de vue imaginaire et Rocketeer reprend avec astuce cette rumeur persistante.

rocketeer_thumb.gif
Mais le film demeure poussif, le rythme ne demeure pas une des qualités majeures du cinéaste Joe Johnston tout comme son troisième opus de Jurassik park ou encore Jumanji. Ce réalisateur vient des effets spéciaux, confiés dans le films à l’I.L.M, et il manque désespérément un vrai souffle à Rocketeer pour qu’il soit trépident, à l’instar des meilleurs serials où Dave Stevens a puisé son inspiration…


Rocketeer a dont été un semi succès commercial. Il faut quand même préciser qu’il fut lancé au même moment que Terminator 2 ou autres productions importantesde l'époque et les suites envisagées furent abandonnées. Un dessin animé était également dans l’air mais il ne se fit pas davantage. Dommage…

Mais celui n’empêcha pas à Joe Johnston de poursuivre sa carrière, de premier plan, puisqu’il vient de réaliser the Wolfman, une grosse production, et qu’on parle sans cesse de lui pour Captain America !

cambell-jennifer.jpg
Mais l’acteur principal, Bill Campbel, rencontra Jennifer Connelly sur le tournage et ils tombèrent amoureux (ils firent la promo du film ensemble en Europe). D'ailleurs, ils restèrent ensemble pendant 5 ans. Il n’y eut pas que des perdants sur Rocketeer !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires