Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 17:13

Le premier comics date de 1933, il s’agit de FUNNIES ON PARADE no 1. C’était juste un recueil de strips sur les animaux, genre dont viennent les créations de Disney, et qui ouvrait une nouvelle manière de rentabiliser du matériel. L’essai est dû à une opération marketing de Procter & Gamble (très connus et faisant autorité pour le marketing, le groupe est présent dans chaque supermarché avec des produits d'entretien tels que Mr Propre). newfun1_1.jpg


Il s’en suivit un nouveau créneau qui aiguisa des appétits et des vocations dans le monde de l’édition. Malcom Wheller-Nicholson   fonde National Allied Publications, qui publie des titres avec du matériel original dans NEW FUN COMICS 1.

 Ainsi de fait, un nouveau créneau s’ouvre et des talents doivent remplir toutes ces pages. Les comics ont un certain succès, les ventes décollent et cette industrie neuve pousse comme un champignon. Les titres sont vite nombreux mais des créneaux sont à découvrir. Justement, les exploits du Shadow, du Green Hornet, ou des héros des pulps ont ouvert un boulevard : celui du héros sans peur et sans reproches qui est exemplaire en terme de moralité. Donc, toute les constantes du héros deviennent institutionnel, le héros est noble, il se dévoue pour le bien (notion limpide à l’époque) et a une identité secrète. Il s’agit ni plus ni moins qu’une représentation idéale d’un modèle masculin supérieur qui sert de modèle aux kids. De ce schéma déclinable à l’infini, va naître en1938 le héros absolu qui est connu par une bonne partie du globe : Superman ! Acheté à un tandem de jeunes créateurs qui en veulent, Mrs Shuster et Siegel, il naît dans Action Comics 1 et son succès est stupéfiant !fleischer-title2-thumb.jpg

Ses ventes décollent, ses imitateurs aussi, et il traversent les médias pour se diffuser dans la société et devenir, à terme, une icône. Sa captation par d’autres médias est très rapide, sérial avec Kirk Allen mais surtout les fameux dessins animés d’une firme de grande réputation, celle de Max et Dave Fleicher, les quasi-concurrents de Disney qui ont crée Popeye et Betty Boop. Cette firme produit des cartoons de grande qualité mais ils ne se sont pas imposés en salles comme l’a fait Disney. Leur version de Superman est celle à qui Alex Ross rend hommage dans Kingdom Come et vous la retrouverez sans doute dans les solderies. Pour l’époque, c’est en tout cas le summum. Notons ironiquement que nombreux jeunes artistes des comics commenceront dans cette usine à cartoons, dont Jack Kirby !bigallamerican.jpg

Une autre firme se nomme All-américain, cette firme est dirigée par Harry Donefeld et Max CGaines (son fils aura un rôle majeur dans les années 50’). Ils créent Flash, Green Lantern (Alan Scott) et Hawkman ! La firme a un certain succès, et National Publication achète le catalogue de la firme à bon prix (une constance chez Dc) en 1940.  Le premier comics qui réunit ces héros est All-Star Comics 1. Le titre voit d’ailleurs la première réunion d’héros et crée le concept de super-groupe !

undefinedMais ce n’est pas là la seule maison d’édition !
Il y a Centaur, MLJ, Quality, Fawcett, la Fox et le fameux Timely (où exerce le Jack Kirby) de Martin Goodman !La liste est loin d’être exhaustive et les destinées de ces firmes seront diverses. Certaines disparaissent mais d’autres ont des personnages qui se publient encore ou sont des référence dans la culture américaine. C’est donc la période de l’âge d’or des comics, où un jet de héros surgit dans l’enthousiasme et vont conquérir le lectorat. Notons que le mode super-héros triomphe, mais qu’il n’est pas le seul en lice (guerre, policier, funny animal…).

Mais les ventes explosent, et les tirages décollent pour atteindre le million d’exemplaire pour certains tirages. La meilleure vente est bien sûr Superman, quoique Captain Marvel le talonne de prés voire le dépasse parfois ! L’effervescence et les doutes de la seconde guerre mondiale renforce le besoin de héros simples pour le jeune public qui s’identifie aisément à eux.

Aussi les super-héros sont une denrée appréciée mais cette circonstance va-t-elle durer ?

Les super-héros vont –ils connaître un long fleuve tranquille qui les mènera là où nous les connaissons maintenant ?
Rien n’est moins sûr !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires