Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 09:26
Lucio Fulci avait connu un échec en salles avec son dernier film, le très bon Emmurée vivante. Il végètait au purgatoire des réalisateurs TV pour réaliser des shows de peu d'intérêt et même un documentaire sur la technique de la voile ! Mais un grand succès dans le domaine de l'horreur est annoncé : la suite du fameux Nuit des morts-vivants et les producteurs italiens, fins margoulins, s'affolent. Il va donc en résulter cet excellent film qui s'inspire de son modèle pour lui faire de l'ombre, un cas unique !
affiche-francaise.jpg

Fabbrizio De Angelis est un producteur qui veut voir son retour sur investissements, aussi il saisit l'occasion de la nouvelle vague de zombies portée par le leader américain, Dawn of the dead coproduit par Dario Argento. Pour mettre en marche sa production, il va contacter un efficace scénariste, Dardano Sachetti et sa femme Elsa Briganti, puis il fait faire une affiche de production,  il se rend aux marchés du film pour prévendre son film et amasser l'argent qui lui permettra de financer son produit. Une fois qu'il a l'argent, il en garde une part, puis il met sur pied une équipe pour boucler le tout. Sa bonne idée aura été de contacter Lucio, après la défection de Castelari, qui végète malgré son talent et son tempérament. De Angelis a été impressionné par l'emmuré vivante, ses qualités techniques, et son inclination morbide. Alors il réunit Lucio Fulci et son crew technique pour le film. Fulci revoit le scénario de Sachetti avant le tournage car il est excellent pour visualiser le script et en appréhender les défauts.

Le tournage se fait sans problèmes majeurs mais le casting n'est pas de première main. Il y a Luigi Conti, alcoolique notoire, puis Ian MacCulloch. Un cas ce MacCulloch, c'est en quelque sorte le Roger Moore du Z. Il n'a pas plus de trois expressions d'acteur dans son répertoire, et il regarde les pires atrocités avec le regard perdu d'un quidam qui ferait la queue à une caisse d'un supermarché ! Saisir les plans où il cache sa calvitie demeure un des petits plaisirs du fan du film. Richard Johnson demeure le nom prestigieux de ce film, il intérprète avec beaucoup de conviction le médecin confronté à l'impossible qui cherche une raison à ce cataclysme au lieu de fuir. Une rumeur laisse entendre que Lucio et son équipe tournent à toute vitesse pour boucler le tournage afin de profiter du cadre idyllique du tournage !affiche-italienne.jpg

Idyllique ? Pas pour les protagonistes de l'histoire, jugez plutôt :
Un bateau de plaisance parvient au port de New-York mais il semble ne pas avoir de membres à bord. La police fluviale l'accoste et les deux policiers sont attaqués par un gros zombie, celui de l'affiche française, qui criblé de balles, tombe finalement dans l'eau.
La police fait une enquête, de même qu'un reporter et la fille du propriétaire du bateau. Tous les indices mènent vers Matul, aux Caraïbes. Un petite île perdue que les protagonistes vont rejoindre en louant un bateau dont les propriétaires ont assez peur de se rendre là-bas. Lors d'une baignade, une des deux femmes se fait attaquée par un zombie ! Il s'agit d'une scéne réellement stupéfiante qui confronte un cascadeur et un vrai requin ! Une performance jamais égalée par aucune autre production, même Holywoodienne !

Arrivé sur l'île, ils s'aperçoivent qu'une sorte d'épidémie a ravagé l'île et que le dernier point de civilisation semble être une vieille église en bois qui sert de dispensaire au médecin local. Ce dernier leur demande d'aller chercher sa femme qui se situe à l'autre bout de l'île, et de la ramener avec la voiture au dispensaire. Mais, est-il encore temps ?zombi2.jpg

Or, les zombies ont déjà investi cette partie de l'île et le sort de l'épouse sera l'un des plus authentiquement gore que l'on ait jamais vu. Les héros repartent le plus vite possible, poussé par un puissant instinct de survie.
Sur le chemin, un zombi traverse la route et en l'évitant par réflexe, ils se trouvent à mi-chemin du seul salut provisoire : le dispensaire !
zombies-nuit.jpg

Quand les survivants arrivent au dispensaire, l'épidémie est à son summum, tous les cadavres de l'île se lèvent et vont agresser les vivants. Pire, ils convergent vers l'ultime lieu qui leur résiste, le dispensaire, où se trouvent le docteur, ses assistants et des malades qui sont en train de rendre leur dernier souffle. Il y a une scène fantastique où nos héros arrivent avec beaucoup de difficultés à quelques mètres du dispensaire. Sur leurs talons, des formes spectrales des zombies se détachent et l'on entend même leur souffle roque et menaçant. La beauté picturale de ce plan est de toute merveille. Là, nos héros vont revivre un Fort Alamo version zombi qui sera gore mais épique. La représentation du péril extrême est un des points fort du film et il ne quittera plus nos protagonistes.

