Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 06:53

3 Stan tire son épingle du jeu !

 

 

02stansrolls.jpg


Vînt le gros  problème Jack Kirby. Jack Kirby est un monstre sacré qui a toujours érigé la modestie en vertu mais le talent de communicant de Stan Lee éclipsa Kirby dans un article et il en fut affecté.  Certes, le salaire de Kirby fut augmenté pour devenir un des meilleurs de la profession mais il n’avait pas de droit de suite sur ses co-créations malgré son rôle central et incontestable.  On subodore également qu’il faisait un peu ce qu’il voulait avec les FF et Thor en s’affranchissant doucement de la tutelle de Stan. Ainsi le surfer d’argent jaillit de sa propre initiative !

Jack Kirby se rendit compte avec les refus qu’il subissait sur les royalties (tiens, comme en 1942 avec Joe Simon !) que Marvel ne lui exprimait pas sa juste et moindre reconnaissance.

 

16martingoodman.jpg

 

 

(une des rares photos de Martin Goodman)

 

Lors de la première vente de Marvel de Goodman à Cadence industries en 1968, les prétentions de Kirby ne venaient pas à point nommé et la nouvelle direction ne voulait pas plomber ses comptes avec cette question. Aussi Kirby en fit moins et se ménagea. Il était capable de créer encore bien des folies mais pour son crédit, mais pas pour un éditeur qui avait en partie bâti sa fortune sur son dos. Malgré la distance entre les deux hommes, de fait puis géographique, Stan Lee insista pour continuer à dialoguer les histories de Jack, ainsi il continuerait à être associer de fait à la légende et à conserver pour tous son rôle supposé de démiurge (ce qu’il refit avec Steranko). Mais Jack Kirby partit chez DC et l’aventure de 5 ans fut contrastée.

 

New_Gods_7.jpg


A noter plusieures choses qui méritent d’être éclaircies, la loi américaine n’est pas aussi avantageuse que la loi européenne sur les droits d’auteurs. Aux Usa, tout est régit par contrat tandis qu’en France, les droits sont attachés aux auteurs même s’il peut les céder.

Jack Kirby n’a jamais travaillé dans une latitude qui lui permit de revendiquer un meilleur contrat, on lui concéda juste un salaire pour son travail.

 

Mh79.jpg


Rêvons un peu : imaginons qu’un éditeur français, au hasard Métal Hurlant, soit allé chercher Jack Kirby aux USA avec un salaire et la propriété de ses œuvres, quel chef-d’œuvre supplémentaire nous aurais laissé Jack pour la postérité ? Aurait-il encore une fois repoussé les limites de l’imaginaire et de la fantasy cosmique pour créer une saga qui défie l’imagination humaine aux intonations shakespeariennes  ? Je n’ose l’espérer.

 

48_LRG.jpg


Les artistes dessinateurs constatèrent dans les années 70’ l’apparition d’ un marché d’art basé sur leurs planches originales qui n’avaient auparavant pas de valeur vénale. Leur sort était aléatoire : il se pouvait qu’elles soient offertes à des lecteurs, brûlées avec des vieux papiers encombrants ou stockées. Neal Adams fit énormément pour que les planches des dessinateurs soient considérés comme un élément de leur travail qui n’appartiennent qu’à eux et aux encreurs.  Aussi tous les dessinateurs demandèrent leurs planches et on leur donna, à tous sauf à Jack Kirby !

 

Kirby avait une double démarche envers Marvel, récupérer ses planches et des droits d’auteurs pour assurer une retraite et un legs à ses quatre enfants. Le terme du contrat resta secret par une clause de confidentialité, il fut sans doute « dédommagé » mais jamais assez. Quand ce roublard de producteur Avi Arad gagne des dizaines de millions pour les adaptations de Marvel au cinéma alors qu’il a très mal fait son travail sur Hulk (quelle purge mal filmée), Elektra, et Ghost Rider. On lui a demandé quelle somme toucherait la famille de Jack Kirby pour les FF, il a répondu rien car Jack était juste un employé. Le pire de l’Amérique…

 

spider-bouffon.jpg


Stan Lee ne s’est pas mêlé de cette histoire mais il a su en tirer un meilleur profit que J.Kirby (un contrat lui assure des dividendes annuelles) et il s’éloigne progressivement de l’écriture vers 1968 pour assurer le poste de manager. Certes, il avait déjà commencé recruter Roy Thomas en 1965 et il devait déléguer, mais il semble qu’il se désintéressait pour l’écriture. Il est vrai que Stan Lee avait beaucoup fait, quasiment tout et qu’il était passablement harassé. Ainsi, il se lia un temps avec Alain Resnais.

A.Resnais demeure un grand réalisateur qui tourne encore, malgré son âge avancé, mais il demeure surtout en France lié aux fondateurs d’un des premiers cercles d’amateurs de Bd (nos très respectables prédécesseurs, en quelque sorte). Il avait un projet de film avec Stan Lee et les deux hommes se fréquentaient assidûment durant l’année 1965. Toutefois, le projet ne se concrétisa pas mais Stan Lee aspira sûrement à autre chose.

 

strange-poster.jpg


Stan Lee sortit gagnant du rachat de Marvel par Cadence Industrie. Il négocia en secret, derrière le dos de Martin Goodman pour avoir le poste de manager. Ce fut une franche trahison pour son supposé parent qui avait insisté pour mettre à ce poste son fils, Chip. La conséquence de cette affaire fut la création d’Atlas pour une durée de dix mois et une multitude de personnages qui sont à découvrir et qui s’inspirent, pour la plupart, des succès de Marvel. En tout cas, Stan Lee a fait preuve d’un certain talent, sinon sens de l’intrigue, qui a cruellement manqué à Jack Kirby.

 

kirby5_thumb.jpg


Le grand problème de Marvel demeure que ses personnages sont moins présents dans le cinéma ou la télévision. Ainsi, DC a quand même bénéficié des serials de Batman, Superman, Spy Smasher (mais ce personnage est aujourd'hui oublié) puis des cartoons des frères Fleischer dans les années 40. Superman incarné par George Reeves a connu un succès retentissant chez les jeunes spectateurs durant les années 50. L’énorme succès des années 60 était la série Batman, qui participa à la reconnaissance du personnage par le grand public.

 

marvel cartoons thor 1966 2

A noter un fait très intéressant qui est souvent occulté en France, en 1967 une première adaptation cheap fut produite pour la télévision américaine. Quand j’écris cheap et adaptation, je ne mens nullement car il s’agit d’aventure de Thor, Hulk, les F.F ou encore Namor qui reprenaient servilement les cases, dialogues de même que les dessins de Jack Kirby et les autres qui, une fois encore, ne devaient pas être intéressés financièrement par les profits !

En tout cas, la seule certitude est qu’une nouvelle vague de lecteurs devait rejoindre les rangs de la Marvel. Ce fut la première conquête de Marvel vers le  média télé ou cinéma (seul le dessin animé de Ralph Bakshi de 1967 Spider-man  fut une réussite) et la suite fut douloureuse !

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires