Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 08:04

En 1989, un petit film d’action fut produit au Mexique, un film basé sur les combats de boxe clandestin dont le maître étalon du genre fut le bagarreur de Walter Hill.

Par un heureux hasard, grâce à la vague de films de kickboxing lancée par Jean-Claude Van Damme et son efficace Bloodsport, Fist Fighter nous arriva en France.

Comme peu d’entre vous ont dû le voir, je vous présente ce chouette film qui gagne amplement à être vu.

 

Tout d’abord, il convient avant toute chose de s’arrêter sur l’acteur principal, George Rivero, qui est quand même une star (mexicaine) au parcours incroyable. Athlète, beau gosse, George Rivero a traversé ses glorieuses années dans le cinéma populaire ou presque en tête d’affiche. Il a, ce n’est pas rien, joué aux côtés de John Wayne dans Rio Lobo, quelques Santo, l’excellent Violences à Manaos, le moins bon Conquest de Lucio Fulci, Killing Machine… et plein d’autres films qui nous sont inconnus en France !

Sa biographie est sur Nanarland.
 

Geroge Rivero était alors une star, un sexe symbole, l’équivalent mexicain d’Arnold Schwarzenegger.

Or, à 50 ans, George accepte de tourner dans un film sur la boxe, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il tenait alors la grande forme !

 

Fist Fighter démarre quand C.J Thunderbirds, un gars sans attache qui travaille comme manœuvre, reçoit un télégramme d’un correspondant qui lui indique où « officie » un combattant boxeur qui a tué son ami il y a deux ans.

C.J se rend dans cette petite ville près de la frontière.

Une petite ville étrange dont les grands événements demeurent les combats de boxe clandestin, sous la bienveillance de la police, du directeur de prison et de l’édile local, joué par Mike Connors (la vieille série télévisée Mannix).

 

C.J vainc le premier boxeur, et il obtient donc le droit de combattre le très imposant Rhino Reinhart, joué par l’excellent Matthias Hues (biographie et interview également dans Nanarland). Mais C.J est entraîné par un ancien boxeur, Punchy, qui optimise ses capacités pour faire le poids face à Rhino.

 

Le jour du combat, C.J parvient à casser la main de Rhino. Aussi le combat est stoppé, l’argent de la mise est volé, et C.J se retrouve à zéro. Mais il est évident que le patron de Rhino, le maffieux local, a fait le coup et C.J lui vole dans les plumes.

Il est arrêté, sous la garde du directeur de la prison qui n’aime ni le chef de la police, ni le maffieux, mais C.J refuse une association avec lui.

 

En tentant de s’évader, il est repris et opposé à la bête, une sorte d’homme des cavernes surpuissant enfermé dans un cage où finissent les candidats malheureux au départ non autorisé.

C.J le terrasse, par un stratagème et il est libre de sortir.

Entre-temps, son copain Punchy avait provoqué le maffieux et Rhino l’a tué.

C.J a donc toutes les raisons de vouloir mener ce combat final jusqu’au bout, d’autant plus que le directeur de la prison demeure de son côté pour équilibrer le rapport de force…

 

Fist Fighter est un très bon film de genre, il offre au spectateur ce qu’il faut en combats spectaculaires, en rebondissements à l’ancienne, le tout servi par de grands talents.

Le casting est intéressant, outre George Rivero et Matthias Hues, il y a donc Mike Connors, Simon Andreu, acteur espagnol qui a eu une carrière très intéressante, que ce soit dans le giallo, le western ou encore le film d’auteur. On l’a notamment aperçu dans le dernier James Bond avec Pierce Brosman, Meurs un autre jour. Simon Andreu est connu en Espagne, sans être un star mais son parcours est réellement captivant.

 

Ajoutons à cela un autre talent assez peu connu du grand public, Edward Albert qui avait un vrai talent, hélas gâché par l’alcool et la drogue. Sa prestation de punchy, à y regarder deux  fois, est vraiment très bonne. Musicien, compositeur, chanteur, acteur, Edwart Albert était un grand talent qui a consumé son existence trop rapidement. Il est mort en 2006.

 

La réalisation de Fist Fighter fut assuré par Frank Zuniga, un réalisateur à la carrière efficace qui put notamment tourner pour les productions télévisées de Walt Disney, des productions léchées et de haute tenue. Frank Zuniga confère à Fist Fighter un rythme, une touche qui fleure bon le cinéma populaire des années 60. Ce fut aussi sa dernière réalisation.

 

Enfin les combats !

Excellents, bien rythmés, Fist Fighter oppose deux montagnes de muscles (Hues et Rivero) dans des combats percutants, efficaces. Le tout est rythmé par une bonne musique.

Ces combats, le clou du film, sont chorégraphiés par un autre talent, Jimmy Nickerson. Ses combats sont un superbe ballet, Nickerson est un grand pro, et cela peut aussi s’observer dans un autre film méconnu à découvrir : Kickboxer 2.

 

Note : Fist Fighter est sorti chez une petite boite de vidéo française, Partner & partner. Il se ballade maintenant en DVD à bas prix mais il n’y a pas encore d’extraits du film sur youtube ou dailymotion, dommage !

Partner & partner a également sorti un autre film moins intéressant mais dont la jaquette est très belle : KickFighter !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires