Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 08:12

4 Stan Lee défie Hollywood !

 

 

386px-Stan_Lee_1973-copie-1.jpg


Stan Lee devint moins actif sur le plan créatif et il desserra progressivement sa surveillance éditoriale (Gerry Conway nous raconta le vaste et béat foutoir qu’était devenu la Marvel dans une interview de Comic Box !). Durant les années 70, Marvel connut comme un flottement dans l’histoire qui produisit néanmoins de belles pépites (Captain Marvel et Adam Warlock par exemple).

Stan Lee ira à Los Angeles sur la côte ouest pour essayer de placer ses créations et  participer honorifiquement au développement de Marvel West ! Stan Lee portait hauts les espoirs de Marvel, et c’était certain, cet homme de communication et de relations va pouvoir faire des merveilles !

 

CaptainAmericacover.jpg

 

Mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’une nullité tenace fut associée à la Marvel pour les adaptations ! A part Hulk, tout fut médiocre, amusant ou franchement hilarant.

Capitain America joue avec un bouclier freesbe, pilote une moto et fait des sauts à la Steve Austen . Spider-Man connaît les pires trucages qu’on ai pu concevoir, deux téléfilms et une série de 13 épisodes qui semble interprétée, comble de l’outrage, par le sosie américain de Bernard Menez !

Pour finir avec ce quator de la mort, Docteur Strange est un faible téléfilm statique, à l’histoire qui implique Morgane, pourtant absente du comics. Cette oeuvre resta même invisible en salles dans notre doux pays (pourtant si accueillant et si peu regardent dans ces années là !).

 

Resize-of-sstm1.jpg

 

Le Surfer d’Argent connut même un développement en vue d’une adaptation, mais rien de concret ne vînt malgré une participation de Jack Kirby pour la partie artistique.

Alors que DC bénéficia d’un sublime Superman de haute facture en 1978 (le terme blockbuster date de cette époque), Marvel était dans le bas du bas de la production télé de troisième ordre ! Un violent revers pour les talents de communicant de Stan Lee.

 

sup.jpg


Le seul succès cinématographique incontestable issu des publications Marvel est Conan, mais Marvel n’a fait que louer les droits d’adaptation du personnage, calamitas !

Il est suivi par l’adaptation de Howard le canard en 1986 mais Steve Gerber a fait depuis longtemps un procès à Marvel sur les droits de ce personnage et le film est honteux (ce fut commercialement, par ailleurs, un sacré revers pour George Lucas).

 

title-copie-1.jpg

 

Stan Lee a bien sûr fait des scénarios jamais portés sur écran dont un, de mémoire, qui oppose dans un Bloodsport futuriste, des commandos venus de tout continent pour s’affronter dans une arène.

 

bengrimm1003.jpg


Bref, c’est peu, famélique même et on remettra ça avec un dessin animé avec Spider-man, Iceberg et Firestar, un second sur les FF où le robot herbie remplace la Torche. Une adaptation du Punisher avec Dolph Lundgren demeure sympa (en 1989), mais elle s’écarte des éléments caractéristiques du personnage qui triomphe alors sous les scripts inspirés de Mike Baron

 

sp.jpg

. A noter que Jack Kirby travaille lui aussi pour les cartoons américains pour la boite Ruby Spears avec Arok le barbare, Rambo (pas de commentaires) entre autres.

 

john.jpg


Stan Lee reviendra un temps aux comics avec la rénovation « créative » que fut la ligne 2099 pour son personnage de Ravage qu’il fit avec l’affreux Paul Ryan.  Le comics bénéficia certes de son talent pour les dialogues mais le personnage étant médiocre, son environnement mille fois lu ou vu et il quitta le titre vite. Mais des esprits avertis, ceux de Scarce notamment, firent le rapprochement avec un personnage nommé GrimJack de chez Comico (éditeur de Grendel ou encore Nexus qui sont à découvrir). Donc ce fut un retour embarrassant et qui entache sa belle image.

 

197171-77400-ravage-2099_super.jpg


Pour enfoncer le clou, ce radin de Roger Corman produit une adaptation hideuse des FF réalisé par Oley Sassone et elle touche aux tréfonds de l’économie dans le cinéma. Les Sfx sont hilarantes même si les costumes de la chose et de Fatalis sont réussis. Encore une licence de grillée, Flame on ! Le premier vrai film de la Marvel, Blade en 1998 fut un gentil succès critique et public mais il est tiré d’un comics de Marv Wolfman et de Gene Colan. Ont-ils reçu des royalties ? Je ne crois pas puisqu’ils ont entamé un procès.

 

fantasticfour94_group.jpg

 

Note : L'illustration sur le Surfer d'Argent a été prise sur le site Forgotten silver. Outre le fait qu'il soit dans mes liens depuis deux ans, je vous recommande d'aller le consulter très réguliérement tant ce site est excellent ! 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bastien Ayala
commenter cet article

commentaires

Bastien 27/12/2010 14:16


Bonjour Sawmps !

Reconnaissons que, bien que sympathiques pour ceux qui les ont un peu connu ces adaptations télévisées de Marvel en téléfilm (sorties en France au cinéma, puis un peu en K7), elles provoquent une
petite nostalgie, c'est certain...

Cependant, tu montres un de ces films à un enfant/ado d'aujourd'hui, il rigole et il te traite de fossile si tu lui avoues en avoir gardé un tendre souvenir !

Pour le film version Corman des 4 Fantastiques, j'avoue l'avoir vu à l'époque grâce à un copain fan du comics. Si les photos font en effet illusion (Fatalis et la chose sont bien rendus), les
effets spéciaux plombent définitivement le sérieux de l'entreprise !

Voir le bras de Red Richard animé par un effet spécialement minable, ou encore la torche humaine animée par un procédé de dessin animé style Hanna Barbera laissent quand même pantois !
Et dieu sait que j'adore les réalisations de Roger Corman, pas les productions, et que je suis enclin à l'indulgence !

En revanche, il semble que ce fameux projet avorté de 1979 du Surfer d'argent aurait pu être un film solide mais les capitaux ont avorté.
Jean Depelley, dans un EXCELLENT article publié dans Comics culture no 2 raconte que Kirby avait réalisé les story board pour la production et qu'il avait retrouvé ceux-ci dans un comics sans qu'il
fût demandé son avis !

En revanche, j'ai plus de tolérance pour la version 1989 de CAPTAIN AMERICA d'Albert Pyun que j'aime plutôt bien...


swamps 25/12/2010 22:14


ben, moi, je l' aime bien, ce ff de corman.
bon, j' ai une version pourrie, mais,pour ce bon roger, hip hip hip hourra ! et c 'set vrais que son fatalis est nettement plus réussi que dans les version récentes. allez, je paronne le ff 2 pour
le surfeur, et son fatalis qui devient plus "dark".
les captain américa de 79, sont des monuments du kitsh, mais aussi fun qu' un épisode de l' agence touts risque.


Bastien 23/12/2010 18:33


Bonsoir Fred, et merci pour tes compliments.

Oui, le ton de ces articles sur Stan Lee est un poil irrévérencieux, j'en conviens totalement.

En fait, ma première incursion dans le fanzinat français dédié aux comics, SCARCE en l'occurrence, passa par la découverte de l'affaire Kirby face à Marvel.
Cette levée de rideaux me choqua énormément à l'époque, d'autant plus que je considère toujours Jack Kirby comme le plus grand artiste américain des comics book.
Savoir que sa famille ne touche aucun droit de suite sur ses co-créations me laisse mal à l'aise.

J'avais donc rédigé une première mouture, il y a trois ans, puis je l'ai agrémentée/remaniée pour la proposer à SCARCE qui ne l'a pas prise. Pourtant je pensais justement être dans le ton de ce que
je lisais à l'époque. Peut-être il est justement trop vachard...

Pour autant, j'ai été un peu vache avec Stan Lee et cela m'ennuierait beaucoup qu'il arrive quelque chose de fâcheux à ce grand monsieur pendant la publication de ces articles.

Je reviendrai peut-être, à l'issue de son cycle, sur un article qui consacre un peu plus avec les qualités d'éditeur, de créateur et de dialoguiste de Stan Lee car, s'il n'avait pas été là, je
doute que je n'aurais jamais été un fan de comics !


Fred 23/12/2010 17:24


Bonjour !

Ton blog est de très haut niveau. Entre Dr who, il faut que je jette un coup d'oeil à cette série, et Stan Lee, on est vraiment gâtés !

Mais, toutefois, n'es-tu pas un peu trop dur avec Papy Stan Lee ? Tout de même !