Une poignée d'entre eux va rejoindre le bateau et partira rejoindre le continent.
Ils se demandent si ils doivent avertir les autorités et les médias, mais ils savent qu'on les prendra pour des fous. Toutefois, le zombi du début ainsi que le policier agressé n'ont pas été inactifs puisque l'invasion de New-York est en marche...
zombi5.jpg


Voilà donc l'histoire de ce film très réussi. Sa structure repose sur le thème du piège. Une fois que les quatre héros posent le pied sur l'île malgré les avertissements, ils sont exposés au risque. Pire, en allant chercher la femme du médecin, ils traversent l'île pour une odyssée de l'horreur et du péril. Enfin, quand ils atteignent finalement sur leur moyen de fuir le l'île, le bateau, ils se rendent compte que le péril sera partout !

Ce sentiment d'angoisse est fabuleusement distillé par Fulci et, quand il se concrétise, le choc du gore et de la violence demeure total. Les personnages meurent dans la douleur, les zombies sont bien la personnification de la mort, ils n'ont que pour seul réflexe d'agresser les vivants.
Un autre point de détail qui demeure très intéressant, les héros entendent ,quand ils sont sur le chemin de la maison du docteur, les tam-tam des rituels vaudous. On nous explique que les habitants sont partis de réfugier sur une partie de l'île. S'agit-il du lieu où tout à commencé ? La clef du mystère se trouve la-bas ? Cet élément à toujours été occulté par les critiques et nul n' y a fait allusion.

Pour ce qui est de la destinée du film, le film va avoir un gros succès dans les circuits spécialisés (30 millions de $ de chiffre d'affaires). Lucio va enchaîner sur Frayeurs, l'Au-delà, puis la maison près du cimetière et sa carrière et son talent vont être reconnue.
Ce qu'il y a d'amusant, c'est que ce film qui est à la base une copie, va engendrer lui-même des copies ! Ce sera le très gore et infiniment Z Zombi Holocaust avec le sémillant mais nul Ian Mac Culloch. L'enfer des zombies se nomme en Italie Zombi 2, Dario Argento n'a pas apprécié. De fausses suites se nommeront Zombi 3, il y en aura au moins 3 !
L_Enfer_des_Zombies_Ed_Simple_200p.jpg

La superbe édition vidéo de Neo publishing qui a produit deux Dvd. Le second collector demeure fort exigent en termes de contenu !

Le génie de Lucio Fulci sera reconnu, mais aucun producteur ne viendra le chercher même si les réalisateurs connaissent son travail,  George Romero lui-même avoue avoir vu ce film !
Une nouvelle ère du film d'horreur est naît de fait, même si ses auteursn'en furent pas conscients. L'avènement de la vidéo va consacrer Lucio Fulci et lui offrir une visibilité mondiale, ainsi qu'une reconnaissance du public. Mais lui-même n'en profitera que fort peu. Les italiens n'étant pas cabables de profiter du boom de la vidéo, ils sont manquer de renouveler ce pan de leur industrie autrefois si dynamique !
Quel  dommage pour ce réalisateur d'être ostracisé pour son appartenance au domaine de l'horreur (la critique officielle a toujours eu un violent dédain pour ce genre, surtout à l'époque). Mais grâce à cette période gore, nous avons pu prendre connaissance de certaines œuvres antérieures qui sont également de premier plan.
Pour la dernière version de l'île du docteur Moreau, le premier réalisateur voulait lui rendre hommage ! En tout cas, une légion de fans (qui se renouvelle) vont apprécier le talent du réalisateur, qui doit être supplée par une bonne équipe technique pour être efficace, et celui-ci leur livrera encore quelques œuvres qui resteront !

  Pour commander le film, cliquez ici. Pour lire une autre critique afin de varier les opinions, je vous recommande psychovision. Le trailer qui suit devrait vous inciter à le faire. Enfin, je vous signale l'excellent et exigeant site française de Lucio Fulci qui demeure relativement récent : Lucio Fulci.fr !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien AYALA
commenter cet article

commentaires