Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 15:10

Si pratiquement tous les héros les plus importants de DC comics connurent un moment de grâce après Crisis en 1986, au grès de redéfinitions souvent heureuses, seul Captain Marvel a connu une mini-série assez médiocre qui, en plus de repartir sur des bases faiblement inspirées, n’a pas permis au personnage de redevenir attractif ni même d’avoir à nouveau sa série…Une malédiction pour ce grand personnage un temps plus vendeur que Superman lui-même ? Peut-être. Mais il suffit parfois d’un grand auteur avec une vision pour que cet état de fait cesse enfin. Et cet auteur se nomme Jerry Ordway.

1994shazam.jpg


Dessinateur qui intégra DC comics au début dés années 80, Jerry Ordway s’imposa assez rapidement comme un dessinateur au trait sûr et remarqué qui monta progressivement en importance et en influence. Si bien que pour la relance de Superman après Crisis, on pensa à lui à lui comme dessinateur régulier d’Adventures of Superman, l’autre artiste du titre Superman était alors la super star John Byrne, qui était indiscutablement une très grande et une des meilleurs stars des comics. Associé à l’écriture avec Marv Wolfman, Jerry Ordway finit par obtenir le poste de scénariste d’Adventures of Superman, quoiqu’il fut écrit ici ou là qu’il finit par se lasser du titre comme du personnage. Il semblerait d’ailleurs que ce soit lui qui, lors d’une des réunions annuelles de planification des histoires à venir sur les titres de Superman, qui ait proposé de le tuer. Cette suggestion fit certes rire, un temps, puis elle fut sérieusement envisager pour proposer à ce jour sans doute la saga la plus sensationnelle de Superman, à savoir sa mort, ses funérailles, ses successeurs puis son retour.

200px-WildStarSkyZero

 

Après cela, Jerry Ordway quitta un temps DC comics, sans doute lassé des méthodes de travail un rien figées tout comme du personnage phare de la firme. Il se lança alors avec son collègue Allen Milgrom chez Image comics, éditeur alors en plein boom fantastique de l’édition, pour proposer un  personnage dans l’air du temps d’alors, c'est-à-dire Wildstar. Wildstar était un super héros alors moderne, comprenez violent et sans concession, destiné à des aventures tonitruantes et très visuelles. Malgré le quota gore du titre, WildStar ne connut pas de véritable succès et Jerry Ordway fut accueilli par le staff de DC, qui était sans doute content de le revoir dans un marché d’alors où les talents de cette firme connaissent une véritable hémorragie vers d’autres éditeurs, Image comme Vaillant, afin de trouver des titres plus sensationnels.

The_Power_of_Shazam.jpg

 

Il fut alors proposé à Jerry Ordway un challenge assez intéressant : reprendre en main Captain Marvel, le rebooter afin de lui offrir une origine réellement convaincante.  Jerry Ordway accepta le challenge, dessins et scénario pour sans doute ce qui restera le moment incontournable du personnage. La gestion de ce dur labeur prit pas mal de temps à notre artiste. Non seulement ce graphic novel était long de 96 pages, mais en plus, Jerry Ordway améliora considérablement le rendu de son travail pour se hisser graphiquement à un niveau graphique époustouflant. L’audience du personnage, qui était dans l’attente de la sortie du livre, n’eut le droit qu’à des posters promotionnels pour patienter avant la sortie définitive qui se fit alors attendre…

 

 

Shazam-poster2.jpg


Power of Shazam sortit enfin et nul ne peut dire qu’il fût déçu !

Le nouveau traitement du personnage reprend donc les fondamentaux du personnage tels qu’il fut conçu en 1940. Les Baston et leur fille Mary explorent une tombe égyptienne avec l’aide de leur guide Thet-Adam. Arrivé à terme de leur entreprise, les parents Baston et Thet-Adam découvre une tombe avec un collier bleu en forme de scarabée. Thet-Adam, travaillant en fait pour le Dr Sivana, tue alors Mr Baston, puis sa femme, avant de redevenir Black Adam. Quelques temps plus tard, le jeune Billy Baston, vendeur de journaux à la criée et orphelin, est abordé par un mystérieux inconnu qui l’intime de le suivre dans le métro. Monté dans une rame de métro magique, il arrive dans la caverne d’un vieux magicien, Shazam, qui lui offre ses pouvoirs ainsi qu’une mission : devenir le champion du bien pour défaire Black Adam.

 

 

JSAv2024004.jpg

 


Une histoire simple et efficace, qui penche pas mal du côté des contes de notre enfance, emprunt d’une grande majestuosité graphique, c’est cela que nous propose ce Power of Shazam. L’histoire est convaincante, nous avons enfin un auteur qui s’est attaché à rendre justice à la fois à la candeur du personnage mais aussi à l’âme de l’œuvre originale pour nous proposer une modernisation qui n’en est pas vraiment une. Il s’agirait en effet davantage d’un remake mais, si l’action est bien sensée se dérouler dans les années 90, l’environnement graphique ne cesse de rendre hommage à la décoration, l’environnement, à la mode des années 40. Anecdote savoureuse, quand Captain Marvel et Black Adam s’affrontent, ils traversent brièvement l’étage d’un immeuble de part en part où l’incarnation de…Bettie Page pose pour une séance de photographies coquines ! Un clin d’œil parmi d’autres mais pas la moins savoureuse !

 JSAv2024006.jpg


La fin de l’histoire de Power of Shazam permet de faire progresser le mythe, d’expliquer pourquoi notre héros a l’apparence du père de Billy Batson. La conclusion offre également une belle explication en ce qui concerne l’inconnu du début que suit Billy dans le métro et qui permet définitivement à Power of Shazam de basculer vers le conte teinté de poésie. En définitif, si l’attente fut longue en ce qui concerne la parution de ce graphic novel, certainement l’un des tous meilleurs de DC comics, on peut sans se tromper conclure que Captain Marvel a eu, enfin, son moment de grâce par un auteur qui s’est révéler tant au point de vue graphique que scénaristique.En effet, Jerry Ordway s'est mis à la peinture et le résultat, un rien annonciateur de l'arrivée d'Alex Ross, demeure somptueux tout le long de ces 96 pages...

 

jerryordway_shazam1.jpg

 

L’échec de sa première reprise post Crisis a été soldé et le personnage repart enfin sur des bases solides. Justement, le staff de DC comics a bien prévu les choses puisque une série régulière, enfin et après plus de 20 ans, est enfin prévue avec Jerry Ordway aux couvertures et aux scénarii. Elle se nomme tout naturellement Power of Shazam ! Mais est-ce que Jerry Ordway fera aussi bien que cet essai si concluant ?...

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires